Retour home
Mathieu
Écrit par
blogueur Littérature & Polar
04 août 2018 |  0 like   |  37 vues

Une rentrée littéraire glaçante

Après vous avoir parlé de son premier roman lors de la sélection de poches pour cet été, voici qu’arrive à la rentrée prochaine le nouveau livre de Jérémy Fel : Helena.

Helena
27260_feljeremy15fredericstucin

Jérémy Fel fait un peu office d’ovni dans le paysage français. En effet, il écrit des roman se passant pour la grande majorité au Kansas, ses personnages font face à des situations à la limite du supportable, une certaine part de fantastique flotte autour des scènes, les histoires sont originales, la narration se tient et tout cela sans compter que l’écriture est vraiment soignée.
Rien à dire, c‘est du quasi sans faute !

Alors que vaut Helena, le nouveau pavé (730 pages quand même) de Jérémy Fel ?

Kansas, de nos jours.

Hayley reprend son entraînement de golf dans le but de remporter un tournoi junior organisé prochainement. Elle se rend chez sa tante pour se ressourcer avant le début de cette série intensive.

Norma élève péniblement seule ses enfants dans une grande maison. Elle s’efforce de faire participer sa jeune fille dans un concours de mini-miss, dernier espoir de sortir de ce quotidien de misère.

Tommy est un jeune homme dangereux. Psychopathe patenté, il inflige au monde et particulièrement aux animaux du quartier ce qu’il subit lui-même à l’école.

Sur la route vers sa tante, Hayley tombe en panne et se retrouve par un concours d’évènements à dormir chez Norma et ses enfants. Elle va y vivre la pire nuit de sa vie et tout ce petit monde sera enrôlé dans une spirale de violence incontrôlable qui les entraînera tous aux méandres de leur résistance et de leur imagination.

Disons-le clairement : ce roman, malgré sa taille et son sujet, se lit agréablement facilement et vite. L’auteur arrive à distiller un texte puissant et littérairement recherché sans alourdir son histoire et son écriture, ce qui permet d’enchaîner les actions en alternants les points de vue sans perdre le lecteur.
Les scènes de violences, sans être tronquées d’aucune manière ne sont pas pour autant voyeuristes et servent un propos intelligemment.
Des questions plus intéressantes et profondes sont également posées tout au long de l’histoire : Quel est le poids de l’héritage familial lorsque celui-ci baigne dans le sang ?
Jusqu’où une mère peut-elle aller pour sauver son enfant ?
Doit-on rendre justice soi-même pour une quelconque forme de rédemption, au risque d’y laisser son intégrité ?

Tout cela est magnifiquement bien rendu dans ce texte qui devrait, sans aucun doute, compter pour les prochaines années à venir comme une nouvelle référence de l’horreur du paysage noir francophone.

Alors on attend le 22 août avec impatience et on court acheter Helena !

Leave a Comment


dix-huit − 4 =