Retour home

Écrit par
blogueur
01 avril 2013 |  0 like   |  19 vues

L’odyssée de Pi (+12ans) 2012. Préparez-vous à prendre le large à travers le récit d’une vie hors du commun…

… celle du jeune Piscine ! Qui préfère d’ailleurs que nous l’appelions Pi car, en anglais, Piscine n’est pas très élégant… et quand on connaît la propension des enfants à se moquer pour un rien, le pauvre va se protéger comme il peut ! Plus qu’une odyssée comme l’indique le titre en français, ce dernier métrage d’Ang Lee que l’on sait conteur au grand coeur avec des films comme Tigre et Dragon ou encore Brokeback Mountain vous invite à voir la vie en plus grand, dans une certaine quête du bonheur, tout en luttant pour votre survie. C’est avant tout les aventures d’un jeune homme cherchant sa foi, la direction de ses pas et son sens de la vie à lui.

Avant de découvrir ce récit planant dans sa totalité, j’ai eu le malheur d’en voir la bande annonce qui m’avait glacé de peur… celle-ci ne présentant que des moments visuellement surfaits ! Ma première question fut forcément : cette esthétique ultra poussée ne fait-elle pas trop bouillie numérique ? Si, à juste titre d’ailleurs ! Le chef op de Wong Kar Wai dont le travail est toujours plus que salué a longuement craché sur l’Oscar obtenu par le film concernant sa photo (effectivement le tout numérique n’est aucunement comparable à l’argentique et c’est certainement un débat qui reviendra de plus en plus à l’avenir)… ces instants de poésie visuellement rêvée sont là pour servir le périple… de la plus belle et forte des manières ! Rassurez-vous donc, le film n’est pas une overdose de léchage permanent dans tous les sens, ni un trop plein d’images de synthèse saturées, mais vous invite magnifiquement au voyage ! La frontière entre le réel et l’imaginaire est ici tellement faible que l’on s’envole sans se poser trop de questions, appréciant et vibrant au rythme des découvertes du jeune héros. Une certaine leçon d’appréhension des problèmes mais aussi d’acceptation et d’abandon. La vie dans ce qu’elle a de plus large à offrir… les émotions étant ici exacerbées par le gigantisme du voyage et des épreuves mais aussi des paysages traversés. Alors oui, certaines séquences paraissent trop en faire en matière d’effets spéciaux dans la bande annonce mais ce sentiment n’existe plus du tout dans le métrage lui-même. On s’investit tellement profondément que, d’un côté, ce n’est plus en tant que spectateur que l’on vit cette fable… mais en s’engageant dans la bataille pour la vie avec Piscine, s’adonnant à l’émerveillement sans concession. Avec cette douce et agréable impression d’avoir réellement vécu quelque chose de « bigger than life ». Bourré de métaphores accompagnant cet apprentissage du monde, ses cruautés, le savoir lâcher prise… mais toujours bercé par l’envie de croire en une réalité meilleure. Cette fable vous emportera loin pour ne vous faire redescendre qu’une fois l’aventure terminée. Le bonheur réside ici dans le mélange de sentiments qui vous envahiront tout au long des deux heures. Une première partie plus fun qu’épique sur la jeunesse de notre héros – contant « ses premières fois » ainsi que sa compréhension des choses – afin de planter le décor (avec notamment un superbe message d’amour universel au monde, à la nature et aux religions de la part de ses parents) une leçon d’ouverture, de tendresse et de partage qui fait un bien fou, avant d’embarquer pour la grande expédition !
Bref, beau, tendre, poignant et infiniment touchant, ce moment sur terre vécu par Pi et Richard Parker restera longtemps dans mon coeur.
Terminons sur un mot concernant les différentes éditions, bonus etc.
Je vais commencer par vous parler de l’édition blu-ray 3d qui ne sera, pour une fois, pas simplement un artifice commercial destiné à vous prendre un peu plus de pognon. Il accompagne votre immersion dans cette fable et donne encore plus de relief aux sentiments de grandeur et de rêve de cette histoire pas comme les autres. Concernant la qualité de pressage, pour bénéficier de la meilleure reproduction, il faudra forcément privilégier le disque bleu HD qui saura rendre hommage au monde enchanteur que représente le film. Les plus de deux heures de bonus mettent plus l’accent sur la technique que sur le cœur ou l’adaptation faite depuis le livre éponyme. Malgré tout, sans dénaturer la magie du cinéma, il vous informera de fort belle manière sur le soin particulier apporté au tout ou certains défis relevés par les entreprises d’effets spéciaux. Ils ne sont pas forcément indispensables mais accompagneront la fin de votre voyage pour un retour à la réalité plus doux \(^,^)/

8 Responses to “L’odyssée de Pi (+12ans) 2012. Préparez-vous à prendre le large à travers le récit d’une vie hors du commun…”


