Retour home
Jordane
Écrit par
blogueur BD
26 juin 2019 |  4 likes   |  40 vues

Ces jours qui disparaissent

Ces jours qui disparaissent

Que feriez vous si d’un coup vous vous aperceviez que ne vivez plus qu’un jour sur deux ?
Réussiriez-vous à garder le contrôle de votre vie, tout en étant décalé par rapport à celle des autres?

Lubin Maréchal va essayer de garder le contrôle de sa vie face à un tel phénomène qui le dépasse et le consume peu à peu. Suite à une mauvaise chute en pleine représentation, Lubin se rend compte qu’il ne vit plus qu’un jour sur deux. Il découvre que lorsqu’il s’endort, le lendemain matin, un « autre lui » s’empare de son corps et mène sa vie comme il l’entend, une vie bien différente de la sienne… Tout oppose ces deux personnalités qui cohabitent dans le même corps, ce qui finit par créer petit à petit des conflits avec les proches du jeune garçon. Etant donné qu’il a de grandes difficultés à gérer sa vie personnelle et professionnelle le jeune homme décide de consulter un psy. Celui-ci lui conseille d’entrer en contact vidéo de manière interféré avec son autre lui afin de communiquer et gérer au mieux la situation.
Les deux personnalités parviennent à cohabiter tant bien que mal dans un même corps, jusqu’au jour où l’alter ego de Lubin prend le dessus et le fait disparaître de plus en plus longtemps…
Lubin souffre t’il de troubles de la personnalité ou est-il réellement victime d’un phénomène qui le dépasse et prend littéralement possession de son corps?

Je vous laisse découvrir « Ces jours qui disparaissent ». Cette oeuvre vous plongera dans un récit traitant de la thématique complexe du dédoublement de la personnalité au travers d’un récit fantastique passionnant. Elle vous rappellera aussi l’importance de vivre chaque instant, car les jours qui disparaissent ne peuvent jamais être récupérés…
Si vous avez apprécié le style et l’authenticité de Thimothé le Boucher, je vous invite à découvrir « Le patient » un thriller psychologique à couper le souffle (article disponible sur blog.fnac.ch).

idem

Leave a Comment