Retour home
Céline
Écrit par
blogueur Littérature & Polar
13 sept. 2019 |  4 likes   |  48 vues

Qui a peur du grand méchant loup? Partie II

Même pas peur?

Quelques ouvrages pour vous donner des sueurs froides

Je vous parlais récemment de romans d’Horreur. Les éditions Bragelonne viennent de rééditer les Évangiles écarlates de Clive Barker et c’est l’occasion parfaite pour continuer sur ce sujet frissonnant. Clive Barker est un romancier incontournable, pluridisciplinaires et père du cultissime Hellraiser !

cliveBarker

Clive Barker ©grantland.com

Clive Barker et son Rubik’s Cube gore

HellraiserLivreHellraiser, les éleveurs d’Enfer quand même, est un roman d’à peine 150 pages dans lesquelles se concentrent tout le malaise, toute la perversité et la folie que Clive Barker a pu extraire de son imagination.
Frank est un aventurier, il parcourt la planète à la recherche de sensations et de plaisirs inédits. À force d’expériences fortes, il semble blasé de tout. Lors d’un de ses périples, il se porte acquéreur d’un casse-tête aux allures de cube dont il parvient à percer l’énigme. Le cube, qu’on appelle  » La boîte  » de Lemarchand, donne accès à un monde dont on dit qu’il assouvit tout. Ce qu’on dit moins c’est que de ce monde où plaisir rime avec douleur, on ne revient pas.
Clive Barker invente un univers hallucinant, avec des personnages qui vous marquent pour toujours. Les Cénobites, créatures infernales, adeptes de la jouissance sexuelle et la torture sadique, hanteront longtemps vos nuits et leur porte parole Pinhead en devient une icône de la pop culture. Lui aussi, à une autre époque a ouvert La boîte de Lemarchand. Depuis, toute trace d’humanité à disparu en lui.
Sombre ? Je ne sais pas si la couleur de ce mot est assez sombre justement, pour décrire l’atmosphère d’Hellraiser. Rien n’est fade dans ce roman, puisque le plaisir par sa définition même ne peux pas l’être. Un ouvrage dérangeant et morbide au génie littéraire indiscutable !

Clive Barker portera son roman au cinéma dans le célèbre film Le Pacte. Le livre prend forme sous vos yeux et l’auteur-réalisateur y déploie une mythologie à nulle autre pareille, mêlant érotisme, transgression, fascination pour la douleur tout autant qu’il offre une analyse sanglante de l’humanité.
D’autres films suivront, sans Clive aux commandes. Si l’univers de Hellraiser passe par des navets sans pareil, je vous conseille de n’en retenir que trois : Le Pacte, évidemment, Les écorchés et l’Enfer sur terre. Sur les deux derniers, Clive Barker participe au scénario.
Le troisième opus est plutôt mauvais,mais il est, selon moi indissociable de l’Univers cénobite, donc à voir. Et puis vous pouvez y entendre Lemmy Kilmister chanter son célèbre morceau.

(Oui, je ne suis pas objective quand on parle de Lemmy)

Hellraiser - Le Pacte - trailer

Motörhead - Hellraiser

Les-Evangiles-ecarlatesMais revenons à l’univers livresque de Clive Barker et plongeons dans les Évangiles écarlates. Écrit 29 ans après Hellraiser, ce roman très attendu à déçu beaucoup de fans. Personnellement j’ai adoré cette bible du gore !
Le décor ? L’Enfer !
Le héros ? Pinhead en personne !
L’ennemi ? Harry D’Amour, détective du paranormal.
C’est en tout cas comme ça que je conçois ce roman.
Harry D’Amour a l’habitude d’affronter des créatures malveillantes. Son travail de détective de l’étrange l’amène à lutter contre ses propres démons. Harry va trouver à son tour le Cube, comme Frank dans le premier opus. De ce portail infernal, apparaissent des démons, véritables ceux-là, qui ne tardent pas à s’ajouter aux siens. Tout est gore, démesuré et charnel. D’emblée, Clive vous baigne dans le sang tant et si bien qu’on se demande si cette violence gratuite sera supportable. Passé le prologue trash, le roman devient menaçant, tendu et l’enquête d’Harry est une aventure excitante sans aucun temps mort. Clive nous montre qu’il n’y a pas de lumière sans obscurité. Chaque chapitre est une surprise, on passe de scènes horrifique à des touches d’humour. Les personnages démoniaques sont captivants et fascinants. La plume de Clive est grandiose et si précise que les ambiances, les cris et parfois même les odeurs semblent sortir du livre pour emporter loin dans cet Enfer.
Stephen King adoubait Clive Barker par ces mots : » J’ai vu l’avenir de l’horreur : son nom est Clive Barker ». On ne contredit pas le King…

Pour aller plus loin

Les livres de sang

Arabat

Secret Show

Leave a Comment