Écrit par
blogueur
02 octobre 2012 |  0 like   |  16 vues

Prometheus (2012) +16ans. Le mal-aimé arrive dans les bacs, pour mon plus grand plaisir !

Aujourd’hui, place à celui qui a créé moult polémiques chez les fans de la quadrilogie spatiale dans laquelle « personne ne vous entendra crier… ». On aurait bien voulu ne pas les entendre crier : il a été tellement attaqué de toute part que les critiques constructives se sont muées en beuglements incompréhensibles voire carrément inaudibles !

Pourquoi ? Certainement à cause du fait d’avoir été annoncé par les studios comme un préquel de Alien alors que Ridley Scott exposait de son côté la volonté de créer une nouvelle saga spatiale en marge de l’univers du Huitième Passager. Si, pour certains donc, cette nouvelle réalisation est pompeuse et sans grand génie, pour ma part, le voyage a été magistral et, vu qu’il a été conçu comme un dytique, j’attends la suite avec grande impatience !

Un métrage plus qu’addictif mais, forcément, vous dites-vous au vu des critiques de certains, il ne doit pas être exempt de tous reproches…?!

A nouveau, je pense que l’attente était beaucoup trop forte pour être pleinement contentée. L’amour du chef d’oeuvre du réalisateur est tel chez toute une communauté que la moindre erreur, la moindre maladresse du film devient une montagne de honte ! Pourtant, tant de métrages sont visionnés et appréciés avec des bourdes énormes… mais bon… c’est comme ça ! C’est vrai que si on y pense, quelques passages sont assez en décalage avec la technologie utilisée (le cartographe et son comparse se perdent dans le vaisseau abordé quand ils veulent retourner à la base : ridicule !). Certaines intrigues ou des personnages secondaires sont de temps à autres mal exploités ou inutiles. On attendait peut-être plus de développements des relations entre les différents protagonistes. Afin surtout de plus s’attacher à certains dont les rôles sont parfois secondaires ou pas assez importants pour exister. Pour ma part, je suis resté scotché grâce à une histoire intrigante, osant redéfinir les origines de l’homme en nous proposant un métrage intelligent et prenant, à la photographie hallucinante. Certainement le plus beau film qu’il m’ait été donné de voir au cinéma puis, aujourd’hui, en blu-ray ! Je pourrais vous parler des heures, aussi bien de son casting douze étoiles, dans lequel Fassbender est encore plus au sommet de son art que jamais ! De sa BO un brin en retenue… mais souvent emballante à souhait ! Ainsi que de tant d’autres choses… bref, un moment de cinéma royal ayant franchi, à mon goût, un nouveau seuil de classe spatiale.

M.James Cameron même – dont la tendance à critiquer à tout va les films n’est plus à prouver – a dit : « J’ai adoré Prometheus  ; je trouve que c’est un grand film. J’ai trouvé que Ridley était revenu à la SF en goûtant son plaisir, réalisant une grande performance tactique doublée d’une photographie superbe, et une très bonne 3D native. Il pourrait y avoir eu quelques trucs que j’aurais fait différemment, mais ce n’est pas le point, j’aurai pu le dire de n’importe quel film. »

A vous maintenant de vous en faire un avis personnel sans influence de la masse car le trip en vaut la chandelle, j’en suis ressorti des étoiles plein les yeux !

Un dernier mot sur les bonus ?

On attendait une version longue (un exercice revenant souvent dans la filmographie de Ridley Scott) qui devrait finalement pointer le bout de son nez l’année prochaine ou, au pire, quand la suite arrivera en salles en 2014 ou 2015 ! A part ça, une fin alternative et quelques scènes coupées sont proposées ainsi que quelques modules d’effets spéciaux. Une déception certaine pour ceux qui rêvaient de bonus à s’en relever la nuit ! A noter qu’il faudra acquérir la version 3d – très belle et tout en profondeur, une petite perle pour une fois – pour avoir tous les bonus à disposition ! Rassurez-vous, ils sont en 2d !

