Écrit par
blogueur
22 décembre 2011 |  0 like   |  0 vues

The Mondrians, To The Happy Few

Les Swiss valleys ont du bon, et du bon rock aussi; quatre tumultueux montheysans palpent depuis un certain temps leurs amplis et ont eu raison de leur dégaine, se montrant comme exemple d’un groupe helvétique qui profile un parcours remarquable.
Après avoir sorti leur premier album The Mondrians en 2009 produit par nulle autre que Gordon Raphael (deux premiers albums des Strokes), ils ont écumé les scènes des plus réjouissantes telles que la Volkshaus à Zurich avec The Kooks, le Paléo en 2007, ou encore ont remporté le tremplin des Eurockéennes de Belfort. D’enjambées, les voilà bichonnés par la presse et les radios, dont notamment le Rock&Folk.
Qui l’eu cru, le british rock nait aussi entre nos montagnes. Dernièrement, après avoir connu un changement de batteur en 2010, The Mondrians sortent leur deuxième album To The Happy Few, qui se résume être ingénieux et original. Un frenchy accent bien assumé se frêle un chemin sur des compositions méditées à la guitare et enjolivées au clavier. En quelques mots du rock créatif, mais également rythmé et bourré de happiness, comme sur Fantastic Drive to the Church, Trovander ou Villa Maria.

Définitivement un album qui se résume être d’une grande classe, que l’on peut aborder avec un excellent échantillon, par exemple avec la chanson Hard Times pour s’en certifier.

Voici une vidéo qui résume agréablement bien le monde des Mondrians:

Leave a Comment