Écrit par
blogueur
05 juin 2014 |  0 like   |  9 vues

The Black Keys donnent le coup de blues

 

The Black Keys « Turn Blue » (2014)

Le nouvel album du groupe rock/blues, duo The Black Keys intitulé « Turn Blue », s’impose aux yeux des fans de première et dernière heure. De ses spirales aux couleurs vivaces – qui n’est pas sans rappeler le splendide album « Phosphene Dreams » du groupe The Black Angels (une étrange coïncidence?) – l’opus fait des remous. Car si il est bien joli de loin, il donnerait de près la nausée aux moins épiléptiques d’entre nous.

Premièrement, si l’on montre les dents à ce duo maintenant mondialement réputé, peut-on réellement salement reprocher à The Black Keys de se rétamer sur leur 8ème production? Tout de même, lors de leur carrière, The Black Keys ont délivré au monde entier un blues repensé et ce à partir de rien, sans doute quasiment sans faute. De plus avec un savoir-faire du démon que mister Dan Auerbach s’est délécté de produire, en plus de composer et d’interpréter.

Le blues n’est-il bon que dans les champs de coton?

Evidemment, « Turn Blue » est à double tranchant. Sans catégorisation aucune, un fan de Santana ou du dernier Daft Punk questionné au stand saucisses du Paléo ne verrait probablement aucun inconvénient à la plaquette bleue qui ricochètera de ses yeux à ses oreilles et il haussera ses épaules aux sabrantes critiques. Il faut dire que ce disque n’est pas foncièrement mauvais, à vrai dire si le même avait été composé par Anastacia, sa qualité se serait avérée pas mal, voire même très bonne. Mais voilà – The Black Keys, ce sont les héros qui ont fait tout avec rien, qui ont conquis le monde avec six cordes et deux bouts de batons – on prend alors le courant deux-cent volts. Alors voilà, la question est la suivante : comment passe-t-on d’une série d’albums à en grimper les murs de joie et d’hystérie à un résultat aussi plat qu’un litre de valser silence?

Le dernier The Black Keys, pour ou contre?

 

 

One Response to “The Black Keys donnent le coup de blues”


Miguel_Rive Miguel_Rive
9 juin 2014 Répondre

Un album un peu fade en comparaison de l’opus précédent « El Camino ». On leur pardonne cette petite baisse de régime après un parcours sans faute jusque là.
Espérons qu’ils ne poursuivent pas dans la veine psychédélique et auto-complaisante du titre d’ouverture « Weight of Love » un morceau à la croisée de « Down by the river »(Neil Young) et « Breath in the air »(Pink Floyd), qui se traine pendant pas moins de 6 minutes 50…
Ah! Tous ces indépendants qui tombent dans les travers 70’s…Enfin!

Leave a Comment