Retour home
Luc
Écrit par
blogueur BD
20 décembre 2016 |  2 likes   |  118 vues

Sélection Noël interdite au moins de 16 ans…

Sélection « carré rose » (ou blanc)

Noël approche à grand pas et vous avez envie d’offrir une bande dessinée un peu “spéciale” a votre ami(e). Quoi de mieux qu’une bande dessinée érotique ? Les bandes dessinées érotiques peuvent rimer avec qualité. La preuve en est des trois titres qui vont suivre et vu que je suis éclectique ce sera un manga, un comics et une bande dessinée franco-belge.

nude-glenat


« Nude » de Mihiro et Makoto Ojiro

Qui n’a jamais rêvé d’être sous les feux des projecteurs ?
Hiromi Yamase, elle, pense que son destin sera de percer dans le domaine de la photographie. Un dénicheur de talent aux dents longues lui propose des shootings légèrement déshabillés. Une occasion en or pour Hiromi de gagner de l’argent et d’aider financièrement son couple. Chemin faisant, les photos deviennent de plus en plus osées et son manager commence à lui proposer des vidéos. Elle va vite découvrir qu’il n’est pas évident de concilier vie privée et vie professionnelle surtout quand celle-ci est difficilement concevable par son proche entourage.

Les auteurs :

Mihiro : Mihiro Taniguchi dont le vrai nom est Hiromi Yamase est une modèle puis une actrice de films “érotiques” Japonais (Adulte Vidéo en Japonais). « Nude » est son histoire. Elle s’est retirée en 2013 des productions vidéos, mais continue de jouer dans des films, essentiellement des comédies légèrement érotiques.

Ojiro Makoto : Sa première œuvre éditée fut un seinen ecchi (manga adulte érotique) du nom de « Katekin » en 2006. Elle avait alors 24 ans. Elle enchaîna avec « Nude » en 2009 puis resta dans le seinen pour ses autres récits qui furet publié assez régulièrement, tous les 2-3 ans. Ils alternent les histoires avec un ton surnaturel très adulte, comme en témoigne sa série « 8 tales of the ZQN » et « Zoo Factory » avec des « Tranches de vie » plus légères, légèrement érotique comme « Neki no otera no Chion-San » et « Fujiyama-san wa Shishunki ».

Une plongée dans le monde du hard japonais.

En soi, l’histoire n’est pas révolutionnaire mais la construction du récit est si personnelle qu’il nous attrape et ne nous lâche plus. Certaines scènes, si elles ont réellement eut lieu, sont tout bonnement révoltantes. Un manga adulte brillant de par la psychologie du personnage principal et le dessin léger, jamais vulgaire et efficace de Makoto. Lisez-le, vous ne serez pas déçu.

sunstone_volume_3_bonus_by_shiniez-d8ufawt


Sunstone de Stjepan Šejić et Linda Luksic Sejic

Soyons clairs, on ne parle pas du SM ridicule de « 50 nuances de Grey ». Ici, c’est une vision réaliste et sensible de ce milieu que les deux créateurs de la série nous livrent. Une plongée dans un milieu méconnu du grand public à travers la relation de deux femmes.

Sexe et plus si affinités
Lisa Williams est une jeune écrivaine et le milieu Sado Masochiste l’a toujours attirée, mais elle n’avait jamais osé passer le pas. Elle entretient un tchat électronique avec Ally Carter, une femme d’affaire qui a bien réussi sa vie. Ally a déjà expérimenté le BDSM (bondage, domination, soumission, masochisme) avec son ancien petit ami, Alan. Pourtant, elle reste novice. Finalement, elles décident de se retrouver afin de partager une relation SM. Ally est la dominatrice et Lisa, la soumise. D’une relation débutant uniquement sous le signe du sexe va déboucher quelques choses de plus fort ente elles…

Stjepan Šejić :
Auteur croate, il a débuté comme coloriste avant de devenir dessinateur. Son premier long travail fut sur « Witchblade ». Il réalisa aussi quelques numéros d’ « Evil Dead », « Terminator », « Red Sonja », « Xena »… pour Dynamite. Il travailla également pour Marvel. Son Deviant art est magnifique. Il publia d’abord « Sunstone » en Web comics avant qu’ “Image” ne décide de le publier. Il retravailla d’ailleurs certaines planches pour l’occasion.

sunstone
sunstone_vol3-1

Linda Lukšić Šejić

Auteure croate et aussi coloriste et dessinatrice, Linda a travaillé pour Dynamite, Top cow et Zenescope. Ses travaux les plus connus sont « Eden fall », « Postal », le webcomic « Blood Stain » et bien sur « Sunstone ». N’hésitez pas a visiter son Deviant Art.

50 nuances de bonheur
Débuté en 2011, « Sunstone » est une histoire sensible, érotique, sur la vie de deux femmes qui vont se découvrir et s’apprécier. Le dessin de Stjepan est tout bonnement magnifique et les couleurs sont resplendissantes. L’expression des personnages est vivante et leur psychologie profonde. Dans le tome 1, Ally appréhende sa première entrevue avec Lisa car, jouant la dominatrice, elle se doit de se montrer avec une grande confiance. Une double page nous présente chacune des protagonistes choisissant leur tenue, les commentant une par une. Ces deux exemples (et il y en a beaucoup), renforcent le côté attachant et réaliste de l’histoire. Un comics indépendant à lire sans modération.

chi3lnmwiaayov6


Blanche neige de Trif, Master Tabou et Celestini

Vous rêviez de lire un crossover érotique entre Blanche neige et Raiponce ? Votre rêve est exaucé avec cette trilogie érotique sur ces deux contes. L’ingénue Raiponce est gardée prisonnière par la belle-mère de Blanche Neige. Comme dans le conte, Blanche Neige va être poursuivie par sa belle-mère, mais cette fois c’est avec Raiponce qu’elle arrivera chez les nains. D’ailleurs dans cette version Simplet n’est pas un nain (ce qu’il faut éviter de mentionner car, « ça le perturbe » dixit les autres nains) et le prince Charmant est froid et calculateur. Ajoutons un peu de magie avec la belle-mère de Blanche Neige et vous obtenez une relecture du conte des plus plaisantes.

Les auteurs :

Trif est un dessinateur italien. Il a remporté en 2009 le prix du jury pour son album « Il calcio è meglio della vita » (Le foot c’est mieux que la vie). À ce jour il a publié en France, chez les éditions Tabou, « Blanche neige » et “Cendrillon”. Il co-scénarise cette version de Blanche Neige avec Master Tabou.

Andrea Celestini est lui aussi italien. Coloriste de métier, il a travaillé pour beaucoup d’éditeurs indépendants. Il rencontra Trif sur « Il calcio è meglio della vita » et travaille avec lui sur “Cendrillon” et « Blanche Neige ».

Un conte à tiroir
Ce qui surprend le plus dans cette bande dessinée c’est l’intelligence du scénario. Car en dépit du côté érotique, les auteurs glissent des critiques de la société et rendent crédible leurs personnages grâce à des motivations réalistes. La Belle-mère est redoutable, mais elle trouve un maître chez le Prince Charmant. Blanche-Neige et Raiponce sont loin d’être des demoiselles en détresse et leur relation est rafraîchissante. Un conte érotique qui a le mérite d’éviter la vulgarité et qui redonne ses lettres de noblesse a un genre souvent méprisé du grand public.

Voilà c’est tout pour cette semaine ! La semaine prochaine, nous entamons la dernière ligne droite avec une sélection de manga (sans “s”, merci, car c’est un mot étranger). À bientôt !!!!!

Leave a Comment


10 + 7 =