Retour home
Gregory
Écrit par
blogueur
20 octobre 2016 |  92 likes   |  76 vues

Black Science de Remender et Scalera chez Urban Indies

black science BD

Accrochez-vous a vos jet-packs, ce coup-ci je vous propose un rodéo dantesque dans le multivers avec le comics BLACK SCIENCE!

black science tome 4

de Rick Remender et Matteo Scalera

-Allez, c’est à toi, lis bien ton texte.

– Humm ..Il existe une dimension au-delà de ce qui est connu de l’Homme ; c’est une Dimension aussi vaste que l’Univers et aussi éternelle que l’Infini : elle est à la croisée de l’ombre et de la lumière, de la science et de la superstition, elle est le point de rencontre des ténèbres crées par les peurs ancestrales de l’Homme et de la lumière de son savoir, c’est la dimension de l’imagination, un domaine que nous avons baptisé :…

– THE BLACK SCIENCE!! (et merci Rod..)

En fait d’une autre dimension (une quatrième , voire une cinquième), la série Black Science convoque un Infinivers, soit des possibilités illimitées de mondes différents :

Grant McCay est un scientifique quantique génial, un rebelle narcissique, un père absent et un mari volage.
Lui et son équipe vont mettre au point une technologie (le « pilier ») qui permet de voyager entre les dimensions, entre toutes les réalités possibles.
Mais suite au sabotage de la machine, le petit groupe, ainsi que les enfants McCay, vont errer dans ces dimensions, sans contrôle sur la durée ou la destinations des sauts.

Confrontés à des mondes hostiles, des créatures télépathes, des rustiques batraciens électriques ou un assaut d’indiens sur-armés contre la coalition européenne, Grant va essayer de toutes ses forces de ramener son équipe et de corriger ses erreurs. Mais entre les tensions internes du groupe, la découverte du saboteur, et les dangers permanents de ces mondes funestes, la survie ne sera pas aisée.


Vous vous dites sûrement : j’ai déja vu ça !
Peut-être pensez-vous à Adventure Time, Stargate, ou si vous êtes un vieux schnock (comme moi) à Sliders les mondes parallèles

sliders les mondes paralleles

Tout d’abord, les mondes inventés de Black Science ne sont limités que par l imagination des auteurs (et ils en ont!).
On ne parle pas ici de Terre parallèle où Donald Trump serait un parfait gentleman un poil introverti, ou une planète asservie par une horde de hippies.
Black Science nous balade de civilisations lovecraftiennes à des uchronies hallucinées, toutes les possibilités étant offertes.

Mais Black Science se distingue surtout par la qualité de ses auteurs .

L’italien Matteo Scalera signe de très belles planches, aux cadrages inspirés, aux mises en pages réjouissantes et aux encrages appuyés.
Ce qui saute aux yeux est le soin abordés aux univers créés et évidemment la richesse chromatique,
pratiquement psychédéliques par moment, et que n aurait pas renié un Jack Kirby ou Steve Ditko.
Bref, on en prends plein les mirettes avec des explosions pourpres et des effets enluminés.

Au scénario, nous retrouvons Rick Remender, qui a œuvré entre autres sur Uncanny X-Force, Vénom, Fear Agent, Punisher…et plus récemment sur Deadly Class, Low et le remarquable Tokyo Ghost.
Comme souvent chez lui, le vernis-comics lui permet de parler de situations familiales en échec, de liens difficiles à tisser et de doutes quand à sa responsabilité de parent.
Black Science n’y échappe pas.
Après 2 premiers tomes haletants, toujours sur la brèche, après un troisième tome plus attendu, moins surprenant, le quatrième voit Grant se prendre ses échecs en tant que père et homme en pleine face.
L’apparition de Doppelgänger, doubles venus de réalités différentes va fortifier sa prise de conscience.
Le tome 5 a sortir devrait nous amener à une fin de cycle avec son lot de bouleversements.

Si les auteurs arrivent à garder une tension scénaristique tout en se renouvelant, Black Science pourrait devenir une grande série de SF, je vous invite donc à aller y jeter un œil, Urban Indies ayant eu l’excellente initiative de proposer un pack avec les 2 premiers tomes à petit prix!

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Leave a Comment


8 − 1 =