Retour home
Mathieu
Écrit par
blogueur
15 juillet 2018 |  0 like   |  4 vues

Sélection d’été 3 : Enfant terrible

Pour continuer notre tour des livres à emmener cet été pour se changer les esprits, penchons-nous sur l’un des livres les plus drôles que l’éditeur Sonatine nous ait amené depuis des années : Enfant terrible de John Niven.

AVT_John-Niven_824
Enfant-terrible (1)

John Niven est un écrivain réputé outre-manche, mais malheureusement bien peu traduit chez nous, puisque seuls deux de ses titres ont passés nos frontières. L’un de ses livres a aussi été adapté au cinéma sous le titre de Kill your friends.

Old School, son deuxième roman paru chez nous en 2016 traitait d’un casse perpétré par des retraités ruinés par de mauvais placements bancaires et était également très réussi, mais encore loin de la folie de son premier :

Los Angeles, si Kennedy Marr possède de nombreux talents – pour l’écriture, pour l’ivresse, pour la pornographie -, il y a un domaine dans lequel il frôle le génie : celui d’ignorer tout ce qui le dérange. Son éditeur, par exemple, qui attend depuis des années son nouveau roman ; son redressement fiscal, qui porte sur plus d’un million de dollars ; ou encore sa mère, gravement malade en Europe. À force d’ignorer les réalités pour s’adonner à ses plaisirs, Kennedy est aujourd’hui dans l’impasse. Seul un miracle pourrait le sauver de la faillite financière et spirituelle. Et ce miracle a lieu. Contre toute attente, Kennedy reçoit un prix littéraire richement doté pour l’ensemble de son œuvre. Seule contrepartie : il doit s’engager à enseigner une année dans l’université anglaise où son ex-femme est professeur, et près de laquelle vit sa fille, qu’il connaît à peine.

C’est d’une écriture sur le fil, mais jamais vulgaire, que l’auteur nous fait suivre les aventures de cet écrivain perdu dans sa vie et rejetant toute forme de concession sociale. Certains passages sont d’une grande inventivité de mise en scène alors que d’autres sont particulièrement touchants.

Rappelant le personnage de Hank Moody dans la série Californication, Kennedy Marr n’est finalement qu’un homme essayant de tenir les murs de sa vie lorsque tout s’effondre autour de lui…

Extrait d’Enfant Terrible : Comment dire au Dr Brendle qu’il s’était rendu coupable de crimes mortels envers l’amour et qu’il savait que celui-ci l’attendrait au tournant, le jour du jugement dernier ? Que sa dette envers l’amour aurait explosé au moment où il aurait le plus besoin de ses services et qu’il n’aurait de toute façon, lui, plus rien à offrir ? D’autant que l’amour serait un créancier impitoyable. Conclusion : il ne lui restait plus qu’à ouvrir sa bouteille de whisky.

Leave a Comment


vingt − 7 =