Écrit par
blogueur
18 sept. 2012 |  0 like   |  8 vues

Bd Fil 2012 : clap de fin

La 8ème édition du festival BD Fil de Lausanne, s’est achevée hier. Pour ceux qui n’ont pas pu s’y rendre (c’est mon  cas, merci le mal de dos !!), voici un petit résumé de ce que vous avez manqué.

Cette année, le festival se tenait sur 4 jours. Cela vous laissait 1 jour de plus, par rapport aux années précédentes, pour découvrir toute la programmation 2012. Ce jour supplémentaire était un test et sera peut-être renouvelé l’année prochaine selon les résultats de fréquentation de cette année.

 

Tout d’abord, comme tout bon festival qui se respecte, il faut un invité d’honneur. Cette année, il s’agissait de Christophe Blain qui a d’ailleurs signé l’affiche du festival (cf. mon prochain article où je vous présenterais cet auteur et son oeuvre). De plus, il a été célébré à travers une exposition présentée durant toute la durée du festival .

 

Heureusement que les organisateurs prévoient un plan du festival, car avec toutes les choses à voir, on pourrait s’y perdre !

 

Cette année BD Fil proposait un total de 9 expositions (créées spécialement à l’occasion de ce rendez-vous). Et pour la 3ème année consécutive, une grande exposition patrimoniale sur un style graphique était proposée (cette année, il s’agissait de la ligne claire). Sans oublier, bien sûr, le projet de commande auprès d’auteurs suisses sur un thème donné (= la cuisine).

 

 – « Christophe Blain – Odyssée(s) »

 Une des première exposition d’envergure consacrée au talent de cet auteur.

 

 

 

« Les aventures de la ligne claire »

Exposition exclusive et d’une grande envergure sur une écriture graphique et narrative majeure de la bande dessinée popularisée par Hergé. Plus de 70 auteurs d’hier et d’aujourd’hui y étaient évoqués.

 

 

 

 « Céline Fraipont et Pierre Bailly – Les mondes de Petit Poilu »

Une aventure ludique et magique pour les tout-petits à travers le personnage titre d’une série de bd sans paroles.

 

 

 

 « Dérib – Un jour tu seras Reine »

Une présentation en primeur de la dernière création de Derib autours des vaches de la race d’Hérens.

 

 

 

 

« Daniel Bosshart – Metamorphosis »

Présentation d’un journal de bord que l’auteur a dessiné sur et pendant la réalisation de sa dernière oeuvre.

 

 

 

 « Hannes Binder – Littérature dessinée »

Découverte ou redécouverte du travail de bédéiste et d’illustrateur de l’auteur se basant sur une technique saisissante, celle de la carte à gratter (technique de dessin consistant à utiliser un carton spécial recouvert d’une couche d’encre de Chine noire et que l’on gratte pour faire apparaître le blanc).

 

 

 « Tom Tirabosco – Temps de canard »

Partage d’un florilège des aventures du canard imaginé par Tom Tirabosco sous le format mono-case.

 

 

 

 « La cuisine »

14 auteurs devaient imaginer une histoire originale sur le thème de la cuisine en utilisant comme matière et support de création des ustensiles, accessoires et équipements culinaires.

 

 

 « Dessinateurs de demain »

Présentation de l’ensemble des 256 projets reçus dans le cadre du concours du festival. Cette année le thème retenu était   » Première fois « .

 

 

 

« Peter Haas – L’istorgia dals Retorumantschs »

Présentation d’un best seller de la bd suisse  » L’histoire des Romanches en BD « .

 

 

 

De plus, 5 conférences et rencontres, en marge du programme, permettaient d’aborder les coulisses de l’édition, le travail d’Hergé et la magie de la « ligne claire ». Au choix, vous pouviez donc apprendre comment être édité, évoquer la création suisse dans l’édition francophone, assister à des regards croisés sur la ligne claire, découvrir Tintin au pays des Helvètes, et enfin comprendre d’une façon ludique et décalée l’obscure clarté de la ligne claire d’Hergé.

 

En complément de cela, avait aussi lieu des ateliers pour les enfants mais également des projections de documentaires et de courts-métrages.

Enfin, pour ceux qui souhaitaient rencontrer des auteurs (en plus des séances de dédicaces), des instants privilégiés de rencontre et de discussions étaient proposés. Avec un format de 50 mn et des places limitées à 50 personnes, vous pouviez en apprendre plus sur leur travail et leur oeuvre.

 

Franchement, je regrette vraiment de ne pas avoir pu m’y rendre. Cependant je peux encore me rattraper d’ici la fin de cette semaine, puisque certaines expositions sont prolongées jusqu’au dimanche 23. Il s’agit de l’exposition  » Les aventures de la ligne claire », de celle sur Hannes Binder et enfin des projets « Dessinateurs de demain ».

 

J’espère vous avoir convaincu d’y retourner l’année prochaine et de vous y rendre pour la  » Première fois »…

 

 

 

 

 

Leave a Comment