Retour home

Écrit par
blogueur
15 février 2013 |  0 like   |  29 vues

Skyfall (+12ans) 2012. Un très bel hommage soufflant les cinquante bougies de la saga, mais pas totalement abouti. 7/10

La licence James Bond, c’est un peu comme la boîte de chocolat de Forest Gump, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Ceci malgré parfois de grands réalisateurs à la mise en scène. Mais, quand on nous annonce la présence de Sam Mendes aux commandes du dernier opus, célébrant par la même les cinquante ans de la franchise, on a quand même un peu de peine à cacher son excitation et son impatience… sans parler du « bad guy » de l’épisode, joué par le génialement timbré Javier Bardem ! De plus, quand la plupart des critiques presse l’encensent en disant que c’est probablement le plus réussi d’entre tous, l’attente en devient insupportable !!!
Le film sort, je me rue dessus et là, c’est le drame ! Enfin, en toute objectivité pas tout à fait : le métrage infiniment jouissif promis est certes un très, très beau moment de cinéma, visuellement ultra abouti (sur ce point-là, c’est juste P A R F A I T !). Hélas, à mon goût, il n’arrive jamais à dépasser le stade d’un «Bond au-dessus de la moyenne». Bon(d), je suis certainement un peu dur mais j’en suis réellement ressorti déçu, voire frustré.
Alors, pour que j’en arrive à une conclusion comme celle-ci, que s’est-il passé ?
Plusieurs petits points que je n’aurais probablement pas autant haïs si je ne pensais pas me retrouver devant – n’ayons pas peur des mots – le 007 rêvé : ces wagons qui, d’une simple rafale de mitraillette se détachent, la fin de la séquence d’ouverture, juste une des moins réussies de la saga… cette vision de l’informatique comme dans Superman 3, complètement tronquée et dépassée de quelques décennies… ces scènes qui se suivent sans réellement vous inviter à vivre l’histoire car, même si elles sont toutes incroyablement belles et léchées, elles n’arrivent pas à rendre le récit émotionnellement engagé… Pourtant, c’est une histoire de vengeance, nom de Zeus !!!! A mon avis, rallonger le tout de deux ou trois moments narrant visuellement le conflit entre M et Javier Bardem (au lieu d’en parler vite fait comme si on écoutait une blague Carambar…), ainsi l’immersion, de même que l’intérêt du spectateur auraient été bien meilleurs ! Cela aurait donné une VRAIE raison au film… et à toute la folie sans retour que le grand méchant aux ressources infinies déploie, une HISTOIRE qu’on aurait eu du plaisir à suivre !
Ce sont tous ces petits défauts qui m’ont terni l’expérience, et c’est d’autant plus dommage que des points forts, dans la pelloche, il y en a beaucoup ! En plus d’être en nombre, ils vous procurent de magnifiques moments de frissons et de plaisirs purement issus de l’univers de Ian Fleming. Alors, les fans de l’œuvre originale seront certainement aux anges lorsqu’ils les découvriront, mais des bonnes idées n’ont jamais fait un bon ensemble ni même une bonne harmonie.
Ce n’est que mon avis, je le répète, et il aurait été certainement bien plus positif avec un autre metteur en scène à bord. Je tiens tout de même à préciser le fait que ce film est  un des meilleurs James mais que le miracle Casino Royal n’a malheureusement pas été réitéré. On a donc bien affaire à un « simple » James Bond alors que le film de nous
Pour la note j’aurais bien mis un 4/10 de rage mais en rapport à la licence, il faut bien admettre que l’objectif est rempli avec panache.

4 Responses to “Skyfall (+12ans) 2012. Un très bel hommage soufflant les cinquante bougies de la saga, mais pas totalement abouti. 7/10”


