Retour home
Sabrina
Écrit par
BLOGUEUSE Kids
21 août 2019 |  4 likes   |  54 vues

Le Royaume de Pierre d’Angle, Pascale Quiviger

Tome 1 : L’art du naufrage

Après deux années à sillonner les mers avec son équipage, le prince Thibault décide enfin de rentrer chez lui. Là-bas, sur son île natale, son père l’attend et compte sur lui pour régner sur le royaume de Pierre d’Angle après sa mort. Mais en chemin, une rencontre va bouleverser l’existence du Prince : un passager clandestin: Ema, une esclave en fuite. Ensemble, ils vont devoir faire face aux dangers qui guettent Pierre d’Angle. Premier tome d’une saga, Le royaume de Pierre d’Angle est un voyage bouleversant au cœur d’une histoire : celle d’une île, de son peuple et de leurs secrets bien gardés.

Une épopée boulversante

Cela fait quelque temps que ce livre trône dans mon rayon adolescent. Sa couverture bleu royale, qui ne passe pas inaperçue, me fait de l’œil depuis sa sorti en avril. Je ne m’y suis pas tellement intéressée, jusqu’au jour où j’ai eu une panne d’inspiration pour mes prochaines chroniques.
Quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai mis le nez dedans !
Tout de suite, nous rentrons dans l’action. Un navire nommé Isabelle, des matelots et une mer agitée.

Chapitre 1
La vague ressemblait à un pic neigeux. Le navire courait vers elle et elle courait vers lui. C’était la fin, peut- être, peut-être pas.
Deux heures plus tôt, les marins s’étaient empiffrés de biscuits secs et de riz froid parce qu’un estomac bien rempli ne se renverse pas. Riz ou non, le plus jeune mousse vomissait son âme par-dessus la rambarde, le buandier était vert grenouille et Félix, le timonier géant, s’agrippait à la barre.
La vague s’abattit sur l’Isabelle comme le Jugement dernier. Le mousse faillit passer par-dessus bord, mais Félix le rattrapa par la cheville. Les marins qui pompaient l’eau dans la cale sentirent grincer la racine du grand mât et ceux qui travaillaient sur le pont s’accrochèrent aux cordages. Ce n’était pas la première fois que leur dernière heure arrivait. Ils prenaient leur mal en patience, attentifs aux ordres de l’amiral Dorec qui hurlait par-dessus le tonnerre. Un seul homme à bord avait le pouvoir de lui désobéir.

– Prince Thibault ! suppliait justement l’amiral, rentrez dans votre cabine, par pitié !
Le prince Thibault ne rentrait jamais volontiers dans sa cabine. Techniquement, l’Isabelle était son navire, l’expédition son idée et les trente-deux marins son équipage. Pourtant, à le voir écoper le pont avec une chaudière, son ciré enroulé aux mollets, son chapeau à larges bords dégoulinant comme une gouttière, personne n’aurait su dire la différence entre l’héritier du royaume de Pierre d’Angle et le plus simple matelot.

Pendant la première moitié du roman, l’autrice nous fait découvrir ses personnages que nous imaginons facilement passer de longues journées sur le pont du bateau durant cette épopée marine :
Thibault, qui renie son statut de prince, Ema, forte et indépendante dont on découvrira son passé au fil des pages, ou même Albert Dorec, un grand explorateur et commandant. Là je ne vous parle que des trois protagonistes, c’est sans compter sur tous les autres personnages de la famille royale, des passagers du navire, ou de la cour.
En commençant ce récit, j’avais peur de ne plus m’y retrouver avec tous ces personnages. Mais Pascale Quiviger a pensé à tout : au début du roman vous trouvez une carte de Pierre d’Angle pour vous aider à vous situer, et tout à la fin du livre, vous avez un listing de personnages qui vous aidera à vous y retrouver.

Ce qui est percutant dans cet ouvrage, c’est que beaucoup de genres y sont mélangés : de l’aventure, du rêve, de l’imaginaire, de la fantasy et même de la romance, sans pour autant tomber dans l’eau de rose. (l’eau de mer ?)

Quatre tomes sont prévus pour cette saga. Une tétralogie déjà écrite par l’autrice, ce qui est une très bonne nouvelles en ce qui concerne l’attente des prochains tomes.

D’ailleurs, le deuxième sortira le 18 septembre 2019. Vous pouvez d’ores et déjà le précommander sur notre site internet.

Je n’ai jamais vraiment été adepte des ouvrages qui parle de la mer ou de bateaux. Je me suis essayé à « Gagner la Guerre de Jaworski », mais je me suis perdue sur le bastingage des premières lignes.
Le Royaume de Pierre d’Angle est donc une très jolie découverte.

Leave a Comment