Retour home
Jordane
Écrit par
blogueur BD
28 août 2019 |  1 like   |  32 vues

Gargouilles, retour vers le Moyen-Âge

En lisant la série de BD « Gargouilles », vous accompagnerez Grégoire un jeu garçon du 21 ème siècle qui se retrouve projeté à l’époque du Moyen-âge grâce à un médaillon doté d’immenses pouvoirs.

Dès son apparition au Moyen-âge les gargouilles de la cathédrale qui se trouvait à côté de chez lui s’animent, elles se mettent à lui parler, et elles promettent de l’aider à rentrer chez lui en
échange de quelques services…

Au début, Grégoire a du mal à réaliser ce qui lui arrive, il pense qu’il rêve… Ce n’est que lorsqu’il essaya de rentrer chez lui et qu’il retrouva sa famille vêtue comme au Moyen-âge qu’il comprit qu’il ne rêvait pas, et qu’il allait falloir qu’il trouve un moyen pour rentrer chez lui. Sa famille est la même, sauf que leur situation a changé. Son père exerce une profession différente, il est artisan et sa sœur est déjà promise à un homme de bonne famille. Quant à lui, il est destiné à devenir érudit. En effet, le Grégoire de cette époque est surdoué, et est le premier de sa classe. Mais, petit problème : le Grégoire contemporain ne parle pas un seul mot de grec…

C’est donc grâce à ses nouveaux pouvoirs magiques que Grégoire réussira à se sortir de nombreuses situations. Grâce à eux, il parviendra à parler grec couramment, et à échapper aux ombres qui menacent les gargouilles et leur univers. Le garçon sera considéré comme un sauveur. Il fera
régulièrement des va-et-vient du Moyen-âge à son époque, car pour sauver le monde magique des gargouilles, il devra trouver des réponses là d’où il vient, dans son futur à lui. Car malheureusement, pour le monde passé, présent et futur, les mauvaises personnes n’ont pas changées d’une époque à l’autre …

Je vous laisse donc découvrir la BD de mon enfance. C’est une BD indémodable qui plait toujours autant. Je vous souhaite donc bienvenu dans l’univers de « Gargouilles », univers où la magie et les créatures fantastiques du Moyen-âge ont une place primordiales.



Leave a Comment