Retour home

Écrit par
blogueur
14 mars 2013 |  0 like   |  10 vues

Wu Xia – Swordsmen 2011 (+12 ans). Ca tranche sec dans l’Empire du milieu !

A la base, je voulais vous parler de potion magique car, après le proprement atroce troisième opus des aventures d’Astérix, je me réjouissais sincèrement du nouveau, étant un grand fan de la Gaule résistante ! Malheureusement, comme tous les autres métrages de la franchise – à part le « Cléopâtre » de Chabat – si  les acteurs tentent de faire au mieux et c’est parfois payant, il y a un énorme problème de rythme, cela dès le début ! Malgré quelques bonnes idées, on s’ennuie fermement !!!! Donc, au lieu de pleurer pendant 5 minutes, faisons-nous plutôt plaisir en parlant de Wu Xia : en « français » Swordsmen !
Nous sommes sous la dynastie Qing (dernière dynastie, 1644-1912). Liu Jin-xi, fabricant de papier, mène une vie paisible dans un village isolé avec sa femme Ayu et leurs deux enfants. Mais l’arrivée d’un détective va bouleverser leur existence…
Si j’ai envie de vous en parler, c’est que c’est la dernière production chinoise à ABSOLUMENT ne  pas manquer depuis les deux premiers IP Man (en attendant The Grandmaster de Wong Kr Wai qui sortira le 17 avril au cinéma – mais il est déjà dispo sur le net pour les plus impatients comme moi… et c’est un sacré chef d’oeuvre !!!!). A nouveau avec celui qui a succédé à Jet Li il y a une bonne dizaine d’années de cela, je veux parler du génie Donnie Yen. Ici encore, en plus de tenir le premier rôle, il réalise les chorégraphies des combats. Je vous assure, c’est de la folie contagieuse !
Tout commence bizarrement avec un affrontement au premier abord ridicule nous montrant la mort de deux grands connaisseurs en arts-martiaux. Une enquête Sherlock Holmesque va dès lors commencer. On sent très rapidement que ce fait divers cache un mystère, lui-même dissimulant une grande légende. Pour ceux ne le sachant pas, le Wu Xia, c’est “les aventures d’un chevalier expert en art martial durant les temps anciens qui, lié par un code d’honneur, se doit de protéger les pauvres de l’oppression”. Ainsi, l’attente concernant le métrage était réellement grande vu son titre. Et si tout démarre calmement, c’est face à un divertissement de très haute volée que l’on se retrouve très rapidement. On sent toute la volonté de faire participer le spectateur à une aventure au souffle épique et à la beauté ultra travaillée. Les influences sont diverses car le métrage prend un nouveau virage bienvenu dès l’enquête résolue, nous emmenant dans une lutte pour la liberté et la survie. Il sera évidemment bien question de code d’honneur mais aussi de « code » familial et de responsabilités. Les quelque deux heures quarante défilent devant nos yeux avec un tel plaisir emballant et communicatif que l’on s’attache aux personnages de très belle manière et on en redemande ! C’est ainsi que ce patchwork de métrages aussi fameux qu’improbable réunissant pour le meilleur, le « History of violence » de Cronenberg, le « Sherlock Holmes » de Guy Richie, « IP Man », « Twlight samouraï » et j’en passe, aura un goût de feu d’artifice à l’énergie revigorante utilisant un maximum les ressources vectrices de bonheur cinéphilique aussi bien visuelles qu’auditives avec une aisance certaine. Bref, le cinéma chinois tient un métrage réellement addictif et divertissant qui plaira à un maximum de personnes. Même les plus frileux concernant ce genre d’histoires venues d’Asie pourront sans mal se prendre au jeu et apprécier. En une seule onomatopée : waouh !!!

Un dernier coup de sabre sur les suppléments ?

Plutôt LE supplément vu qu’un making of réduit sera le seul compagnon de jeu de ce film jouissif à souhait. Par contre, pour aborder un peu la qualité de l’image et du son de cette œuvre, je vous assure que vous en aurez pour votre argent. Des plans d’une maestria à tomber et des idées de mise-en-scène magnifiées par la qualité impressionnante du blu-ray. Et là, on peut même aller jusqu’au YOUHOUHOU de Albert Le Vert !

3 Responses to “Wu Xia – Swordsmen 2011 (+12 ans). Ca tranche sec dans l’Empire du milieu !”


Christian
15 mars 2013 Répondre

La description que tu en fais, fait penser à Détective Dee. C’est dans cette veine là?

Bruno
16 mars 2013 Répondre

Ça donne vraiment envie de voir ce film, je le regarderais tout bientôt je pense ^^

Sinon j’ai ENFIN vu Cloud Atlas ! j’ai vraiment adoré ce film (pas tout compris mais ça donne une raison de plus de le revoir ahah) il est très bien rythmé et je pense qu’il resume au mieux le livre (que je n’ai pas lu xD) qui devait être très dur a adapter…. Bon les deux personnes avec qui j’ai vu ce film ont pas aimé du tout et je comprends qu’il ne plaise pas a tout le monde mais en tout cas GRAND RESPECT aux réalisateurs qui ont fait un énorme travail pour donner à cet adaptation une certaine crédibilité. Bref vivement le blue ray avec pleins de bonus et pour voir le film en version « OMG THIS IS ******* (F word) FABULOUS ! ».

Didier_Lausanne
2 avril 2013 Répondre

Je suis complètement nul j’ai zappé de répondre à vos commentaires et je suis bien navré : )
Pour Christian, j’ai préféré quand même Detective Dee (effectivement dans la même veine mais si on compare seulement la première partie du métrage, la suite prend des strates différentes mais également sympathiques) mais il faut bien avouer que ce sont deux films plus récréatifs qu’autre chose. Ces derniers temps j’ai regardé également le dernier Jackie Chan Chinese Zodiac et c’était nettement en dessous ahahah… Jackie Choune, c’était mieux avant !

Pour Bruno, MERCI INFINIMENT pour ton retour sur Cloud Atlas, c’est de loin le métrage qui procure le plus de réactions actuellement, positives ou négatives. Mais l’apanage des grands films c’est de créer le débat et c’est le cas en long, en large et en travers pour la dernière réalisation des « parents » de Matrix et le papa de Lola. Mais je suis heureux que tu l’aies apprécié car personnellement j’ai encore du mal à me remettre de cette claque. Sinon pour tes amis, peut-être que plus tard ils seront plus sensible au film et qu’ils l’apprécieront. Sinon c’est pas grave, comme avait dit Lana W. : « ce métrage on l’a fait pour nous, on savait qu’il ne serait pas commercial ni apprécié par tous. Et si l’exercice fut fort difficile et de longue haleine, nous sommes heureux de l’avoir réalisé et produit. ».
J’en ferai un article pour la sortie DVD/BR et effectivement, je boufferai tous les bonus jusqu’au dernier ^^

Leave a Comment


dix-neuf − 19 =