Écrit par
blogueur
23 novembre 2010 |  0 like   |  27 vues

De la VHS au Blu-Ray… un saut technologique de trente ans au service de la qualité d’image et de son

De la  au  

Aujourd’hui, pour changer un peu des critiques de films, je voulais faire un peu de technique pour répondre à certaines questions récurrentes que l’on a en magasin. Et plus particulièrement de ces disques à l’emballage plus petit qu’un dvd et à l’entête souvent bleue, eux qui commencent à prendre de plus en plus de place dans nos chers rayons, je veux donc parler du Blu-Ray (BR). Et à l’occasion de la sortie de deux mastodontes que sont la trilogie Retour vers le futur et la quadrilogie Alien, réédités dans ce format, je voulais faire un point pour ceux qui se sentiraient un peu perdus ou qui penseraient que tout ça n’est fait que pour générer à nouveau de l’argent sur notre dos.

Vous connaissez la VHS? Elle est belle hein?!

Mais avant, pour le plaisir, rappelez-vous… (pour les plus âgés) c’était il y a un peu plus de trente ans en 1976, arrivait le premier « Video Home System » dit VHS. Elle était grosse, pas très sexy, il fallait la rembobiner et prier pour que la bande ne se casse pas en emmenant votre lecteur dans la tombe avec elle. Bref c’était une révolution car on avait ENFIN la possibilité de revoir nos films préférés à la maison. Encore fallait-il que ceux-ci soient édités et/ou disponibles… et je ne parle même pas d’interactivité, de différents sous-titres ou de langues additionnelles inclues car ça n’était bêtement pas possible.

Un VCD français!!! Pas facile à trouver!

En plus c’était compliqué car si on voulait programmer son magnétoscope pour enregistrer quelque chose, c’est là que les problèmes majeurs commençaient (je vous parle même pas du Showview qui était censé nous simplifier la vie et qui l’a transformée en cauchemar)… avec le recul, on avait une image baveuse, pas nette et un son mono pas terrible. Puis on a essayé d’améliorer le tout avec en premier lieu le CD vidéo (VCD) qui a fait le bonheur des pays où le piratage régne en maître tel la Thailande ou la Chine. Puis le Laserdisc (LD) a débarqué fin des années huitante. Mais ces formats, pourtant nettement meilleurs que la VHS, ne perceront pas vraiment de par nos contrées, trop chers et pas très fournis en titres. Il faudra attendre l’année de grâce 1995, en décembre, et l’arrivée du DVD (Digital Versatile Disc) pour connaître réellement une révolution qui allait mettre nos chers K7 au placard (ou plutôt à la poubelle si on n’a pas de cave ou grenier assez grand). C’est en quelques années que ce format s’est imposé (un peu par la force des choses) avec notamment une image deux fois meilleures que nos vieilles vidéos et des possibilités qui rendaient enfin honneur aux films et à leurs artisans (possibilité d’avoir des bonus, différentes langues et sous-titres, interactivité etc…).

Un Laserdisc, je leur ai voué un culte sans fin avant l'arrivée du DVD

Puis en l’année 2006, la guerre de la haute définition et des couleurs va avoir lieu avec les formats HD DVD en rouge (Toshiba) et les blu -ray euhh… en bleu!(Sony). Offrant une qualité encore plus grande que celle des DVD, ce sont ces derniers qui resteront grands vainqueurs de cette bataille car en fevrier 2008 l’abandon du HD DVD est décidé (visiblement Sony aurait fait un chèque conséquent à Toshiba).

