Retour home
Alice
Écrit par
BLOGUEUSE Littérature & Polar
31 octobre 2017 |  5 likes   |  28 vues

Retourner dans l’obscure vallée, Santiago Gamboa

Un nouveau roman de la rentrée littéraire 2017 riche de belles découvertes.

Santiago Gamboa m’était inconnu jusqu’alors mais après une lecture frénétique je suis conquise. Malheureusement pas assez connu des lecteurs européen, il est pourtant l’auteur de plusieurs romans. Celui qui nous intéresse aujourd’hui, « Retourner dans l’obscure vallée », est sans aucun doute une très belle réussite.

Ce récit polyphonique met donc en scène plusieurs personnages à travers le monde qui verront leurs destins se rejoindre dans les méandres d’une vengeance. Entre l’Europe et la Colombie, le lecteur voyage au travers de leurs histoires respectives teintées de passion, d’amertume et de violence.

Tout d’abord, le « consul ». Ce colombien quadragénaire, diplomate et écrivain, se rend à Madrid afin de retrouver Juana dont il n’avait plus de nouvelles depuis des années. C’est dans un hôpital madrilène qu’il fera la rencontre de Tertuliano, fondateur d’une théologie de l’harmonie des Maîtres Anciens.
Il y a aussi Manuela dont l’enfance fut brisée par une mère lâche et aveugle des sévices que son beau-père lui infligeait. Elle trouvera par la suite un exutoire dans la poésie. C’est cet homme, futur paramilitaire et trafiquant de drogue colombien, qui fera l’objet d’une vengeance commune entre les personnages de ce roman.

Parallèlement, Santiago Gamboa nous offre une magnifique biographie d’un des plus grands poètes français : Arthur Rimbaud. Il inspirera nombre d’artistes en quête de vie, d’inspiration et de matière à trouver un sens à leur passion par le voyage.
Partir, toujours plus loin, repousser la limite des frontières à une époque où beaucoup de terres étaient encore méconnues. « Et à l’aurore, armés d’une ardente patience, nous entrerons aux splendides villes » (Arthur Rimbaud).
Peut-être aussi pour trouver le repos et l’apaisement. Un lieu qui rendrait les passions moins dévorantes. Un endroit vers lequel revenir, comme a pu le dire William Blake dans une citation qui inspirera son titre à Santiago Gamboa.

Plongez-vous dans ce roman sans plus attendre. La lecture y est fluide et rythmée, les personnages énigmatiques, le contexte historique et politique colombien intéressant. Sans cesse l’auteur nous questionne sur l’avenir de notre monde tel que nous le connaissons.
Parviendrons-nous à retourner dans notre obscure vallée ?

Leave a Comment


3 × trois =