Retour home

Écrit par
blogueur
29 sept. 2012 |  0 like   |  7 vues

C’est vite dit, mais au moins vous le saurez N°20. Des hommes toujours autant en noir ; un road thriller léché jusqu’à la moëlle ; des zombies plus terrifiants animés que vrais !

Men in black 3
Après un second volet en demi teinte et plus rigolo que réellement bon, c’est avec une envie de reconquérir son public qu’il arrive. Mission réussie car en plus d’avoir la grosse patate, ce voyage dans le temps est carrément prenant ! On rit souvent et les clins d’oeil et autres renvois aux deux premiers sont de temps à autre jouissifs ! Certes ce n’est pas Dark Knight Rises, mais pour un troisième opus, on n’en attendait certainement pas autant ! Une mention spéciale au génial Josh Brolin mais surout à Michael Stuhlbarg dont la performance est proche du génie absolu !
Cosmopolis
Sous ses allures de petite histoire légère, David Cronenberg nous revient avec une bombe à retardement dont la classe est égale à l’uppercut socialement engagé qu’il assène ! Et si certains pourraient lui reprocher son élitisme, à la manière de A Dangerous Method, les autres se délecteront de chaque plan et chaque moment magistralement saucés à la patte du réalisateur. Et Pattinson est hallucinant ! Un grand film digne d’un énorme metteur en scène, s’affranchissant un poil du travail qui fut sien au début de sa carrière en proposant une expérience plus intellectuelle que viscérale. Probablement que des fans de la première heure se sentiront floués mais c’est à mon goût une splendide évolution. Voilà tout.
Resident evil Damnation
En images de synthèse, et à nouveau réalisé par les Japonais, il est la suite de Resident evil Degeneration sorti en 2008. Plus rythmé que le premier, plus fin avec une animation travaillée et coulante effaçant l’impression de robotisation des personnages, il fera du bien aux amoureux du jeu… sans pour autant enfin proposer une vraie adaptation du premier opus qui serait la plus belle chose dont on pourrait rêver ! A ne surtout pas confondre avec la quadrilogie de Paul Anderson, véritable viol ou multiples coups de poignard dans le dos pour tous ceux qui avaient apprécié l’oeuvre vidéoludique originelle ! Mais bon, pour pouvoir réellement revivre cette claque, il faudrait un joueur aux commandes de ce projet ainsi que… énormément d’argent pour rendre le tout sale, angoissant et crédible… autant dire que ce n’est pas pour tout de suite !

Leave a Comment


20 + deux =