Retour home

Écrit par
blogueur
13 mai 2011 |  0 like   |  1 vues

London Couriers : un projet photographique mené par Iorgis Matyassy

J’ai développé une fascination pour ces personnes que l’on voit surgir l’espace d’un instant dans la circulation puis à nouveau disparaître. Il y avait quelque chose d’impalpable et de presque frustrant à voir évoluer de tels personnages, aux looks et aux visages qui m’interpellaient, sans réellement me laisser le temps de les observer. J’ai donc voulu marquer un arrêt dans leur course et prendre le temps de m’approprier leur image. Iorgis Matyassy

Image extraite de la série London Couriers

Parcours Professionel : Iorgis Matyassy est né en 1985 à Paris, il étudie d’abord la photographie au lycée Quinault à Paris, puis à l’école des Gobelins, dont il est diplômé en 2008. Il assiste en parallèle différents photographes.

 Ayant toujours pratiqué la photographie en ville, il développe rapidement un attrait pour le portrait de rue, qui est d’ailleurs, en photographie, l’un des premiers thèmes exploité. Abordant la rue comme un studio, il se serre des murs aux textures diverses comme fond.

En 2009, il réalise la série London Couriers, pour laquelle il est finaliste de la Bourse du talent nº38 : Portrait. Le sujet est également sélectionné et exposé par le KL photography awards à Kuala-Lumpur ( Malaisie ) ainsi qu’au festival ManifestO de Toulouse.

En 2010, Iorgis travaille en collaboration à la réalisation d’un livre ; Néprajz, dans le cadre d’une commande du Musée hongrois d’Ethnographie sur le graffiti et le street art à Budapest.

Actuellement il travaille sur un projet réalisé à Ouagadougou ( Burkina Faso ) sur la communauté rastafarienne.

 L’exposition montre un aspect de la réalité londonienne. Les coursiers travaillent dans une jungle urbaine (Londres) parfois difficile à surmonter… les images sont frontales et sans prétentions ni envies à vouloir déformer la réalité. Elle paraissent plutôt brutes et sincères et montrent des attitudes impartiales de la part des coursiers. Iorgis préfère, à mon avis travailler sur le contenu plutôt que la forme ou l’esthétique de ses images ! il essaye d’aller droit au but sans démontrer qu’il est photographe expert en retouche numérique… Il montre plutôt les faits telles qu’ils sont  au lieu de les déformer et les interpréter à sa manière !

L’exposition a lieu à l’association et galerie Focale, sur Nyon et elle se termine le 19.06.2011.

Leave a Comment