17 Responses to “Prometheus (2012) +16ans. Le mal-aimé arrive dans les bacs, pour mon plus grand plaisir !”


bruno
3 octobre 2012 Répondre

J’ai aussi adoré ce film ! C’est vraiment très beau et le scenario est aussi assez cool ! J’ai quand même trouvé dommage que le film ne réponde pas aux questions qu’il pose mais j’espère qu’on en apprendra plus dans la suite ^^

Pis sinon la fin alternative est comment ? Je veux vraiment ce film mais……je sais pas si je decide de l’acheter deux fois ahah

Didier_Lausanne
4 octobre 2012 Répondre

Hello Bruno,

Je n’ai pas eu l’occasion de visionner la fin alternative ni les autres scènes coupées mais je vais l’emprunter à nouveau pour prendre un peu plus de temps avec ce dique bonus. J’ai tellement de trucs à voir et comparer que je sais plus vraiment où donner de la tête mais dès que c’est fait je te redirai avec plaisir !

Sinon pour ma part je vais attendre une nouvelle version, plus complète, pour l’acheter.
A bientôt !

Christian
11 octobre 2012 Répondre

Le principe consistant à cataloguer les critiques péjoratives à l’égard de Prometheus comme n’étant que d’expéditives réprobations liées à la déception de spectateurs forgeant une attente disproportionnée relative à la saga Alien, me paraît trop réducteur pour être tout à fait honnête.
Il est possible de ne pas aimer Prometheus pour la simple et bonne raison qu’il est mauvais en valeur absolue et non pas en valeur relative, j’en suis un très bon exemple.
Bien sûr, j’ai adoré le mythe Alien, ma préférence allant pour l’épisode originel signé Scott, mais l’annonce de Prometheus n’a pas éveillé mes papilles, car il est évident que le Ridley du XXIème siècle n’est plus celui de Blade Runner, Le Huitième Passager, Les Duellistes ou Thelma et Louise. Pas de grosse attente donc, seulement une curiosité coupable, l’envie chatouillante de savoir ce que pourra bien donner un retour aux sources trente années plus tard, avec des moyens technologiques considérablement évolués, un budget conséquent et un casting quatre étoiles.

Alors certes, le film débute bien. L’atmosphère s’installe peu à peu, Scott prenant tout son temps pour poser une ambiance bien pesante, mystérieuse, on ne demande qu’à en découvrir plus et Fassbender est en effet génial. Mon seul reproche, et j’en reviens à une autre partie de ton article que j’ai trouvé choquante, la photographie frôle la laideur.
« à la photographie hallucinante. Certainement le plus beau film qu’il m’ait été donné de voir au cinéma puis, aujourd’hui, en blu-ray ! »
En effet, quand je lis cela, je me dis que le caractère passionné et hyperbolique de ce cher Didier n’est pas une légende. L’univers technologique sonne faux par la faute d’un usage abusif de la CGI, voilà le problème. Je préfère largement les monstres cheap et vieillots de The Thing, qui avaient une texture organique, on ressentait la matière, que ces espèces de bouillies numériques toutes lisses, mal animées, auxquels on ne croit pas une seule seconde. Je préfère également l’usage des maquettes comme Scott pouvaient le faire dans Blade Runner dans sa magnifique introduction ( visible sur ce lien : http://www.youtube.com/watch?v=n5x3J_cHqe8 ), que ces paysages sans matières qui puent l’artificiel à plein nez. Je vais passer pour le vieux con réac, mais ça m’est égal. Les bons effets spéciaux sont ceux qui ne ce voient pas, et dans ce domaine, David Fincher est un maître. Et puis concernant la photographie, la colorimétrie m’a clairement laissée de marbre, les filtres étant trop appuyés.
Au-delà, de la première heure, ce n’est plus seulement l’aspect technique qui me gène. Aussitôt les premières créatures apparues, le mystère n’est plus le même. L’horreur, le suspense, la peur sont cinématographiquement des émotions qui se fabriquent par le hors-champ. Ce qu’on ne nous montre pas fait peur (les cinéastes Nippons l’ont très bien compris, en particulier Hideo Nakata qui est un maître du genre). Et cet axiome tautologique, Scott ne le respecte plus et perd ainsi en efficacité. Le budget a pris le pas sur le savoir-faire (ben oui, il faut bien le rentabiliser avec des monstres et de l’action).
De plus, je ne serais pas étonné d’apprendre que pour des raisons commerciales, le film ait été charcuté en post-prod, car la narration semble s’accélérer au fil du récit, avec un montage donnant parfois la sensation étrange qu’il manque des scènes, ou que celle-ci ont été diminuées de moitié (scène de l’avortement). Et puis comme tu l’as dit toi-même, certains personnages sont inutiles. Quant au twist scénaristique, on le voit venir des kilomètres à l’avance.

