Retour home
Avatar
Écrit par
blogueur Littérature & Polar
19 juin 2019 |  16 likes   |  56 vues

Super-héros ou Anti-héros : sélection BD

En Amérique, la bande dessinée s’est démocratisée avec les aventures de supers-héros. Dans les pays francophones, les adaptations des comics américains ne tarderont pas à fleurir. Ça c’était dans les années 30-40. Qu’en est-il en 2019 ? Super-héros oublié, vieillard aventurier, ex-taulard nonchalant, les histoires de ces trois héros-malgré-eux ont particulièrement retenu mon attention dans les sorties BD de ces derniers mois.

Le combat politique et social d’un antihéro

La Tuerie

La Tuerie c’est le nom donné au service de l’abattoir où les employés achèvent les bêtes. Véritable confrontation avec la mort, le travail y est difficile tant physiquement que mentalement. Pour Yannick, c’est aussi l’occasion de gagner plus d’argent, les salaires étant plus élevés que dans les autres services de l’entreprise.

A peine sorti de prison, ce solitaire n’a pas d’autre choix que d’accepter un poste dans l’usine de la mort. Officieusement, notre protagoniste principal cherche également à découvrir ce qui se cache derrière les murs de l’abattoir. Un combat politique, une affaire personnelle ?

Mauvaises conditions de travail, un patron qui trempe dans des affaires sordides, c’est le quotidien de ces hommes et ces femmes abîmés par leur travail et par la vie. Passés difficiles, futurs sans espoir, les destinées des employés de l’abattoir se mêlent à celle de Yannick.Un recueil de vies dans un univers de chair et de sang.

Véritable critique sociale et politique, cette bande dessinée se dessine comme le reportage d’un milieu peu connu. Dénonciation des conditions d’abattage pour certains, nécessité économique pour d’autres, Laurent Galandon, connu pour son engagement politique dénonce également une cadence frénétique invivable pour les ouvriers. La lumière est faite sur un milieu clos, révélation par révélation, à l’image d’une intrigue policière.

A l’ancienne

L’aventure rocambolesque d’un pétulant octogénaire

Une histoire de diamants et de corruption, une tombe à profaner, une course poursuite effrénée. C’est un peu un scénario à la James Bond. Des aventuriers musclés, des personnages virils qui n’ont peur de rien … pas tout à fait. Le héros de l’histoire ? Un octogénaire qui prodigue des conseils tel des mantras, à chaque début de chapitre.

Pour Julius Jacob, incorrigible amnésique, le compte à rebours est lancé s’il ne veut pas creuser sa tombe (et continuer à fouiller dans celles des autres). Et pour bien comprendre son histoire, Benoît Vieillard commence par la fin pour reconstruire le puzzle et démêler la mémoire de ce tendre vieillard. Une bande dessinée qui se lit donc à l’envers mais à l’endroit sur un air de violon.

Humour désuet, expressions surannées, ce charme à l’ancienne est sublimées par les planches de Julien Monier ( qui a notamment illustré Sang Noir ). Des illustrations de Paris aux couleurs magnifiques qui ont contribué à faire de cette BD un vrai coup de cœur.

Le vrai Super-héros qu’on avait un peu oublié

Mister Miracle

Éduqué sous le joug de Darkseid, un Dieu du mal recherchant chaos et pouvoir absolu, Scott Free s’échappe de sa planète et se cache sur Terre. Pour passer inaperçu, il prend le nom de Mr Miracle, une sorte de professionnel de l’évasion.

Le super-héros venu d’une galaxie lointaine qui réalise des prouesses sur la Planète Bleue c’est un peu cliché. Mais la force de ce comics est d’insérer dans ce récit de la fragilité, de l’humanité. Scott Free n’est pas invulnérable, comme nous, il se demande qui va nourrir le chat pendant qu’il part sauver le monde! Sous ses airs légers, Tom King insère dans son scénario des sujets plus sérieux. En effet, notre héros est un suicidaire raté, enfermé dans une dépression bien présente dans chacun des choix qu’il va devoir opérer. Un sujet peu habituel dans les aventures de super-héros qui sera abordé avec philosophie au cours des nombreux dialogues entre les personnages. Et si les illustrations de Mitch Gerads sont colorées et fidèle au genre, la sensibilité est bien le maître mot de ce comics. Mais que les fans du genre se rassurent, galaxies lointaines et batailles spectaculaires entre dieux ennemis sont aussi au rendez-vous.

Leave a Comment