Écrit par
blogueur
08 juillet 2012 |  0 like   |  9 vues

C’est vite dit, mais au moins vous le saurez N°15 ! Un sniper piégé, il était une fois le soleil et un Ghibli en dessert (^.^)/

Shooter
Antoine de Fuqua traîne une réputation d’homme aimant tout faire péter sur son passage tout en mêlant une bonne dose d’adrénaline pour encore mieux impliquer son spectateur dans ses histoires souvent bien emballées (Training DayL’élite de Brooklyn…). C’est donc un peu en séance de rattrapage que j’ai découvert ce film sorti en 2007 et dont le blu-ray traînait dans ma bibliothèque amassant la poussière. Surtout grâce à un ami qui, en regardant ma collection, m’a dit le considérer comme un petit classique du genre, un peu à la Die Hard. Si je prends la peine de lui consacrer ces quelques lignes aujourd’hui, c’est effectivement que le film en vaut la chandelle et offre un spectacle addictif même si un brin (voire deux…) téléphoné. Alors, si vous n’avez pas encore vu ce Shooter et que l’espionnage ou les snipers vous parlent, je vous recommande ce très bon moment, fort bien emballé, dans lequel (pour une fois) Mark Wahlberg a de la classe et du charisme !
La Colline aux coquelicots
Boum ! un nouveau Ghibli qui sort, c’est un peu comme l’hirondelle faisant le printemps (ou oncle Benz…), c’est toujours un succès ! Cette fois, c’est Goro Miyasaki (dans la famille je demande le fils !) derrière la « caméra », dont c’est le deuxième film après les Contes de Terremer et dont l’oeuvre, à mon goût, est souvent honteusement mésestimée. Il prend un peu la patte du studio à contrepoil : il accouche ici d’une fable tout ce qu’il y a de plus terre à terre, sans la moindre once de magie ou de rêves, mais arrivant quand même sans mal à nous toucher en plein coeur. S’il emprunte parfois aux teen movies son ambiance collégiale folle avec ses étudiants et profs hauts en couleur, il nous plonge dans le Japon des années 60 avec ses bateaux et marins rarement arrêtés sur la terre ferme pour les besoins de leur travail. Il va nous conter une histoire touchante, un peu facile mais qui, enrobée avec le savoir faire des studios, vous fera passer un beau et tendre moment d’une histoire pleine d’espoir. Si on en attendait peut-être plus après sa première oeuvre narrant les aventures de Arren, on ressort de ce nouvel essai avec un coeur gros comme ça, et ça fait du bien !
Les merveilles du système solaire
Très pointu, mais aussi infiniment ouvert à tous car d’une limpidité d’explications rare, ce documentaire narrant la vie et l’activité de celui qui nous permet de vivre est une leçon qui devrait être transmise à tous ceux voulant faire passer un message et des explications via un média. Dès les premières minutes, comme dans presque tous les autres documentaires de la BBC, on regarde la durée du tout et on se dit très rapidement que l’on rêverait que ces cinq heures en fassent dix, prolongeant  le voyage au maximum. Qu’ajouter à ça, si ce n’est de vous inciter à tenter l’expérience qui, je vous l’assure, sera entraînante et exaltante. En l’espace de quelques titres en dvd et blu-ray (Planet EarthLifeHuman Planet mais aussi bientôt l’ultra attendu Frozen planet), la BBC s’est imposée dans le paysage des documentaires comme un redoutable adversaire à des forces toutes puissantes comme National Geographic, grâce notamment en misant sur une technologie d’avant-garde et des moyens monumentaux. La suite au prochain épisode !

Leave a Comment