Pour revenir encore sur deux points de l’article, il faudrait définir en quoi ce film est intelligent, parce que la quête métaphysique relève plus du prototype du mauvais scénario hollywoodien typique que d’un esprit philosophe à la Stalker.
Deuxième chose, Cameron n’a aucune crédibilité en matière de critique filmique, puisque depuis Avatar il saute sur toutes les bonnes occasions pour nous dire à quel point la 3D dont il est l’instigateur commercial est géniale. Il n’allait pas s’en priver cette fois-ci.

Bref, je n’aime pas ce film et pourtant j’estime être capable de me faire une opinion sans avoir à suivre « la masse ».

Didier_Lausanne
11 octobre 2012 Répondre

Merci beaucoup pour ton long et très intéressant commentaire Christian ! C’est toujours un plaisir de pouvoir comprendre la manière dont ceux qui n’ont pas apprécié le film, vécurent son contact : ) En sortant de l’avant-première les critiques étaient aussi très ouvertes mais pas toujours très constructives et c’est ce que je déplorais. Pour ma part, il m’a submergé comme un rêve éveillé, je contemplais chacun des plans avec un émerveillement total, la bouche ouverte pendant presque tout le métrage ! Je comprends ta réaction face à la photo qui ne t’a pas plu mais à toi de comprendre que ce qui t’a dégouté, m’a personnellement fait planer. Je n’ai pas la prétention de dire aux gens que le film est bon malgré les critiques mais qu’il faut lui donner sa chance, car tout le monde ne l’a pas appréhendé de la même manière et je connais bon nombres de fans ravis ! A nouveau le cinéma est une expérience très intime et quelques éléments comme les acteurs présents contribuent énormément dans le filing et le plaisir qui m’habiteront pendant la vision. Je suis bon public il va sans dire car tant le divertissement est à la hauteur et que j’ai l’impression l’avoir « participé » à une aventure, il ne m’en faut parfois pas plus pour être HEUREUX ! Il va sans dire je sais aussi apprécier un cinéma autrement plus autorisant ou moins « m’as-tu vu » et ma dernière claque absolue en date reste le blu-ray des « Enfants du paradis » à l’image à tomber et qui est forcément à un autre niveau. On ne joue pas dans la même cours il va de soit.
Sinon pour les références que tu cites je suis entièrement d’accord avec toi que Blade Runner à un coeur beaucoup plus grand que celui de Prometheus et il reste certainement le meilleur métrage de RScott. Sinon Alien a été un de mes préférés des années durant mais le revoir récemment deux fois de suite et connaissant ll’histoire par coeur je dois avouer mon relatif ennui devant sa vision, malgré les nouvelles images magistralement refaites ! Aimait aussi beaucoup Les Duelistes et Telma j’ai été conquis par la version longue de Kingdom of heaven qui change presque complètement la donner, splendide !
Maintenant si on veut parler de film faits avec les couilles et un amour infini, ceux de Big John Carpenter sont des références ultimes et indétrônables ne jouant eux non plus pas dans la même cours, surtout The thing – élu récemment parmi les plus grands films d’horreurs de tous les temps et à fort juste titre – New York 1997 ou Escape from LA !!!!!!!!!!!! Ces derniers sont à revoir en boucle au contraire de Prometheus dont les revisions ne sont pas autant plaisantes (oui surtout pour toi mais même pour les amateurs).
Pour la peur je suis pense comme toi et ce n’est visiblement pas l’intention du film vu le peu de tension qu’il procure. Nakata est effectivement un Dieu et Dark Water est mon film d’horreur préféré (saloperie de petit sac rouge !!!!) \(^,^)/, mais à ma goût la comparaison n’a pas lieu d’être… si Hideo faisait un film SF rien ne serait pareil, à part bien-sure l’environnement : ) mais ça ferait forcément quelque chose à voir absolument (quoique, par exemple,le ségment de Kim Jee Woon – qui est Coréens mais son Deux Soeurs est dans la veine des films du papa de Ring – pour Doomsday book est malheureusement un poil décevant… vivement Last Stand avec Arnold qui va cartonner, là c’est certain !).
Bon Tarkovski encore est à des années lumières du travail de Ridley, ses films sont des expériences plus que des métrages, ils touchent le soleil du 7ème art, l’inspiration ultime que l’on ne voit que trop rarement et à nouveau la comparaison est superflue car Andrei est un génie. Ridley un artiste qui aujourd’hui divertis et quand je peux déjà prendre mon pied c’est bien : )
Sinon Cameron t’énerve ? Ohhhh comme je te comprends, mais ce que j’ai dit c’est qu’il n’aimait presque jamais rien lors de ses critiques (surtout les films en 3d par ailleurs), c’était un bon point pour le film mais bon…
Pour conclure car il est tard, c’est plutôt toi qui est ici dans la « masse », les gens n’ayant pour la plus grande partie pas apprécié. Forcément on ne se fait pas un opinion en suivant « la masse » mais en regardant le film avec ses propres yeux, en le vivant à sa manière.
Encore merci pour ta critique et le but est de regarder les films pour passer un bon moment, pas besoin de se forcer si ça ne nous plais pas, il y a tous les goût dans la nature. Même si parfois on est un peu geek et qu’on aime de temps à autres chatouilles son prochain sur des avis divergents tels : Mac ou PC ?

