Retour home
Miguel
Écrit par
blogueur
16 janvier 2012 |  0 like   |  2 vues

« ECRAN MOBILE » 2012. Les vendredi 13 et samedi 14 janvier. Suite: le compte-rendu de la programmation.

La programmation de cette année se déroulait en trois séries de 10 films chacune.

Ecran Mobile a reçu pas moins de 200 films provenant de pas moins de 60 pays parmi lesquels une sélection de 30 films a été opérée.

Pour ma part, j’ai pu assister à toutes les projections hormis celle du samedi après-midi,

manquant du coup le film surprise « Grenouille d’hiver » de Slony Sow, avec pas moins que Gérard Depardieu, programmé à 14 heures. Dommage!

LE PRIX DU PUBLIC

Le concept est très bien pensé:

on vous remet à l’entrée un carton et un stylo pour pouvoir noter les films visionnés.

Après la projection de chaque court-métrage, les lumières se rallument et vous avez une minute pour noter le film .

Une pause d’une demi-heure est prévue à la moitié de séance pour se désaltérer au bar.

De plus, en préambule un ou plusieurs réalisateurs sont invités à présenter leur film sur scène.

SERIE I, VENDREDI 13 :

Dans le contexte de révolutions du printemps arabe c’était assez émouvant d’avoir la présence sur scène de Ikrame Elaouane(Maroc), pour présenter « Ghali », un film fait « avec le coeur » et ses maigres économies, qu’elle nous invitait aussi à juger avec « notre coeur ».

Le film d’Ikrame met en scène un vieil homme malade, qui confie une liste de matériel électronique à acheter par son concierge. Celui-ci, se méfie soupçonnant la fabrication d’une bombe, il va alerter la police…

Présent également  sur l’estrade,  Kevin Haeflin, réalisateur de « Tirage en série »(Suisse), coiffé d’un Stetson, comme  sorti tout droit d’un western, a parlé de  « la folie dans le cinéma » et  son utilisation de trucages visuels, « pas de 3D, ni de fonds verts ».

Son court-métrage, évoque dans un premier temps un univers idyllique de carte postale, avec la dose d’étrange à la David Lynch,  la deuxième partie, avec l’apparition de la narratrice, l’actrice Anne Richard, fait tout basculer dans la démence et le règlement de comptes.

Une première série de courts parmi lesquels je retiendrai en particulier « Comme deux poissons dans l’eau »(France) dans lequel une célibataire endurcie se réveille un matin avec une fille et un mari, ainsi que deux poissons dans son bocal. Une réalisation drôle et pétillante au scénario riche en développements. Mais aussi, « Auf Wiedersehen Papa »(Allemagne), ou comment les contes pour enfants peuvent révéler le côté pas très innocent de nos chères têtes blondes dans un contexte de séparation. Mention spéciale pour conclure à  « Blind Spot »(Corée du Sud)  et son ambiance oppressante dans lequel la réalisation est en adéquation avec le propos. Une preuve, s’il en fallait encore,  de la vitalité du cinéma coréen.

SERIE III, samedi 14, 20h30:

Sur scène, le réalisateur Luis Francisco Perez(Espagne), insiste sur le fait que le noir et blanc s’est imposé à lui pour son film »En la Proxima Parada(Au prochain arrêt) ».

Celui-ci traitant de la  recherche de l’âme soeur, son auteur nous avoue qu’il est lui même dans cette quête et que peut-être la femme de sa vie est dans la salle ce soir…Avis aux personnes intéressées!

Son film met en scène un jeune guitariste, fan de Bob Dylan qui trouve un agenda oublié à un arrêt de bus. A la lecture de celui-ci, il tombe amoureux de sa propriétaire.

Beaucoup de réussites pour cette dernière série. Notons « Mwansa(The Great) »(Zambie), dans lequel un jeune garçon se prenant pour un héros passe du jeu à l’imaginaire(et nous avec lui), nous entrainant dans un univers poétique et amusant.

Toujours au registre de l’humour, « Employé du Mois »(Suisse), où les figures les plus insolites(une momie, un vampire, ou une fée) au chômage vont voir leur conseiller en placement. Signalons le « Lac Noir »(Suisse) et son univers de fantastique et d’ épouvante.

Dans un style plus dramatique, « Le Grand Bain »(France) quant à lui nous plonge dans un univers futuriste dans lequel des compétitions de natation sont organisées, le perdant étant condamné au grand plongeon de la mort.

Voilà, il ne reste plus qu’à connaître le vainqueur du Prix du Public après dépouillement des votes.

Je vous tiendrai au courant, dès que les résultats seront connus et me réjouis, d’ores et déjà,  d’assister à la prochaine édition en 2013!

 

 

Leave a Comment


sept + trois =