Christian
1 avril 2013 Répondre

C’est vrai que la BA n’est pas très vendeuse. Après l’avoir vue je m’imaginais déjà vomir devant ma télévision. Au final, je ne crois pas avoir vu auparavant des êtres vivants numériques aussi réussis que ça. Néanmoins, je préfère tout de même ce qui reste organique. Je peux comprendre qu’utiliser un vrai tigre dans ce cas précis aurait été impossible.
Ce qui m’a davantage gêné, c’est le manque de subtilité total du film, son symbolisme grossier, ses métaphores bibliques sur-appuyées…Bref, je n’aime pas qu’on me prenne par la main. Après, la plupart des films sur la foi me sont naturellement sympathiques, donc celui-là n’échappe pas à la règle (je ne peux que conseiller le déjà célèbre Des Hommes et des Dieux, mais aussi le moins connu Secret Sunshine de Lee Chang-Dong).

Au fait Didier, j’en profite pour te poser une question : Concernant les films que l’on peut commander à la fnac, y a-t-il un site où l’on peut voir ceux qui sont commandables ou pas? J’étais venu il y a environ 2 mois avec une liste de films qui m’intéressaient, et la quasi totalité n’étaient ni en stock, ni commandable.

Didier_Lausanne
2 avril 2013 Répondre

Merci pour ton commentaire Christian, je comprends pour le message biblique mais il ne m’a pas paru si soutenu et au contraire j’y ai pour ma part ressenti une envie de faire comprendre au gens le manque de subtilité des religions en général.
Pour notre chère fnac suisse, nous dépendons du marché local et les disponibilité de certains classiques, films moins blockbuster ou pointus sont souvent pénibles à avoir. Le plus horrible c’est que certaines rééditions sont tellement peu de temps en magasin que c’est la croix et la bannière. N’hésite pas à me mettre une liste sur dvd.lausanne@ch.fnac.com ou ici ^^

Christian
2 avril 2013 Répondre

« j’y ai pour ma part ressenti une envie de faire comprendre au gens le manque de subtilité des religions en général. »

C’est marrant, car je n’ai pas du tout ressenti cela. Si telle était le cas, alors c’est bien évidemment un constat que je ne partage pas. Je trouve qu’il n’y a rien de plus passionnant que lorsque les intellectuels se penchent sur les religions pour en tirer des volutes conceptuelles. On comprend à quel point elles peuvent être subtiles. Les écrits de Frithjof Schuon sur l’Islam, par exemple, sont d’une intelligence rarement atteinte.

Pour la liste, elle est la suivante :

Breathless de Ik-june Yang
Dogville; Lars Von Trier
Hiroshima mon amour; Alain Resnais
L’enfer des Armes; Tsui Hark
Le convoie de la peur; William Friedkin
Millenium Mambo; Hou Hsiao-hsien
Shangaï Blue; Tsui Hark
The Blade; Tsui Hark
Un condmné à mort s’est échappé; Robert Bresson
Les septs samouraï; Kurosawwa
La filmo d’Alan Clarke
Santa Sangre; Aljandro Jodorowsky
Chungking express; Wong Kar-wai (J’imagine qu’avec la sortie de son nouveau film, il devrait y avoir des rééditions non?)

Miguel_Rive Miguel_Rive
4 avril 2013 Répondre

J’ai adoré l’imagerie et la poésie de ce film(conte).
L’image de synthèse utilisée à bon escient.
La spiritualité est présentée avec subtilité, opposant l’athéisme du père à la quête et découverte des différentes croyances par le jeune PI.

Didier_Lausanne
7 avril 2013 Répondre

Merci pour la liste Christian. Je comprends ta reflexion sur la vision de la religion : ) mais je pense que simplement notre niveau intellectuel est très éloigné (j’ai fait un apprentissage de gestionnaire de vente à la base…) et notre compréhension des choses nous apportent un regard bien différent sur la vie et ses courants, et c’est tant mieux ^^
Je suis un imbécile heureux assumé \(^,^)/ et je regarderai avec grand plaisir les métrages que je n’ai pas encore vu que tu as cité plus haut : )

Christian
7 avril 2013 Répondre

Toi un imbécile? Certainement pas.

Didier_Lausanne
12 avril 2013 Répondre

Pas imbécile mais imbécile heureux ^^ c’est quand même moins péjoratif ahahah, je voulais simplement dire que je n’avais pas détecté ou compris de la même manière certaines choses qui t’ont bloqué au niveau religion. Mais ce n’est pas une critique, juste pour dire que, comme souvent, j’ai plus vécu le film – car il m’a fait vibrer – que je ne l’ai analysé : )))

amir
17 avril 2013 Répondre

Message pour Christina: Arrête de te prendre la tête stp avec tes critiques pseudo intellectuelles. Essaie stp de ressentir, de vibrer avec les films. Comme dirait mon ami Ultiman (Didier). l’important consiste à être HEUREUX à la fin de la projection d’un film, si tu n’es pas content, alors barre toi de la séance et arrête de gonfler tout le monde. Garde tes leçons de cinéma pour les novices. Amir.

Leave a Comment


seize − 11 =