Christian
12 octobre 2012 Répondre

« Pour la peur je suis pense comme toi et ce n’est visiblement pas l’intention du film vu le peu de tension qu’il procure. Nakata est effectivement un Dieu et Dark Water est mon film d’horreur préféré (saloperie de petit sac rouge !!!!) \(^,^)/, mais à ma goût la comparaison n’a pas lieu d’être… si Hideo faisait un film SF rien ne serait pareil, à part bien-sure l’environnement : ) mais ça ferait forcément quelque chose à voir absolument (quoique, par exemple,le ségment de Kim Jee Woon – qui est Coréens mais son Deux Soeurs est dans la veine des films du papa de Ring – pour Doomsday book est malheureusement un poil décevant… vivement Last Stand avec Arnold qui va cartonner, là c’est certain !). »

J’ai quand même le sentiment que le film cherche à instaurer un climat de tension permanent dans la première partie du film, en témoigne les multiples screamers (ce qui est plutôt réussi d’ailleurs). Tu as probablement raison pour la deuxième partie, la peur n’est en effet pas le but recherché, mais c’est là que se situe l’un des gros défauts du film à mon avis. Quitte à faire se dresser quelque poils à ceux qui me liront, autant être cash : Je ne crois pas que Scott soit un grand cinéaste de l’action (Tsui Hark étant pour moi l’un des maîtres du genre). Je n’ai pas le souvenir d’une maîtrise absolue dans aucun de ses films lors de la conception d’une scène d’action. On me rappellera probablement que Scott est l’auteur de Gladiator ou de Black Hawk Dawn, mais je ne considère de loin pas ces films comme des objets d’études de la métaphysique de l’action. Et beaucoup d’exemples, viennent confirmer cette hypothèse dans sa filmographie, notamment Mensonge d’Etat, film dans lequel le découpage supersonique, n’est qu’un subtil subterfuge destiné à masquer une insuffisance dans l’écriture et la mise en forme de l’action, et également une démonstration du manque identitaire d’un artiste surfant sur la vague Greengrass.
Or, dans Prometheus, le choix de sevrer le spectateur en scènes d’action dans la deuxième partie est une erreur une fois ce constat établi (constat tout à fait personnel, je le conçois). Dans Alien premier du nom, Scott jouait la carte de l’horreur, du suspense, jusqu’au bout et c’est là que ma comparaison avec Nakata prend tout son sens. Mon propos sur le hors-champ est une constante dans le huitième passager, la bête n’apparaissant que rarement à l’écran ou de façon partielle, et l’imagination du spectateur fait le reste. Nakata ferait probablement le même choix que Scott s’il se lançait dans la SF. Plutôt que de miser là-dessus dans Prometheus, Scott fait le choix de démythifier ses créatures en les exhibant dans toute leur chair à la caméra pour un résultat peu convaincant.
Et oui, Last Stand devrait être bon, puisqu’avec Kim Jee-Woon, c’est du une fois sur deux^^.

