Retour home
Ellia
Écrit par
BLOGUEUSE
13 juillet 2017 |  16 likes   |  96 vues

Et Mel Gibson dit: « Tu ne tueras point »

Tu-ne-tueras-point-Edition-limitee-Steelbook-Blu-ray

Mel Gibson revient en force avec son nouvel opus «Tu ne tueras point». Et il bouleverse. Retourne les tripes. Te laisse pataud plusieurs heures après, tant ton cerveau n’arrive toujours pas à canaliser les innombrables images de violence que tu viens d’encaisser.

Mel Gibson c’est un peu comme votre oncle bourré au repas de famille interminable du dimanche, on l’aime bien mais il agace. Il agace par sa vision souvent avant-gardiste, par ses discours qui vous plantent une échine dans le cœur tant ils transparaissent de véracité. En gros on aimerait le détester mais on n’y arrive pas.

386913-36d99f00-dfe0-11e3-ada0-03258d7c0c20

Certes, on lui a souvent reproché un patriotisme et une foi dégoulinante dans plusieurs de ses réalisations et spécialement pour « Tu ne tueras point », l’histoire étant un parfait mélange de ces préceptes. Un jeune américain clamant avec un bon accent campagnard qu’il veut se battre pour son pays mais qu’il n’infligera de mal ni à une poule ni à un japonais car Dieu lui susurre dans l’oreille que non, tuer c’est mal. Oui je vous l’accorde, ça sent un peu les fonds de tiroirs et les clichés à dix kilomètres. Et pourtant ça fonctionne. Ça fonctionne du tonnerre tant il a habilement réussi à jongler entre ces deux sujets plus que sensibles sans qu’on se sente martelé de messages subliminaux du genre «Allez vous repentir mes enfants» ou «L’Amérique c’est la plus forte d’abord» et qu’on en sort avec un arrière goût de morale archaïque en bouche.

-font-b-American-b-font-font-b-flag-b-font-backdrops-Vinyl-font-b-cloth

Une des raisons de ce succès est le jeu d’acteur absolument rafraîchissant et innovant d’Andrew Garfield. Il porte à lui seul l’interprétation de ce personnage simple, touchant et qui va pourtant sauver la vie de plus de 75 soldats uniquement à la force de ses biscottos (et de Dieu un peu quand même). Une histoire aussi exceptionnelle que vraie qui va réussir habilement à tempérer le climat impitoyable d’une guerre face à l’humanité et la foi d’un simple fils de menuisier.

andrew-garfield-tu-ne-tueras-point-mel-gibson

L’autre réussite de ce film est son découpage en trois parties distinctes qui rythment l’histoire et prépare doucement le spectateur à recevoir des litres d’hémoglobine dans la rétine. La première nous emmène dans les douces contrées de Virginie où le décor et l’essence même du personnage sont implantés. Ça sent bon le champ de maïs sur fond de paternel alcoolique à la main lourde. Puis dans la deuxième partie, nous avons droit à un petit remake à la «Full Metal Jacket» où notre ami Desmond se fait malmener à l’armée car il refuse de porter une arme. Avouons-le, c’est un peu embêtant pour partir en guerre. Forcément, ça titille méchamment les sergents et les soldats qui vont lui faire vivre un réel enfer. Cette escalade de violence est sciemment pensée afin préparer le public à la troisième et dernière partie, avalanche de scènes pouvant réellement choquer les plus jeunes.

Jambes qui volent. Intestins sur le sol. C’est dans cette danse macabre que l’histoire atteint son paroxysme. La foi parmi le sang. L’espoir flottant dans l’enfer. Une beauté funèbre qui vous transperce au rythme des balles des ennemis. Un chef d’œuvre.
«Tu ne tueras point» n’est pas un film à regarder au saut du lit un dimanche matin avec les traces de coussins imprimés sur la joue. Il interpelle, il fait mal, il questionne. Il ne vous laisse pas tranquille plusieurs jours après. Mais finalement, n’est-ce pas ce qu’on attend tous d’un bon film ?

201037

Leave a Comment


2 × cinq =