Cette guerre aura fait les malheurs des fervents défenseurs du HD DVD

Alors, un tout ce petit rappel pour vous dire que le plaisir de la vidéo à la maison date seulement de 34ans et que, en dix ans, entre le dvd et le blu ray, la qualité, aussi bien visuelle que sonore, a ENORMEMENT évolué, la preuve en image (vu que pour faire une démo son il faudrait un ampli et des enceintes, le visuel sera plus facile et probant) :

http://www.youtube.com/watch?v=aQ-RhnonZyg

On remarque que, sur ces différents extraits, les détails apparaissent enfin à l’image. C’est comme quand on a la vue qui baisse et que l’on change de lunettes, tout d’un coup, on arrive à nouveau à lire les panneaux, les couleurs reprennent vie, les contours sont mieux dessinés. Bref on revoit normalement le monde comme il est et c’est le but de ce nouveau format, offrir une seconde jeunesse à vos films préférés. Maintenant il est vrai que c’est avant tout les studios (et la demande du public) qui décident si ils vont mettre beaucoup d’argent et de temps pour redonner vie à leurs bébés. Mais quand c’est bien fait la claque est d’autant plus grande…

Je pense notamment au premier Alien ou à 2001, où ils ont repris image après image pour tout nettoyer et lui permettre de revivre en Blu Ray, certains couloirs qui étaient flous, fourmillent maintenant de détails, les effets spéciaux rendent mieux que jamais et on dirait que ces films n’attendaient qu’une technologie comme celle-ci pour enfin se montrer sous un jour nouveau et dans leur plus belle robe : )

A présent, après vous avoir fait saliver (ou pas, car pas tout le monde est « touché » par la différence et le gain de qualité proposé), c’est l’heure du bilan… alors forcément qui dit nouvelle technologie dit nouvel appareil. Si les machines Blu-Ray sont d’excellents lecteurs pour vos anciens DVD, l’inverse ne se fait pas du tout. Il faut par contre savoir que le prix moyen des appareils a nettement baissé et on trouve de très bons à partir de 200 francs. De même que si vous n’avez pas d’écran plat dit HD (HD ready ou Full HD), la différence sera nettement moins flagrante. Pour moi, il y a des domaines où, quand une nouveauté sort, on n’a même plus de questions à se poser tellement « c’est beau » en haute définition. Je pense aux films d’animations, ceux à effets spéciaux ou ceux où la nature est au premier plan comme les documentaires. Je vous conseillerai dans l’ordre de ces thèmes quelques must have : Cars et Dragons, Avatar et The Dark Knight (plusieurs scènes tournées en IMAX sont à pleurer!) et Planète Terre et Life de la BBC. Et si vous voulez lire de vrais films 3D sur votre télévision (qui elle aussi devra être 3D) le format BR est la seule alternative possible, les DVD n’étant pas assez puissants pour reproduire cela. Il faut aussi savoir que le prix moyen des disques Blu-Ray a bien diminué ces dernières années pour passer de 50.- à 25-30.-! Un argument non négligeable.

Pour conclure, si vous êtes prêts à faire le pas, vous redécouvrirez des univers plus beaux, plus nets avec une impression de relief et un plaisir de tous les instants. Mais il faut garder en tête que de la VHS au DVD, nous avons vécu une révolution et du DVD au BR, nous avons droit à une évolution et les deux formats vont cohabiter longtemps. Noël arrive, c’est le moment de vous faire plaisir à vous et vos mirettes!


4 Responses to “De la VHS au Blu-Ray… un saut technologique de trente ans au service de la qualité d’image et de son”


alex
25 novembre 2010 Répondre

un peu de lumières pour tout les neophytes.

trés bon post ! merci :)

Ber
27 novembre 2010 Répondre

Un vrai régal pour les yeux et les neurones. Et dire que je ne savais pas ce que signifiait DVD! Il ne me reste qu’à découvrir la raison du Blue de Blu-Ray :-))

Didier_Lausanne
29 novembre 2010 Répondre

C’est le laser bleu qui est utilisé pour la lecture des disques, voilà le pourquoi du Blu : ) merci pour vos commentaires!

Roman Blinds
16 février 2012 Répondre

Wikia…

Wika linked to this website…

Leave a Comment