Retour home
Sandrine
Écrit par
BLOGUEUSE Littérature & Polar
26 novembre 2017 |  0 like   |  11 vues

En attendant Bojangles – Idée cadeau

En attendant Bojangles, premier roman d’Olivier Bourdeaut, jeune auteur prometteur, a été encensé par la critique. Il a reçu de nombreux prix en 2016, du prestigieux Grand-Prix RTL Lire au Prix France Télévisions en passant par le Prix du roman des étudiants France-Culture Télérama.

Un jeune garçon nous raconte son quotidien dans un univers familial décalé, foutraque, le tout sur un ton enjoué qui nous laisse rêveur. Ses parents sont fous amoureux et dansent dès qu’ils le peuvent sur « Mr. Bojangles » de Nina Simone.
Le foyer tel qu’il le décrit est empli de bonheur et de bienveillance. On rit souvent de situations cocasses comme lorsque son père, après l’avoir déscolarisé, lui donne un cours de mathématiques dans la salle de bains :
« Pour les problèmes, Papa me mettait en situation, disait-il. Il remplissait la baignoire, enlevait des litres, avec une bouteille, une demi-bouteille et me posait une foultitude de questions techniques. A chaque mauvaise réponse il me vidait la bouteille sur la tête. »

En-attendant-Bojangles

Ce récit alterne avec celui du père, qui nous offre une autre vision des choses. Et lorsque ce dernier prend la parole, le ton se fait plus grave. On découvre un homme passionné, prêt à tout simplement par amour pour sa famille. Et le quotidien qu’il raconte à son tour, le même que celui de son fils, nous apparaît alors totalement différent, voire opposé. Car l’humour est une carte maîtresse dans cette famille, un atout indispensable pour cet homme. C’est avec cette drôlerie qu’il préserve l’enfance de son fils. Et quand on lit le récit de ce dernier, on constate qu’il y arrive parfaitement tant l’insouciance et le bonheur transparaissent dans ses mots, dans ses phrases.

En attendant Bojangles est un magnifique roman d’amour, l’amour fou d’un père pour sa femme et son fils. Et il reste, à ce jour, le seul livre qui m’ait fait rire de la bipolarité, sujet ô combien délicat. L’humour du père et les interventions régulières d’un oiseau, Mademoiselle Superfétatoire, personnage essentiel du roman au même titre que les autres, y sont pour beaucoup. Un véritable coup de cœur !

Belles lectures !

Sandrine

Leave a Comment


4 × 2 =