Écrit par
blogueur
09 novembre 2010 |  0 like   |  14 vues

« La France de Raymond Depardon », portrait d’un territoire anonyme.

Depardon au travail. Avec ce genre d'appareil photo, mieux vaut prendre son temps...

« J’ai pris des départementales, quelques chemins de traverse, pas de toutes petites routes. En m’arrêtant où c’était construit, en évitant la nature. J’étais un peu en orbite quelque part en France. » (Le Figaro, 27.09.2010)

Depardon fait partie des plus grands maîtres de la photo contemporaine. Né en 1942 dans le Rhône (France), il prend ses premiers clichés dans la ferme familiale. A 16 ans, il s’oriente vers la photo et devient reporter. Plus tard, il prolongera son métier de photographe avec le documentaire. Son parcours  m’a souvent  intéressé et stimulé. Son approche de l’homme et plus généralement du monde  est toute empreinte de curiosité et de respect pour l’autre. L’originalité de sa réflexion sur la photographie tient en partie  dans le fait qu’elle nait véritablement  de son profond engagement dans sa pratique personnelle. Il n’est pas un théoricien de l’image, mais avant tout un grand voyageur et un électron libre qui a su tracé un chemin originale et atypique.

Bon, comme vous l’aurez compris, je suis fan !! Alors comme j’étais de passage à Paris récemment, je ne pouvais vraiment pas passer à côté de sa toute dernière exposition: « La France de Raymond Depardon » (à la Bibliothèque Nationale de France  du 30.09.2010 au 09.01.11).

L’exposition présente 36 tirages argentiques en couleurs et grands-formats. 36 formats monumentaux (1.60mx2m !!) qui vous regardent et qui impressionnent par la vivacité de leurs couleurs et la quantité de détails qui y fourmillent. Pas de légendes, pas besoin, ces lieux parlent d’eux-mêmes…

Comme souvent pour Depardon, il s’agit d’un travail sur le long terme. Pendant cinq années, il a parcouru 70000 km  pour décrypter un pays fait de routes, de ronds-points, de places publiques, de façades, de vitrines et de veilles devantures pour tracer l’itinéraire d’un  tour de  France off. En réalisant 7000 prises de vue à la chambre à soufflet 20×25 (!!!), Depardon a réalisé un grand voyage au cœur d’un territoire anonyme et méconnu, loin des sentiers battus et du pittoresque.


One Response to “« La France de Raymond Depardon », portrait d’un territoire anonyme.”


Boris_Centrale
16 novembre 2010 Répondre

Grande idée de présenter le travail de ce maître de l’image (photo & vidéo). Cet artiste a la capacité de capter la beauté dans la simplicité de la vie. Un regard poétique sur le quotidien, sur l’essentiel, qui émerveille le spectateur.

Leave a Comment