Retour home
Marie
Écrit par
Blogueuse Littérature & Polar
18 novembre 2019 |  6 likes   |  296 vues

Dévorer Le Ciel, par Paolo Giordano

Bouleversant, envoûtant, déchirant ! En trois mots, voici le nouveau roman de Paolo Giordano, Dévorer Le Ciel. Pour en savoir plus, c’est par ici !

 

Dix ans après La Solitude Des Nombres Premiers, qui lui avait valu d’être le plus jeune lauréat du prix Strega, le talentueux Paolo Giordano est de retours avec un nouveau roman où il démontre une nouvelle fois son don indiscutable pour les grandes fresques sentimentales.

 

Et me voici donc, une petite larme fraîchement écrasée sur la joue, achevant cette lecture que je ne suis pas près d’oublier. On nous promet, dès la première de couverture, un « bouleversant roman d’amour et d’amitié », un « adieu à la jeunesse », mais c’est plus que ça. Lire Dévorer Le Ciel, c’est assister à la lente agonie d’une utopie merveilleuse portée par une bande de rêveurs et par le personnage de Bern, figure solaire et énigmatique autour de laquelle le roman et la destinée de ses personnages semblent graviter et prendre sens. Ce sont des orphelins, des idéalistes, des âmes jumelles qui se sont trouvées pour s’aimer et se déchirer.

 

J’en ai parlé autour de moi, j’ai voulu connaître le ressenti de ceux qui l’avaient lu. Et à ma grande surprise c’est vrai, les opinions se révèlent contradictoires. Il y a ceux qui comme moi ont adoré, et ceux qui n’ont, je cite, « pas vu le réel intérêt », qui ont même réussi à « s’ennuyer ». Incroyable, mais peut-être pas si illogique pour autant. Dévorer Le Ciel étant le récit passionné d’une petite communauté d’idéalistes et de leur quête exaltée d’un monde meilleur, allant jusqu’à accomplir des actes extrêmes au nom de cet idéal qu’ils souhaitent atteindre, il est normal qu’il provoque des réactions aussi marquées, aussi vives. Le roman s’ouvre sur des pages lumineuses et insouciantes puis c’est, en son cœur, le désir protéiforme qui vient tout consumer, tout gâter. Et si le Rêve se meurt, tout doucement, si le roman semble sombrer progressivement dans une nuit inextricable, étouffé par de lourds secrets et par des rancœurs persistantes, ça n’en reste pas moins une très belle aventure, un voyage bouleversant.

 

Peut-être que ce roman ne conviendrait pas aux esprits trop terre à terre, mais si on se laisse envoûter par son univers hors du temps, si on le laisse nous guider à travers sa mélancolie utopiste, alors c’est certain, il ne laissera pas indifférent.

 

Une très belle découverte.

Leave a Comment