Écrit par
blogueur
05 décembre 2013 |  0 like   |  33 vues

The Lone Ranger (2013). Cowboy et indien sont de retour !

Et hop, on ressuscite une ancienne série tv pour en faire un grand film ?

Oui ! Encore et encore, pourrait-on dire… car après le tout léger Dark Shadows – déjà avec Johnny Depp dans lequel Tim Burton rendait un hommage à mon goût extrêmement vain (mais chaleureux pour certains) à un de ses moments de télévision préféré en noir / blanc -, voici The Lone Ranger ! Exit le vampire « has been » et bonjour à la paire « indien / cowboy » qui l’est tout autant… voire plus !
Dans ce film, on nous propose de découvrir les origines de leur rencontre tout en suivant les véritables péripéties de ces deux personnages qu’au premier abord rien ne rassemble si ce n’est la bêtise absolue et le n’importe quoi ! On pourrait quand même évoquer leur grand coeur si on voulait vraiment creuser mais vu qu’ici le monde se divise en deux catégories d’hommes, on va se contenter d’avoir le pistolet chargé !
The-Lone-Ranger-Movie-2013-HD-Wallpaper
Disney reprend cet enfant terrible du 7ème art qu’est l’interprète de Edward aux mains d’argent. On lui associe le réalisateur Gore Verbinski en compagnie duquel il avait fait des miracles avec le Pirates des Caraïbes premier du nom (après la magie de la découverte et des premiers vents, les épisodes suivants ont quand même méchamment pris l’eau au vu de leur ivresse infiniment trop distillée), on leur donne 250 millions de billets verts ainsi qu’une liberté totale, et ça donne ça ! Un cuirassé qui aurait dû tout ravager en terme de chiffres cet été lors de sa sortie ciné mais qui s’est lamentablement planté, dans toute sa splendeur, dans le premier cactus rencontré !

11-lone-ranger the_lone_ranger-HD

Si je voulais vous en parler, c’est avant tout pour que vous ne passiez peut-être pas à côté de ce western version 2.0 qui, s’il fait quand même plus penser à l’horrible Wild Wild West dans son électricité et son rythme qu’à la classe absolue d’un Impitoyable, reste un moment haut de gamme de divertissement presque intelligent, aux scènes régulièrement folles et jouissives, et parfois carrément socialement engagé ! On ne s’ennuie jamais, les personnages sont haut en couleur, très bien interprétés et vous aurez droit, donc, à un bon gros morceau de bravoure cinématographique ne souffrant pas du trop numérique. S’il n’est pas inoubliable, il se montre parfois haletant et très souvent ultra entraînant… avec le bonheur au bout de la ligne… de chemin de fer ! D’ailleurs, cette aventure saura resplendir et vous en mettre plein les yeux grâce à la haute définition du blu-ray. Alors, pourquoi se priver de dessert et se contenter des miettes quand on nous tend une belle assiette si bien garnie ?

The Lone Ranger (Clayton Moore) and Tonto (Jay Silverheels)

Bref, s’il ne réinvente pas la poudre ni même la roue, cette grosse folie de gosses plus friqués que Ricky est un moment où la belle vie nous montre que l’on peut s’amuser de bon coeur sans forcément se faire du mal au cerveau ou au coeu-coeur comme la récente saga des Twilight (toilettes).

2 Responses to “The Lone Ranger (2013). Cowboy et indien sont de retour !”


David_LS
6 décembre 2013 Répondre

Superbe critique Didier! Je l’avais vu au cinéma et je suis d’accord avec vous! J’ai été surpris en bien par ce film. J’y allais pourtant avec un préavis négatif en raison des mauvais écho de la presse américaine notamment. Malgré quelques lourdeurs et situations improbables dans le film, j’ai passé un moment sympa qui m’a rappelé les bons côtés des Pirates des caraïbes 1 (sans l’égaler).

Un divertissement qui devrait satisfaire la famille en ces soirées hivernales.

Didier_Lausanne
6 décembre 2013 Répondre

Merci beaucoup David pour votre commentaire ! Injustement méprisé et laminé lors de ses critiques ciné, je trouvais qu’il méritait une critique un peu plus positive, vu avec des yeux peut-être moins déçu par la vie et heureux de passer un si bon moment de détente divertissante !

Leave a Comment