Retour home
Sandrine
Écrit par
BLOGUEUSE Littérature & Polar
22 janvier 2018 |  1 like   |  22 vues

L’amie prodigieuse suite – Italie 4/5

Après un article consacré au premier volume de la saga Ferrante et à l’histoire de l’auteur, voici la suite. Nous poursuivons notre balade napolitaine en compagnie d’Elena et de Lila. Comment va évoluer leur amitié complexe ? Qu’en est-il des transformations politiques et sociales de l’Italie et, par ricochet, de Naples ? Autant de questions auxquelles Elena Ferrante répond dans ses trois ouvrages.

Le Nouveau Nom

Deuxième volet de cette saga totalement addictive ! Elena part étudier loin de Naples et revient pendant les vacances. Son regard sur le quartier et ses habitants change, il s’affine. En pleine affirmation de soi, elle oscille entre prise de distance avec Lila et instants d’amitié privilégiés parfois empreints de jalousie. On replonge tête la première dans le quotidien des deux jeunes femmes et de leur entourage avec le sentiment de vivre chacun de ces instants.
Un récit plus sombre que le premier, avec quelques désillusions, toujours aussi passionnant malgré quelques petites longueurs.

Le-nouveau-nom
Celle-qui-fuit-et-celle-qui-reste

Celle qui fuit et celle qui reste

Amitié, haine, envie : ces émotions fortes et contrastées caractérisent toujours le lien qui unit Lila et Elena, amies d’enfance. Deux jeunes femmes tour à tour battantes et résignées, prises dans le tourment d’un quotidien qu’elles remettent en question, à petite mais aussi à grande échelle. Nous sommes en mai 68 et les voici actrices d’un mouvement qui va créer des divergences au sein de leurs amis et de leurs familles. Cette dimension politique et sociétale donne un nouveau souffle à une saga que l’on ne voudrait jamais voir se terminer.

L’enfant perdue

Enfin ! Depuis le 18 janvier, la tétralogie d’Elena Ferrante est enfin disponible en intégralité en français ! L’attente fut si longue pour les lecteurs de cette saga ( dont je fais partie bien sûr), que l’on savoure d’une façon particulière ce récit. On prend le temps, on fait durer le plaisir en sachant que cette fois, la dernière page venue, l’histoire de Lila et d’Elena touchera définitivement à sa fin. La dimension féministe est très présente. On touche à une partie de leur vie durant laquelle elles doivent tenter de trouver un équilibre entre leur vie de femme, de mère, et leur carrière professionnelle. Un défi d’autant plus difficile qu’elles évoluent dans une Italie encore très machiste, gangrenée par la Mafia. Jusqu’à la dernière page, vous suivrez leur destin en ayant le sentiment d’être à Naples, à leurs côtés. Comme une amie.

Belles lectures ! Ciao !

Sandrine

L-enfant-perdue

Leave a Comment


dix-huit + seize =