Retour home
Maud
Écrit par
BLOGUEUSE
18 sept. 2017 |  2 likes   |  37 vues

Edelweiss : la ténacité d’une femme

L’ edelweiss est sûrement la plante la plus célèbre de montagne. D’ailleurs elle est presque un emblème national puisqu’on la retrouve sur les pièces de 5chf ! Mais aujourd’hui, il s’agit du titre d’une des dernières bande dessinée que j’ai eu plaisir à lire.

A croire que toutes les jeunes femmes répondant au prénom Olympe sont destinées à avoir du caractère et de la ténacité! A l’instar d’Olympe de Gouges (auteur de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne), l’héroïne d’Edelweiss, sait ce qu’elle veut ! Son but : gravir le Mont Blanc comme l’avait fait son aïeule Henriette d’Angeville.
Cependant, il n’est pas toujours facile de réaliser ses rêves… Surtout lorsqu’on est une femme dans les années 40 et que l’on est passionnée d’alpinisme. Sur une période assez longue, Cédric Mayen, nous livre son combat pour y parvenir.

L’histoire commence par la rencontre d’Olympe, jeune femme issue d’une famille aisée et Edmond, ouvrier qui souhaite une petite vie tranquille. Mais c’est sans compter sur l’amour qui va naître entre eux malgré les différences qui les opposent. L’auteur y décrit alors les difficultés et aléas qui vont joncher ce mariage et mettre à mal leurs rêves communs. Il ne s’agit pas seulement d’une histoire d’amour mais également d’un prétexte pour y décrire l’économie d’après-guerre, le statut de la classe ouvrière ainsi que de l’émancipation des femmes.

téléchargement (1)
téléchargement

Si j’ai voulu découvrir cet album, c’est lié essentiellement à la couverture de celui-ci.En effet, j’y ai reconnu le trait de Lucy Mazel. J’avais eu l’occasion de lire la série Communardes qui met en avant des destins de femmes pendant la Commune. A-t-elle souhaitée poursuivre cette thématique avec Edelweiss ? J’avoue que je ne peux que l’y encourager au vu de la réussite de ses dessins. Déjà à l’époque son trait rond, ses couleurs m’avaient plus et dans ce dernier album on note un réel progrès dans son graphisme.
J’ai également beaucoup aimé les pages pleines qui mettent en avant des instants cruciaux de l’histoire. Une sorte d’arrêt sur image.

Le duo Mayen/Mazel a sû équilibrer entre rire, pleurer et espérer sans tomber dans l’excès et nous offrir un album plein de sentiments vrais comme je les aime !

Une histoire intense, qui atteint des sommets en matière d’émotions…

Leave a Comment


2 + dix =