Retour home
Luc
Écrit par
blogueur BD
26 mars 2020 |  2 likes   |  149 vues

100 ans en trompette et cordes

La force de Boris Vian est multiple. Il était un excellent parolier, un très bon chanteur et entre autres un romancier hors pair. Sa plume était acérée face à la discrimination raciale et toute forme d’injustice sociale. Cette année voit enfin certains de ses plus beaux textes et romans adaptés en bandes dessinnées (un art qu’il n’a pas touché). Laissez-vous guider, vous submerger par cet homme parti trop tôt devant l’adaptation d’une de ses œuvres.

La force de Boris Vian est multiple. Il était un excellent parolier, un très bon chanteur et entre autres un romancier hors pair. Sa plume était acérée face à la discrimination raciale et toute forme d’injustice sociale. Cette année voit enfin certains de ses plus beaux textes et romans adaptés en bandes dessinées (un des rares arts qu’il n’a pas essayé). Laissez-vous guider, vous submerger par cet homme parti trop tôt devant l’adaptation d’une de ses œuvres.

L’écume des jours de Gaëtan & Paul Brizzi et Boris Vian chez Futuropolis

Les illustrations sont magnifiques et enrichissent un texte déjà très beau. Les frères Brizzi sont connus pour avoir réalisé entre autres l’Oiseau de feu, l’un des sketchs de Fantasia 2000. Le papier toujours de qualité chez Futuropolis ajoute un plus non negligeable à l’ensemble. A trôner dans votre bdtheque!

J’irais cracher sur vos tombes de Rey Macutay, Rafael Ortiz et Scietronc d’après Vernon Sullivan (Boris Vian) chez Glénat

Boris Vian nous emmène sur le chemin de la vengeance. Un de ses romans les âpres et violents. Nous suivons l’histoire d’un jeune homme de 26 ans, Lee Anderson qui va vouloir venger la mort de son frère noire, lynché pour avoir été amoureux d’une blanche. Pour arriver à ses fins, Lee sera prêt à tout et à commencer par séduire ces blanches. Des dessins superbes pour une histoire sur la dénonciation du racisme. À offrir et à s’offrir.

 

Les morts ont tous la même peau de German Erramouspe et Mauro Vargas d’après Vernon Sullivan (Boris Vian) chez Glénat

Tout va plus ou moins bien pour Dan, videur dans un bar. Sa femme attend un enfant qui aura sûrement plus de chance que lui qui a une origine « nègre ». Mais l’arrivée de son frère devient une menace pour lui, car il le sait, si les gens apprennent ses origines, il risque d’être licencié.

C’est donc sous le pseudonyme Vernon Sullivan qu’il a écrit aussi ce roman. Un roman sur la discrimination et les racines. Une histoire coup de poing qui vous empêchera de vous lever après sa lecture.

Leave a Comment