Écrit par
blogueur
12 juillet 2012 |  0 like   |  3 vues

NIFFF 2012. V/H/S 2012 (+16ans), le found footage se cherche sans se trouver…

Que d’espérances en me rendant à la séance de ce V/H/S  ! Mais autant vous le dire tout de suite, la déception était à la hauteur de l’attente !

Le pitch était plus qu’accrocheur avec ces jeunes délinquants se rendant dans une maison pour y piller une certaine K7 vidéo au contenu mystérieux. L’envie aussi y était car dix réalisateurs talentueux – issus du cinéma indépendant américain – sont derrière ce projet fou, avec notamment le génial Ti West dont sa Maison du Diable nous avait durablement conquis. Ces créateurs avaient un point en commun, leur aversion pour les film dits de « found footage ». Leur but était de s’approprier ce style, à leur manière, tout en nous contant une histoire étrange dans laquelle cette bonne vieille feu VHS serait le héros ! Si ça ne donne pas envie aux nostalgiques, ça ! Ces métrages, dont parfois la caméra vous fait plus avoir mal à la tête et à l’estomac qu’autre chose, on en a d’ailleurs eu à toutes les sauces depuis quelques temps avec, comme « résurrection » du genre, le beaucoup trop estimé Paranormal Activity. Forcément, quand on investit quelques dizaines de milliers de dollars dans une entreprise et qu’elle en rapporte plusieurs centaines de millions, les rats sortent de partout ! Heureusement, quelques bons métrages comme Cloverfield, voire l’excellent Chronicle ou le splendide REC, tentaient de nous faire oublier des bouses sans nom telles les Paranormal, Devil inside, Apollo 18, Projet X, et je vais m’arrêter là car la liste serait trop longue !
Alors, quand de braves gens bien intentionnés se lancent dans un projet pareil… La bave nous était montée aux lèvres dès son annonce et il y avait de quoi rêver un max ! Mais… il y a le résultat, pas vraiment convaincant  par bien des points, et c’est dommage car on avait vraiment envie de l’aimer de tout notre coeur, celui-ci ! Alors, en gros, pourquoi cette déception de votre serviteur ?
Tout commence grâce à la caméra d’un groupe de jeunes filmant leurs « exploits » pendant leurs virées durant lesquelles ils s’amusent à frapper les premiers venus ainsi qu’à déshabiller les femmes les accompagnant ! Ne sachant comment continuer leur folle nuit, ils s’en vont exécuter un contrat leur demandant de trouver une K7 dans une maison. Là-bas, ils vont tomber sur 5 courts métrages qui vont nous être montrés au fur et à mesure de l’histoire. On est tout de suite mis dans le « bain » du style du film, alternant courses poursuite où l’on ne voit rien ou pas grand chose, plans de 2 ou 3 secondes se succédant ultra austères, une bande son parfois un peu métallique, et des tonnes de moments dans la pénombre où l’on a beau écarquiller les yeux le plus possible et bien… on ne voit rien !!! Bon, ça, c’est du connu ! On savait que l’on ne pouvait y échapper. Même, parfois, ça peut donner des idées de mises en scène vraiment fortes et/ou flippantes (à mon goût le Dernier exorcisme en est un bon exemple). Mais ici tout est trop cheap, on se dit même de temps à autre que l’on pourrait faire mieux soi-même !
Le plus frustrant vient du fil conducteur liant tous ces courts métrages entre eux et l’histoire des jeunes, car il est quasiment inexistant. En tous cas, on ne ressent absolument aucune émotion devant les images qui nous sont proposées, on s’ennuie même assez souvent en attendant un peu plus de mystères ou d’éléments éveillant notre curiosité. L’autre problème vient du fait que l’idée et la force du found footage est l’immersion. De plus, pour impliquer le spectateur, il faut forcément une mise en abîme censée nous prendre par la main pour mieux nous faire vivre chacune de ces petites histoires. Alors, se retaper des nouveaux personnages et nouvelles situations à chaque fois devient un véritable fardeau à se coltiner pour avoir le droit à un peu de frisson. Les histoires ne sont pas mauvaises, loin de là (j’ai adoré les 3 derniers segments et les deux premiers ont de très bons moments), mais c’est trop long et, pour ma part, j’ai rapidement perdu l’envie de voir la suite car à force d’attendre, j’étais trop distant du tout.
Au final, comme je le disais plus haut, tout n’est pas à jeter, loin de là ! Mais ces moments d’horreur auraient gagné à être diffusés les uns après les autres sans rien d’autre ou avec une histoire plus intéressante les reliant car celle-ci gâche absolument tout le plaisir… et crée l’ennui !

Leave a Comment