Écrit par
blogueur
29 août 2011 |  0 like   |  8 vues

Quand un grand chef s’invite en bande dessinée…

En cuisine avec Alain Passard, Gallimard, 2011

 

En plus d’être une inconditionnelle de bandes dessinées, j’aime aussi beaucoup cuisiner (d’ailleurs mes collègues pourront vous le confirmer, je m’occupe très bien de leurs papilles !!).

Que ne fût donc pas mon bonheur de trouver dans mes arrivages l’album « En cuisine avec Alain Passard » paru aux éditions Gallimard sous le coup de crayon de Christophe Blain.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Alain Passard est le grand chef du restaurant L’Arpège situé à Paris  qui possède 3 étoiles au guide rouge Michelin (il s’agit de la plus haute distinction). La particularité de ce chef français est de ne servir à ses hôtes que les légumes et herbes provenant de ses potagers, travaillés de manière naturelle par ses équipes de jardiniers. Il prend donc le risque de s’exposer aux aléas de la nature mais ainsi il peut improviser et surprendre ses invités.

Quant à Christophe Blain, il est illustrateur et scénariste de bande dessinée (Gus et Quai d’Orsay pour ne citer que ces albums).

Christophe a  donc suivi pendant 2 ans ce grand chef et nous livre ici un très bel album pour mieux comprendre la cuisine d’Alain Passard. On y découvre le chef, les cuisines de l’Arpège, son jardin, sa brigade mais également 14 recettes inédites.

 

 

 

 Sous la spontanéité de son trait, Christophe Blain illustre parfaitement le métier et la philosophie d’Alain Passard pour qui le légume est une religion : «  Je veux faire du légume un grand cru : que l’on parle de la carotte ou de la betterave comme d’un Chardonnay ou d’un Cabernet-Franc. »

 

 

 

 

 

 

J’ai  testé une des recettes pour voir si cela était à la portée de tous. Verdict : les fraises aux berlingots (concassés)  avec un soupçon d’huile d’olive sont simplement extras. D’ailleurs voici une petite photo pour vous donner l’eau à la bouche (n’ayant pas été dernièrement à Carpentras d’où sont originaires les berlingots, je les ai remplacé par des bonbons Harlequin, mais c’est également très bon). Miam Miam !!! Maintenant il ne vous reste plus qu’à acheter l’album pour jouer au grand chef ou bien aller directement à l’Arpège pour goûter les créations du Maître (cliquer ici pour vous faire une petite idée)

One Response to “Quand un grand chef s’invite en bande dessinée…”


Jean
27 octobre 2011 Répondre

You’ve really captured all the esetsnails in this subject area, haven’t you?

Leave a Comment