Écrit par
blogueur
18 février 2014 |  0 like   |  5 vues

Hopper meditations : quand la Photographie se marie avec la Peinture

Lorsque la Photographie se conjugue subtilement avec la Peinture, il en découle parfois des travaux poignants et enrichissants. Quand les images sont polysémiques, elles s’auto suffisent par elle mêmes et captent en profondeur le regard de ceux qui les regarde…

Richard Tuschman, photographe indépendant, décide de relever un défi peu commun dans le genre : réaliser une série d’images photographiques ayant un lien direct avec l’univers pictural subjuguant du peintre Edward Hopper. En d’autres termes, Tuschman penche son propre regard sur l’œuvre du peintre puis met en scène des personnages à travers des situations mystérieuses. Tout est fiction ! Les images dégagent beaucoup d’énigmes. Il y a donc, de la part du photographe, à la fois mouvement d’inspiration et d’interprétation sur l’Oeuvre.

Tuschman élabore un Modus Operandi quelque peu hors du commun : il crée des dioramas de petites tailles, qu’il peint et photographie dans son propre studio. Ce processus prend beaucoup de temps au niveau de la préparation et requiert une concentration intense. Avant de photographier ses modèles vivants, Tuschman place au préalable des mannequins fictifs de petite taille qui servent de repères pour remplir son espace imaginaire.

L’éclairage, les décors mis en scènes ainsi que les attitudes des personnages élaborés par Tuschman respectent avec soin la vision d’Edward Hopper.

Edward Hopper, peintre et graveur américain né en 1882 et mort en 1967 à New-York, a passé une partie de sa vie à peindre des scènes du quotidien aux Etats-Unis. Il est considéré comme étant le peintre de la société américaine contemporaine. Cette série de peintures est d’ailleurs reconnue au niveau international. Hopper projette, à travers ses compositions, de la mélancolie et de la solitude. Façades architecturales, portraits et quelques scènes de rues y sont représentées.

Pratiquement chaque image de Hopper permet au spectateur de s’imaginer une suite sur ce qui pourrait se produire sur l’image même… Hopper arrive à créer l’amorce d’un fait et de ne pas forcément imposer une conclusion. Finalement, il existerait plusieurs conclusions possibles offerts pour les spectateurs… Les clés de lectures restent ouvertes ad aeternam…

Voici quelques liens intéressants sur le photographe et le peintre :

Site officiel du photographe Richard Tuschman :

http://richardtuschman.com/

Référence bibliographique d’un ouvrage sur l’œuvre d’Edward Hopper :(Ouvrage disponible à la FNAC)

http://de.phaidon.com/store/art/silent-theater-9780714897325/

Courte biographie du peintre Edward Hopper :

http://masmoulin.blog.lemonde.fr/2010/08/10/edward-hopper-peintre-americain-elements-de-biographie-dessins-huiles-et-aquarelles-american-painter-biography/

Leave a Comment