« Bon Tarkovski encore est à des années lumières du travail de Ridley, ses films sont des expériences plus que des métrages, ils touchent le soleil du 7ème art, l’inspiration ultime que l’on ne voit que trop rarement et à nouveau la comparaison est superflue car Andrei est un génie. Ridley un artiste qui aujourd’hui divertis et quand je peux déjà prendre mon pied c’est bien : »

Oui et non. Il est évident qu’il ne faut pas attendre d’un gros blockbuster une réflexion de l’intelligence de Stalker, mais quand on est face à l’intelligence de Blade Runner ou Alien, que Scott fait la promotion de son film comme une sorte de 2001 des temps modernes, on peut élever quelque peu le niveau d’exigence.

« Sinon Cameron t’énerve ? »

Je le hais. :)

« Encore merci pour ta critique et le but est de regarder les films pour passer un bon moment, pas besoin de se forcer si ça ne nous plais pas, il y a tous les goût dans la nature. Même si parfois on est un peu geek et qu’on aime de temps à autres chatouilles son prochain sur des avis divergents tels : Mac ou PC ? »

Bien sûr. Loin de moi l’idée de faire du prosélytisme inquisiteur. C’est surtout une belle occasion d’échanger sur notre passion commune : le 7ème Art.

PS : Que penses-tu de Fincher? Pour revenir sur la réalisation de Prometheus que tu as beaucoup aimé, je voudrais savoir ce que tu penses de celles de Benjamin Button, dont la photographie m’aura marqué à vie ( Cette scène de fin est bandante : http://www.youtube.com/watch?v=Nq76RRUD74Y ).

Parmi les films les plus incroyables que j’ai pu voir en terme de photographie, je dresserai la liste suivante :

Benjamin Button
The Barber
Les Harmonies Werckmeister
A Zed and Two Naughts
Barry Lyndon
Deep End
Eyes Wide Shut
La Ligne Rouge
La Nuit du Chasseur
Les Cendres du temps
Moonrise Kingdom
Fantastic Mr. Fox (même si ce n’est pas tout à fait pareil)
The Lovers (l’une de mes scènes préférées http://www.dailymotion.com/video/x1uzvw_clip-the-lovers1-tsui-hark_music )

amir
16 octobre 2012 Répondre

Resalut l’ami ULTIMAN!
J’ai lu ta critique de Prometheus et d’un certain Christian. Dis donc, l’ami Christian, c’est du lourd niveau culture cinéma! Dans quel secteur travaille t-il? je serai curieux de le rencontrer, histoire de discuter cinoche. Il y a plus de 6 mois, je t’avais transmis par le biais d’une clé, le film coup de poing qu’ à ce jour, le Blondin n’a pas encore visionné. Regarde stp le premier film d’un autodidacte nommé Ik-june Yang, intitulé BREATHLESS.
Cette oeuvre m’a fait pensé aux premiers Scorsese période début « 70 ».
J’attends avec impatience la critique de Monsieur. Franchement, la Fnac devrait proposer un film de cet acabit à ces clients.A plus mon pote super « U »!

Christian
16 octobre 2012 Répondre

Salut Amir, merci pour le compliment, mais je crains que tu ne te fasses une fausse idée sur ma culture Cinéma, qui est finalement relativement restreinte par rapport aux connaisseurs (J’imagine que Didier a dû voir des milliers de films de plus que moi). Pour répondre à ta question, je suis étudiant à l’université de Lausanne en école de commerce.

Didier_Lausanne
16 octobre 2012 Répondre

Hello Christian ! Merci pour ta réponse à Amir : ) j’avais commencé à écrire une réponse à ton deuxième commentaire (en fait, j’étais à la fin…) mais j’ai eu un problème de connexion et j’ai tout perdu sorry ! C’est la course ces derniers temps, je vais donc reprendre un moment mais plutôt jeudi après-midi, durant mon jour de congé : )

Sinon je viens de me refaire le premier Tetsuo de Tsuakamoto et c’est un film qui figurera dans ma liste de films dont la photo m’a marqué \(^,^)/

Juste avant de se quitter, j’ai énormément apprécié le fait que tu cites Paul Greengrass. Son Bloody Sunday m’avais aussi beaucoup impressionné! Un style immersif comme rarement… pour l’époque car il a été effectivement souvent repompé. Et pas souvent de façon très réussie ou subtile.

