Retour home

Écrit par
blogueur
20 janvier 2013 |  0 like   |  1 vues

Lawless / Des hommes sans loi (2012) +16ans.

Nous sommes en 1931. Au cœur de l’Amérique en pleine prohibition, dans le comté de Franklin en Virginie, État célèbre pour sa production d’alcool de contrebande, les trois frères Bondurant sont des trafiquants notoires. Jack, le plus jeune, ambitieux et impulsif, veut transformer la petite affaire familiale en trafic d’envergure. Il rêve de beaux costumes, d’armes, et espère impressionner la sublime (grosse) Bertha…

Ce n’est de loin pas le premier métrage à parler de la prohibition. Arrive-t-il donc à tirer son épingle du jeu ?

Le sujet a été effectivement plus qu’abordé avec entre autres : les IncorruptiblesPublic EnnemisCotton ClubIl était une fois en Amérique ou, plus récemment, la série Boardwalk Empire. Mais ces films s’intéressaient à la grande mafia, souvent très organisée, au trafic souvent énorme. Dans ces Hommes sans loi, on va approcher une famille qui fait ça de manière artisanale et à très petite échelle et c’est là où l’intérêt réside. La petite histoire (vraie) dans la grande en quelque sorte…

Chacun des frères a des principes et des idéaux nous montrant leur détermination à ne pas se faire influencer par un monde économique qui change. Garder les traditions, agir selon ses propres règles et, au besoin, utiliser la force. Mais juste afin de faire passer un message. Sans vouloir tuer.

Ce métrage était attendu avec grande impatience au vu de son casting ultra chargé avec l’incroyable Tom Hardy mais aussi Guy Pierce, Gary Oldman et Jessica Chastain qui portent la force de l’histoire sur leurs épaules. Shia Leboeuf se moule aussi fort bien dans son personnage et on reste happé par les éléments qui s’enchaînent avec parfois une frénésie et une hargne palpable. On pourrait lui reprocher son classicisme et ses plans trop sages ou académiques ainsi qu’un rythme parfois cassé, mais cette troisième réalisation du déjà fameux John Hillcoat reste un très bon moment de cinéma. Classe, poignant et parfois émouvant ! Après son premier métrage, le western La proposition – qui, par ailleurs, est une bombe à ne pas manquer pour les amoureux de ce genre et n’a rien à voir avec le truc romantique dans lequel Sandra Bullock et Ryan Reynolds faisaient un mariage bidon -, et le très bon post-apocalyptique La Route, on attendait peut-être trop de ce petit nouveau et je peux comprendre la déception de certains. Mais ne vous arrêtez surtout pas à ces avis et vivez le vôtre en regardant le film !

On finit sur un petit mot à propos de la qualité des disques et des bonus ?

Je vais commencer par dire que la photographie du métrage est très belle et qu’en blu-ray on voit l’incroyable travail fait pour rendre l’univers crédible. Privilégiez donc la haute définition. Quant aux bonus, ils sont égaux sur les deux supports et prolongeront de fort belle manière le combat de la famille Bondurant en vous contant sa véritable histoire. Un beau panel de scènes coupées mais aussi d’informations en tous genres sur la prohibition en Amérique et sur le comté de Franklin. Très joli travail de Nick Cave au scénario d’après « Pour quelques gouttes d’alcool » de Matt Bondurant

Bref, une belle œuvre qui mérite son achat en format blu-ray ! ^^

4 Responses to “Lawless / Des hommes sans loi (2012) +16ans.”


Bruno Oddo
22 janvier 2013 Répondre

Sans oublier les chansons utilisees dans le film qui sont franchement pas mal 😉

Didier_Lausanne
22 janvier 2013 Répondre

Absolument ! Très bonne bande originale : ) merci Bruno ^^

my blog
30 janvier 2013 Répondre

What i do not understood is in truth how you’re now not really a lot more neatly-favored than you might be now. You are so intelligent. You realize therefore significantly when it comes to this subject, made me individually believe it from numerous varied angles. Its like men and women don’t seem to be fascinated except it’s one thing to accomplish with Girl gaga! Your individual stuffs great. At all times handle it up!

Miguel_Rive Miguel_Rive
17 février 2013 Répondre

Jetez un œil également sur « The Proposition » du même réalisateur, sur un scénario de Nick Cave. Une histoire de bandits australiens.

Leave a Comment


dix − 2 =