Christian
15 février 2013 Répondre

D’accord sur tous les points soulevés dans l’article, à l’exception de la scène d’introduction que j’ai trouvé brillante contrairement à toi.
Sinon, je dirais qu’hormis la photographie de Roger Deakins, le gros point fort du film se situe au niveau de la lecture psychanalytique du rapport « mère-fils » entre Bond et M, et tout le détournement du mythe Bondien, le côté « traçons une croix sur le Bond du passé ». L’Aston Martin explose, on fait table rase des gadgets genre stylo qui explose, car c’est has been. Le film tout entier consiste à faire table rase du passé : tous les attributs du personnages sont détruits un par un (y compris une certaine virilité, ce que je regrette), Le MI6 explose, les traces de ses origines s’envolent en fumée, M (et vieux Q) disparaissent, ce qui fait qu’à la fin il est un nouveau James Bond débarrassé de toutes ses breloques. Or le James Bond épuré de ces gadgets, de ces tics et gimmicks (le James Bond de Casino Royale en somme), c’est un James Bond qui me plaît davantage que celui incarné par Brosnan, toujours trop bien coiffé, superficiel et sans attribut véritablement humain. Et l’overdose de gadget, je n’ai jamais cautionné; l’Aston Martin invisible et truffées de missiles étant pour moi la goutte d’eau ayant fait débordé le vase. Voilà pourquoi je regrette également le côté informatique surfait dans ce Skyfall.

Bruno Oddo
15 février 2013 Répondre

J’ai jamais été un grand fan de la saga James Bond et pourtant je dois dire que celui là m’a beaucoup plu ! Je pourrais pas vraiment comparer aux autres car je les ais pas tous vu (heureusement la collection James Bond en BR va y remedier) mais pour ce que j’ai vu il est très correct.

Il y a de l’action, des ptits clash assez drôle et un scénario plutôt bon (peu d’émotions mais tant pis). On voit aussi qu’ils essaient de changer un peu les choses: Un nouveau Q, le MI6 qui doit être reconstruit (ce qui pourrait amener du changement a l’organisation) et un nouveau………(you know what)…….. je pense que ça annonce des suites differentes de ce qu’on a déjà vu (un mini reboot en quelques sortes) et c’est tant mieux. La série évolue comme elle a toujours fait et il reste encore des années à 007 pour nous en mettre plein la vue !

Petite mention a Javier Bardem qui, je trouve, apporte plus que n’importe quel autre personnage dans tout le film

Didier_Lausanne
17 février 2013 Répondre

Comme toujours c’est un plaisir de vous lire messieurs : ) merci pour vos commentaires ^^
Pour ce qui est de la scène d’ouverture je l’ai vraiment aimée à part les dix dernières secondes qui n’ont pas réussi à me convaincre, lorsque James se fait prétendument tirer dessus. Je sais pas pourquoi mais ce dernier plan m’a plus énervé qu’autre chose… mais à nouveau tous ces défauts n’en sont pas pour ceux qui n’avaient pas placé leur barre d’attente du métrage trop haut.
Je me réjouis de voir la suite des aventures de l’homme au permis de tuer qui, sous les traits de Daniel Craig, est réellement devenu racé et ça, ça fait moult plaisir !!!!!
Bruno, concernant tes remarques, de mon côté j’ai toujours aimé la licence 007 avec plus ou moins de succès au fur et à mesure des épisodes. Il faut le savoir, c’est une tradition familiale que de les voir avec mon père et c’est toujours de très bons moments… même si le film est léger (pareil pour Indiana Jones… on avait même pris beaucoup de plaisir lors de la vision en salle du quatrième… il y a tellement de choses qui peuvent influencer notre jugement que revoir des métrages dans différentes conditions me permet de me faire un avis plus affuté que lors de la simple découverte de celui-ci… je suis quelqu’un qui s’enflamme très rapidement mais je pense que vous le savez – et je suis facilement aveuglé par un sentiment de bonheur total. C’est une bonne chose la plupart du temps car je prends mon pied à 10000% et je vis le film comme si j’y étais. Mais parfois cela me cache différents défauts qui, lors d’une deuxième vision, me font d’autant plus mal que je m’attends et j’espère être victime de la même claque de bonheur totale reçue la première fois). Bref à nouveau tout est subjectif et c’est tant mieux ! C’est d’autant plus beau de pouvoir partager ses expériences !
PS : Je vénère le nouveau Q : Ben Whishaw !!!!! Il est également le personnage que je préfère dans Cloud Atlas… mais nous en reparleront avec plaisir !

Christian
17 février 2013 Répondre

A propos du plan qui t’a énervé, moi c’est plutôt le petit saut ridicule sur le varan de comodo que j’ai trouvé complètement grotesque. D’ailleurs tout ce passage est assez mal torché à mes yeux.

Leave a Comment


dix-neuf − 13 =