Merci encore à vous 2 pour vos commentaires et à très bientôt pour la suite !
PS : Il faut que je me fasse Breathless mais c’est pas pour tout du suite malheureusement ! Je le garde dans un coin pour une futur session entre potes !

Christian
16 octobre 2012 Répondre

Je ne connais pas Tetsuo, mais c’est vrai que ça a l’air assez impressionnant en terme de photographie, d’après ce que je peux voir sur le net.

Amir
16 octobre 2012 Répondre

Qu’est ce que Ultiman nous sort de sa besace comme film! TETSUO¨!? A priori, il y a 3 versions. Lequel mérite le détour? Au fait, ne confondez pas svp le film BREATHLESS, avec celui de Jean Luc Godard et surtout avec le remake de celui ci, avec Richard Gere. Le titre original est: Ddongpari ( Mouche à merde)Désolé les gars, mais c’est la traduction du titre.
Attention aux âmes sensibles! film ultra violent! Mais quel drame intimiste! Dans un futur imminent, le jeune réalisateur de ce film sera sollicité pour tourner chez les Ricains comme l’ami Kim Jee woon. J’espère que Kim Jee Woon ne subira pas la même débandade que le lascar Kassovitz avec Babylon A.D!! A plus Ultiman & Christian.

Christian
16 octobre 2012 Répondre

*A ajouté Breathless dans ses films à voir*

En tout cas, si Kim Jee-Woon fait une John Woo aux States, ça ne sera probablement pas le cas de son compatriote Park Chan-Wook, dont le prochain film intitulé Stoker a l’air assez jouissif au vu de la BA disponible sur internet. Le seul point qui fait peur : Wenthworth Miller au scénario Oo’ .

Didier_Lausanne
20 octobre 2012 Répondre

Hello les amis, je peux ENFIN prendre un moment pour répondre, malgré la fatigue mais on verra ça plus tard : ) Le cinéma de Tsukamoto est très expérimental, très sophistiqué et à l’énergie dévastatrice. Pour les 3 volets je n’ai pas encore eu la chance de voir le dernier mais les deux premiers sont très bons, même si c’est l’original qui met la plus grosse claque ! J’ai par ailleurs entendu de mauvaises critiques pour le 3ème mais je jugerai par moi-même quand j’en aurai la chance…
J’ai vu Red Lights ce soir avec des amis et j’ai beaucoup aimé, après un buried franchement réussi il nous sort un film plus académique mais terriblement accrocheur! J’ai eu peur avant de le visionner sur les notes et commentées sur IMDB mais ce fut une excellente surprise avec De Niro, Cillian Murphy et Sigourney Weaver tous très justes ! Merci encore pour la recommandation Amir !
Je me réjouis aussi un max du Park Chan ! Ca a l’air sublime… par contre Wenthworth Miller c’est le cauchemar incarné… il a réussi à sortir de Prison ?!
Je commence déjà à m’endormir sur mon clavier… donc mes bons souvenirs de photos sont d’abord certains même que les tiens :
The Barber : Mon film des Coen préféré, une ambiance magistralement orchestrée et un Billy Bob royal ! D?une beauté aussi fascinante comme Sacrlett au piano !
Harmonies Werckmeister : En plus de la photo c’est la maitrise technique hallucinante qui prend, un repas royal pour tous les cinéphiles je suis bien d’accord ! J’ai toujours pas eu accès à son Cheval de Turin mais j’ai hâte !
La Ligne Rouge : Certainement le meilleur de Malick, une claque absolue visuellement et tout en fait, ultime tout simplement,,, mais mon préféré reste Badlands, le coeur qui parle : )
Barry Lyndon : Le Kubrick ultime en terme de photo, en blu-ray ils ont fait un travail excellent sans dénaturer le master original et le plaisir est au rendez-vous ! Surtout que je suis passé du dvd zone 1 sorti dans le tout premier box en 98 ou 99. Je l’ai mis dans le lecteur blu ray pour comparer et c’était un peu la mosaïque à l’écran!
Pour Wes Anderson tous ses films m’ont marqués à chacun leurs manière, ils ont tous leur indépendance visuelle tout en étant dans l’univers du réalisateur. Même si j’espérais plus d’émotions pour Moonrise, que Life Aquatic et Bottle rocket restent mes préférés, c’est toujours un bonheur de participer à ses délires !
The Lovers est géant également je suis bien d’accord, c’est pas le Tsui Hark que je préfère (Bullet in the head ou The Killer…) mais on en prend plein les mirettes !
Deep End j’ai pas vu mais j’ai lu et on m’a dit de voir, un très bon film oublié des années 70 : ).J’ai pas eu l’occasionde voir A Zed and Two Naughts ni le Wong Kar Wai (2046 est très intéressant pour la photo)

