Retour home
Sandrine
Écrit par
BLOGUEUSE Littérature & Polar
28 août 2017 |  2 likes   |  126 vues

Le prix littéraire du mois : Petit Pays, prix du roman Fnac 2016

Petit Pays, un premier roman récompensé par de nombreux prix littéraires

Si, pour le moment, vous n’avez pas encore succombé au charme de Petit Pays, le premier roman de Gaël Faye paru il y a un an et récompensé notamment par le Prix du Roman Fnac, c’est le moment car il vient de paraître en format poche !
Petit Pays, je pourrais vous en parler pendant des heures tant il y a à dire sur ce récit et sur son auteur, engagé. Mon défi va donc consister à vous mettre l’eau à la bouche en seulement quelques phrases.
S’il ne s’agit pas d’un récit purement autobiographique, Gaël Faye a certainement mis beaucoup de lui dans le personnage de Gabriel. Ils partagent ensemble un passé commun au Burundi et une enfance oubliée que l’auteur fait ressurgir dans ce récit tout en musicalité, et pour cause : Gaël Faye est auteur-compositeur-interprète avant d’être romancier.

Cliquez sur l'image pour écouter sa musique

Gabriel fait ressurgir cette enfance aux réminiscences africaines, faite d’orgies de mangues et de jeux entre copains. Une enfance trop vite oubliée, effacée par l’exil en France et le danger qui guette au Burundi. Nous sommes en 1994 et la guerre civile fait rage. Quant au Rwanda, pays où vit une partie de sa famille, le génocide y fera des milliers de morts.

Aux passionnés d’Afrique, aux voyageurs, aux nostalgiques de l’enfance, Petit Pays vous prendra aux tripes. On alterne entre les doux souvenirs de jeunesse et la gravité de la guerre et d’un génocide qui dépassent l’entendement, une incompréhension pour tous, particulièrement pour un enfant.
Musical, à la fois grave et drôle, Petit Pays est un moment de lecture comme on les aime, tant et si bien que l’on voudrait ne jamais arriver à la dernière page. Gaël Faye est un romancier prometteur.

1994 : le génocide au Rwanda

Si Petit Pays évoque le génocide à travers Gabriel dont l’insouciance s’effrite au fil des pages, il ne s’agit toutefois pas d’un roman sur ce sujet mais le récit d’une enfance oubliée. Si vous souhaitez mieux connaître cette période de l’histoire, je vous invite à lire les essais de Jean Hatzfeld. Journaliste, il a passé de nombreux mois au Rwanda pour recueillir les témoignages de rescapés et de génocidaires que l’on retrouve dans ses romans. Dans l’ordre de parution :
– Dans le nu de la vie- prix France Culture 2001
– Une saison de machettes – prix Femina 2003
– La stratégie des antilopes – prix Médicis 2007

Gaël Faye, un artiste engagé

Gaël Faye vit aujourd’hui avec sa femme au Rwanda. Ses beaux-parents, Alain et Dafroza Gauthier sont aussi appelés les Klarsfeld du Rwanda. Par le biais de leur association, le Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda, ils traquent les génocidaires qui vivent en France et n’ont jamais été poursuivis par la justice. Aujourd’hui, des procès ont lieu et des peines tombent.

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/07/07/genocide-au-rwanda-reclusion-criminelle-a-perpetuite-pour-deux-bourgmestres-juges-en-france_4965199_3212.html

Gaël Faye, lui-même très investi dans ce domaine, a régulièrement évoqué le génocide et le problème de sa reconnaissance, notamment judiciaire, en France, lors de ses différentes interviews. Artiste engagé et passionnant, je vous invite à écouter ses deux rencontres avec Laure Adler, particulièrement enrichissantes.

Bonnes lectures

Sandrine

Cliquez sur l'image

Cliquez sur l'image

Leave a Comment