Miguel
Écrit par
blogueur
13 février 2014 |  0 like   |  3 vues

MUSIQUE: « FANTASTIC VOYAGE: UN LABEL QUI MAITRISE L’ART DE LA COMPILATION »

logo Fantastic voyage carréJusqu’à présent Fantastic Voyage c’était le titre d’une chanson de David Bowie et aussi du rappeur Coolio…Ou encore le titre d’un film SF Culte.

Depuis quelques années déjà, avec « Year Zero », le label Fantastic Voyage », constitue une des branches de « Future Noise Music » et s’est spécialisé dans la compilation thématique  « oldies » des années 40 à 60.

Pas loin d’une centaine de compilations, souvent de copieux double(voire triples) cd avec livrets fouillés et un graphisme souvent attrayant.

On relèvera, « Mambo in the mainstream » dont j’avais parlé sur ce blog à l’époque, « Crossroads in Cowtown », une compilation de western swing, ou le jazz/musiques de polar années 40 des deux volumes « Drink Up- Light Up » et « Jazz Noire ».

VILLES ET REGIONS EN VINYLE S’IL VOUS PLAIT!

Une première série de compilations de rock and roll se déclinait par régions: « Three Months to kill » pour la West Coast, « Texas Tornadoes, pour le Lone Star State et « Feel like rockin' » pour le Tennessee et « Later Alligator » pour la Louisiane.

Parmi les sorties les plus récentes, celles qui vont nous intéresser en particulier concernent la fin des années cinquante début soixante et les labels de r’n’b par ville américaine . Elles s’intitulent respectivement, « Soul City Detroit », « Soul City Chicago » et « Soul City New York ».

Elles sont toutes compilées et annotées par Clive Richardson, spécialiste du genre et se composent à chaque fois de 28 Titres sur 2 lp’s  ou 60 sur 2 cd’s, respectivement.

SOUL CITY DETROIT

 

« SOUL CITY DETROIT »

La combinaison des mots Detroit et soul évoque irrémédiablement le nom de Motown, pourtant bien avant cette maison, deux labels tenaient le haut du pavé dans la « Windy City »: JVB de Joe Von Battle et Fortune Records de Devora et Jack Brown et Robert West Lu Pine Records.

Au programme du « doo-woop » avec les Falcons, au chant le jeune Wilson Pickett(avant  sas période Atlantic), quelques early hits Motown de Mary Wells(« Operator »), les Contours, ou les Miracles. Le style toujours R’n’B’ va muer en soul et funk à la fin des années 60

 

 

Chicago soul city

« SOUL CITY CHICAGO »

Avec Chicago le genre de base est beaucoup plus « bluesy » et rude, avec les labels Chess, Vee-Jay et OKeh des les années 50.

Ces labels s’adaptent à un style plus sophistiqué(« uptown ») dès les années  60. Ces firmes de Chicago bénéficiant des services d’arrangeurs tels que Riley Hampton, Carl Lewis et…Curtis Mayfield un futur grand des seventies.

Ainsi des chanteuses comme Etta James, Sugar Pie DeSanto ou Betty Everett et leurs ballades sont présentes sur les faces 1 et 2. Les faces 3 et 4 sont dévolues aux groupes vocaux comme les Dells et les Corsairs. En prime des titres rares de Wade Flemons.

 

soul city new york« SOUL CITY NEW YORK »

Même si la « Big Apple » n’a pas une identité musicale aussi marquée que Chicago ou Detroit voire la Nouvelle Orleans, ce centre névralgique a attiré très vite des artistes désireux de faire carrière et généré une explosion de labels aussi variés que Sue Scepter/Wand ou Fire.

Le volet new-yorkais de cette série de compilation présente les débuts de Ike et Tina(Turner) les Isley Brothers ou Chuck Jackson et Tommy Hunt(bien connus des amateurs de « Northern Soul »). Mais aussi des morceaux rares de Don Gardner avec Dee Dee Ford.

 

 

 

 

 

Leave a Comment