Pour ma part :
L’aurore et Nosferatu de Murnau, pas de mots pour décrire ces chefs d’oeuvres absolus !
La Soif du mal
Kafka
Ed Wood
La montagne Sacrée
Faux Semblants
Schizophrénia (sorti tout récemment, c’est une petite pépite !)
One from the heart
Pi
Les Amours imaginaires
Bellflower
Monsters
The fall

VOilà comme ça de tête mais quand je serai devant ma collection de films je pourrai refaire une deuxième partie sans problèmes.

Pour finir, ma pire expérience reste Domino de Tony Scott : )
A bientôt, mon lit m’appelle et désolé pour le retard de réponse \(^,^)/

Christian
21 octobre 2012 Répondre

« Harmonies Werckmeister : En plus de la photo c’est la maitrise technique hallucinante qui prend, un repas royal pour tous les cinéphiles je suis bien d’accord ! J’ai toujours pas eu accès à son Cheval de Turin mais j’ai hâte ! »

J’ai eu la chance de voir Le Cheval de Turin au capitole en présence de Bélà Tarr, qui s’est permis un petit speech osé et marrant en ouverture sur sa conception du cinéma. Le film est très bon en tout cas.

« The Lovers est géant également je suis bien d’accord, c’est pas le Tsui Hark que je préfère (Bullet in the head ou The Killer…) mais on en prend plein les mirettes ! »

Ne confondrais-tu pas John Woo et Tsui Hark?

Didier_Lausanne
22 octobre 2012 Répondre

SHAME ON ME !!!! On mettra ça sur le compte de la fatigue… AHAHAHAH ! C’est le festival,John Waters, toute cette pression… !
Bref tu as fort raison pour ce cher Tsui Hark, as-tu d’ailleurs vu son dernier flying swords of dragon gate 3d(Long men fei jia) 3d ? Il était au NIFFF cette année et j’ai trouvé pas si mal que ça. Un cran en dessous du Detective Dee mais sympa parmi ses dernières réalisations. Pour mes classiques de lui ce sont : Le syndicat du crime 1 et Time and Tide. J’avais aussi adoré le festin chinois !

Il y a eu le cheval de Turin au Capitol ? Il me faudrait des doubles pour pouvoir tout voir et savoir mais j’ai très mal au coeur de savoir que j’ai loupé ça !
Sinon j’ajouterai Le ruban Blanc dans mes favoris photo.
A+ sorry pour la confusion

Christian
22 octobre 2012 Répondre

Je suis désolé de te reprendre à nouveau, mais Le Syndicat du Crime 1 est de John Woo à nouveau. :)
Tsui Hark n’a réalisé que le troisième opus, en revanche, il a produit la plupart des films de Woo à Hong-Kong, peut-être ça qui te fait confondre.
Pour ma part, mes préférés de Hark sont Il était une fois en Chine, The Lovers, et Time and Tide qui a au moins 20 ans d’avance sur son temps.

Christian
22 octobre 2012 Répondre

Et non, je n’ai pas vu son dernier film, mais j’avoue que la BA me laissait froid et ne présageait rien de bon.

Tarr et Son Cheval de Turin était au capitole dans le cadre du programme de la Cinémathèque.

Didier_Lausanne
4 novembre 2012 Répondre

Rohhh, j’ai mis que le Syndicat était de Hark à la place de Woo… j’en ai les larmes aux yeux tellement j’ai honte, ma bonne vielle k7 hk dormant dans le grenier de mes parents à déjà du me lancer mille maléfices pour un tel blasphème : ) surtout il me faut des vacances ahahahahah !

Leave a Comment