Retour home
Céline
Écrit par
blogueur Littérature & Polar
17 juillet 2020 |  0 like   |  246 vues

Nous ne ferons pas un monde différent avec des gens indifférents

J’emprunte cette phrase à Arundhati Roy, autrice du Dieu des petits riens, pour continuer ma série d’articles sur le mouvement Black Lives Matter.

Laissez-moi vous proposer quelques ouvrages qui traitent du racisme avec lucidité et pédagogie. Des livres à lire à tout âge.

Le racisme expliqué à ma fille

Tahar Ben Jelloun

« Un enfant est curieux. Il pose beaucoup de questions et il attend des réponses précises et convaincantes. On ne triche pas avec les questions d’un enfant. C’est en m’accompagnant à une manifestation contre un projet de loi sur l’immigration que ma fille m’a interrogé sur le racisme. Nous avons beaucoup parlé. Les enfants sont mieux placés que quiconque pour comprendre qu’on ne naît pas raciste mais qu’on le devient. Parfois. Ce livre s’adresse d’abord aux enfants : ils n’ont pas encore de préjugés et veulent comprendre. Quant aux adultes qui le liront, j’espère qu’il les aidera à répondre aux questions, plus embarrassantes qu’on le croit, de leurs propres enfants. »

Vingt ans après la publication de l’édition originale de ce livre en 1998,  une nouvelle édition s’imposait. La voici, enrichie par l’expérience tragique de ces deux décennies, vingt années marquées notamment par l’entrée en scène du terrorisme islamiste et ses conséquences sur l’expression de la haine de l’autre. Une édition, malheureusement nécessaire, refondue et augmentée pour comprendre mieux encore et pour mobiliser.

Il est temps que je te dise. Lettre à ma fille sur le racisme

Chariandy David

David Chariandy a beau être né au Canada, une femme dans un restaurant éthique lui fait comprendre qu’il n’est pas ici chez lui. Un acte de racisme ordinaire en présence de sa fille de trois ans. Dix ans plus tard, l’élection de Donald Trump lui donne l’occasion d’adresser à sa fille désormais adolescente une lettre pour évoquer les questions universelles de l’identité et de la race. Dans cette lettre ouverte, Chariandy puise dans son propre passé, dans celui de ses ancêtres afro-asiatiques et dans des épisodes concrets vécus en famille une réflexion sur l’héritage de l’esclavage, le statut de « minorité visible » et d’immigré de deuxième génération : que ressent-on lorsqu’on est considéré comme un étranger alors que l’on est né au Canada ? Lorsqu’on nous demande, inlassablement, « non, mais d’où viens-tu vraiment ?  »

Pas de hargne pour parler de la profonde blessure du racisme, mais une lucidité, une pudeur et une tendresse qui font de ce texte important une invitation à se déterminer librement : un véritable manifeste dans la continuité de James Baldwin.

Le grand livre contre le racisme

Un ouvrage de référence indispensable dont l’approche transversale, croisant les points de vue sociologique, historique, scientifique et juridique, permet une réflexion qui évite les jugements hâtifs et les réactions épidermiques et affectives. Faits, témoignages, impressions, documents donnent au lecteur des arguments utiles pour combattre les clichés et les idées reçues. Savoir les bateaux d’esclaves, s’initier à la génétique, connaître l’histoire des frères de Geronimo, ne jamais rien oublier des camps d’extermination nazis, comprendre un grand-père arménien, soulever un instant la lourde valise d’un immigré… Ce Grand livre propose ces rencontres-multicolores. Des textes d’écrivains, de chercheurs, d’historiens, de poètes et des témoignages. 100 dessins et photographies pour donner envie de s’ouvrir à tous les autres humains.

Les éditions Rue Monde savent merveilleusement bien rédiger des ouvrages sur le vivre ensemble. Un catalogue à parcourir sans hésiter!

Sociologie du racisme

Véronique De Rudder

Le racisme et les discriminations sont un système. Véronique De Rudder nous en dévoile ici les mécanismes et passe au crible les relations inter-ethniques qui en découlent. Elle explore la place de l’immigration et de sa descendance dans la société française. Ses textes s’avèrent d’une étonnante actualité, alors même que les enfants d’immigrés, désormais adultes, sont porteurs de revendications d’égalité. Elle nous propose une analyse critique du républicanisme français dont l’universalisme, inscrit en lettres d’or dans les textes constitutionnels, coïncide en pratique avec un système de discriminations tolérées, voire, à l’occasion, codifiées. Les victimes du racisme sont massivement les immigrés originaires des anciennes colonies et leurs enfants, citoyens français de plein droit, et pourtant de seconde zone, renvoyés à leurs origines comme à une marque d’indignité. Se réclamant d’un universalisme en actes, l’autrice souligne la nécessité de changer les politiques qui malmènent les valeurs démocratiques.

Fragilité blanche. Ce racisme que les blancs ne voient pas

Diangelo Robin

Pourquoi est-il si difficile de parler de racisme quand on est blanc ?
La sociologue américaine Robin DiAngelo a passé vingt ans à étudier cette question dans des ateliers sur la diversité et le multiculturalisme. Elle en a tiré un concept fondamental pour comprendre le rapport des Blancs au racisme : la fragilité blanche, un mécanisme de défense ou de déni qui permet de détourner la conversation, empêchant d’identifier le racisme systématique qui persiste dans nos sociétés. Et donc de le combattre.

Dans ce livre devenu un phénomène aux États-Unis, en tête des meilleures ventes depuis deux ans, Robin DiAngelo nous donne les clés pour être véritablement antiraciste.

Pour continuer sur le sujet d’autres articles ici

A la Fnac de Conthey, une sélection Black Lives Matter vous attend

Leave a Comment