Retour home
Alexandra
Écrit par
blogueur Littérature & Polar
21 juillet 2019 |  12 likes   |  54 vues

Poésie, rimes et douceur pour cet été

La poésie s’invite dans vos vacances

Jugée trop scolaire ou trop pompeuse, la poésie n’est plus tellement plébiscitée
par les lecteurs et pourtant ! Loin des quatrains en alexandrins, la poésie se réinvente sans cesse. Petite sélection de poètes bien actuels.


Poésie contemporaine

J’ai oublié mon âme au pressing

Vince Fasciani lave son linge en public et nettoie son âme à sec dans son nouveau recueil de poèmes. Bien ancré dans le domaine littéraire, ce Suisse-italien participe à des événements autour de la poésie, des revues littéraires mais aussi à un long métrage. Artiste cultivé et ouvert, il nous ouvre les portes de son intérieur dans ce livre édité par l’Âge d’Homme.
Publiées cette année, ses poésies modernes jouent sur la forme et envahissent les pages blanches. La simplicité comme marque de fabrique, Vince Fasciani rend accessible un genre littéraire qui se fait parfois désuet ou oublié. Ici, il nous fait part de ses constatations sur son quotidien : faire le ménage, payer (ou non) ses factures … Autant de petits détails qui mènent à des réflexions plus importantes sur la manipulation ou les peurs enfouies.

Un petit trésor qui recèle de jolis vers et qui se lit d’une traite, d’une respiration.

je ne peux pas m’empêcher de dormir
je suis fatigué

de tout voir tout entendre tout observer

je suis né avec une âme grise
qui a subi trop de métamorphoses

ma silhouette est courbée¨
un murmure s’élève dehors

sans raison apparente

Je commencerai par être

un souffle

¨d’année lumière

contre le vertige

de la tentation

du malheur

une anthologie

des bouleversements

un retour

de nuit blanche

qui coule

dans les veines

une tendresse

démesurée

je commencerai par être

au milieu de la poussière

Un classique

Infiniment proche de Zéno Bianu

Zéno Bianu trouve sa place dans la collection Poésie de Gallimard. Et elle est méritée. Poète et dramaturge, ce grand monsieur s’inspire du jazz, des arts et de l’Orient pour coucher sur papier ses pensées raffinées.

Infiniment proche et le désespoir n’existe pas sont réunis dans une version en format poche qui ravira votre bibliothèque. Emprunt de la mouvance de la beat generation, Bianu ne cherche pas la rime parfaite, et en cela il gagne en sincérité. Dans ses poèmes on perçoit une sensibilité accrue. L’auteur vit ses émotions jusqu’au bout. Sa prose est rythmée, énergique et vivante. Loin du spleen et de la paresse baudelairienne, on ressort de cette lecture vivant.

Un livre de chevet où l’on pioche des bribes de vies, de failles, d’amour.

Auxeméry

Failles/traces littéraires

Jean-Paul Auxeméry a connu une carrière de professeur de lettres classiques. Et ses poèmes sont marqués par cet élitisme. Maniant avec perfection la langue, il surprend par le vocabulaire utilisé souvent soutenu, toujours appliqué. Son style est moderne et soigné. Sa poésie s’adresse aux amateurs du genre car le dernier recueil de l’auteur se présente comme un bloc opaque de morceaux de phrases jetés aux lecteurs, de traces qu’on laisse derrière soi.
La solitude et l’oubli de soi marquent sa prose mais aussi sa vie. Souvent à l’étranger, il puise son inspiration dans les lieux où les hommes ont désertés.
Dans Failles/Traces, il présente son travail de ces dix dernières années. Il alterne plusieurs séquences poétiques oû se multiplient les références : d’Antonin Artaud à la quête du Graal. Il parsème son oeuvre de quelques unes de ses photographies personnelles.

écran dévoile, intelligible devient ce qui restait

lointaint, incertain ce qui demeurait évidence :

figures marquent désaccord de soi à soi,

tropes disent fâcherie entre acceptations :

toute une vie ainsi se perd, se dilue, se dissout

toute une vie tourne ainsi au délayage, à la futilité_

sur cette photographie un visage dit un ratage

une ode vire au ragot, tout éloge dénigre, éreinte_

Un peu

 

Un peu comme cette cigarette
Je t’écrase avec regrets
Les draps humides d’amour
Un combat contre les sourds
Les courbes de son corps
Nous ne jouons pas sur du velours

Incisive et fribourgeoise

Endorphines de Bleona Krasniçi

Des mots comme griffonnés dans un carnet, la nuit dans sa chambre ou dans un bar. Jeune fribourgeoise d’une vingtaine d’année, Bleona Krasniçi publie son premier recueil en 2017. Et Endorphines est un diamant brut. Les mots de l’autrice se veulent tour à tour doux et tranchants. Une écriture abrasive ou résignée au plus proche de sa pensée et qui résume aussi celle de toute une génération. Son style est urbain et ses poèmes parlent d’amour et de déception, du monde et de littérature. Une jeune poétesse à suivre entre Rupi Kaur et Charles Bukowski.

De la poésie pour vos adolescents

Love Her Wild-Aime la libre

Atticus joue avec son anonymat, et pourtant il compte plus d’un million d’abonnés sur Instagram. Jeune aventurier américain, il fait de la poésie un art visuel. Ses poèmes sont courts et toujours accompagnés de photographies. Le but ? Rendre accessible un genre littéraire qui ne l’était pas forcément. Il s’adresse aux adolescents. Ses aphorismes parlent des premiers amours, des premières peines de cœur et des petites choses du quotidien qui rendent heureux. Une écriture positive, avec un soupçon d’attrait pour l’aventure.
LOVE HER WILD se divise en trois parties et regroupe des photographies en noir et blanc de Bryan Adam Castillo.

MES
ATOMES
AIMENT
TES
ATOMES,
C’EST DE LA
CHIMIE

Leave a Comment