Retour home
Avatar
Écrit par
blogueur
30 janvier 2012 |  0 like   |  222 vues

Concours Skyrim – pour les fans

Hello à tous,

vous avez peut-être aperçu dans le rayon Game du magasin de Rive cette « jolie petite statue ». Il s’agit du Viking de Skyrim.  Celui-ci mesure 1.90m, démontable, il pèse approximativement 60Kg. De quoi sérieusement enrichir votre collection.

Alors sachez que vous avez la chance de la gagner en participant à notre concours. Il vous suffit de nous proposer un commentaire (petite chronique) sur le jeu Skyrim.

Le vainqueur sera tiré au sort parmi la sélection des différents textes postés.

Nous connaissons le nom du grand gagnant du tirage au sort: Il s’agit de Tibo. Bravo à lui!

Conditions de participation:
– Jeu gratuit sans obligation d’achat
– Tirage au sort le 27 février
– Le gagnant sera averti par e-mail
– L’enlèvement de la statue est à la charge du gagnant.
– La Fnac se réserve le droit d’utiliser le nom des lauréats dans ses publications et sur le site Fnac blog.

46 Responses to “Concours Skyrim – pour les fans”


Avatar Rios

L’arme absolue contre les cambriolages!
A quand la version assise pour la voiture ?

Avatar Cédric

Un jeu superbe, une ambiance sombre et mature, de magnifique graphismes et paysages. Skyrim est aussi un RPG très immersif. Il regorge de quêtes secondaires, les guildes sont développées, utiles et donnent beaucoup de relief au jeu.

Skyrim est une excellente suite d’Oblivion, duquel il en reprend l’ambiance, Skyrim ne dépaysera pas les habitués des derniers softs de Bethesda, tels que Fallout3 et NewVegas. Graphismes réussis, quoiqu’il ne faut pas regarder les textures de trop près, à moins d’installer un pack textures hd très gourmand, décors différents suivant la région explorée et météo vivante… Niveaux d’expérience originaux par rapport aux autres TES, notamment le forgeage et l’enchantement, un petit mieux pour les novices avec les armes qui ne s’usent plus. Encore pas mal de bugs de quêtes et certains retours sous Windows incompréhensibles.
On arrive vite à se confectionner un set d’armure/armes imbattable, du genre armures/armes daedriques (ou dragon avec le mod), ce qui rend toute tentative d’achat de nouveau matériel inutile, ce que l’on pourra légèrement regretter.

En conclusion, Skyrim est pour moi LE meilleur RPG jusque là, les bandes-sons sont justes énormes et la profondeur du jeu est sans commune mesure. Gosse je rêvais de chasser les dragons, avec Skyrim je l’ai réalisé !

Avatar lalegende

Je trouve le jeux superbe.
Cela fairait un magnifique cadeau à mon meilleur ami qui en cherche une depuis longtemps donc si je gagne je lui offrirait.
Il est vraiment très fan est il adore les viking .

Avatar Antoine

Vraiment cool cette statuette, je suis passé à la fnac rive gauche cet après-midi et elle est vraiment très cool. Sur le jeu skyrim, rien a dire, magique, énorme, fantastique….

Super Jeux. By the way, la statue est pas mal du tout….

Avatar Fabien

Un incroyable jeu! Sans doute le plus aboutit de c dernière année. La statue est elle même magnifique. J’espère remporter le concours pour gagner la statue est la mettre dans mon salon.

Avatar Quentin

Skyrim, suite d’Oblivion et de la saga des Elder Scrolls, nous plonge dans l’univers de Bordeciel. Vaste contrée froide, peuplée par les nordiques, regorge de dangers multiples. Vous, le « Dovahkiin » ou « fils de dragon » êtes voué à sauver le monde grâce à vos talents naturels qui consistent à maîtriser le langage des dragons, le « Thu’um ». Bordeciel est menacée par Alduin, dragon majestueux et aspirant à anéantir les habitants de cette régions , celui-ci profite des différents conflits que les habitants de cette région ont entre-eux pour faire son retour après de nombreuses années. Skyrim, c’est aussi une expérience, qui vous emmène visiter de somptueux paysages (donjons,grottes,mines,etc.), ainsi que combattre des créatures diverses et variées (trolls, loups,etc.) et mener à bien des quêtes passionnantes.Le joueur peut suivre la voie qu’il veut et se spécialiser en tant que mage, guerrier, voleur,etc. Le tout est réuni dans un arbre de compétences aux diverses ramifications et il peut rejoindre plusieurs guildes qui auront leur lot de quêtes.Doté d’une bande-son sublime, composée par Jeremy Soule, le jeu nous fait vivre une épopée épique dans le territoire de Bordeciel. Skyrim est donc LE RPG de 2011, vous pourrez vivre une expérience inoubliable qui vous fera combattre des dragons et autres créatures en vous emmenant à des endroits variés et en vous entraînant dans un conflit qui concerne tous les habitants de cette grande contrée.

Avatar Pablo

En cet hiver glacial, je ne connais pas mieux
Qu’une douce soirée assis au coin du feu.
Le barde va chanter, les clients sont ravis.
Je m’assois à ma table, le repas est servi.

Les dragons nous survolent. Par le feu et les griffes
leurs ennemis périront. Dieux, venez-nous en aide!
Le Dovahkiin protège notre monde assiégé
Les dragons cependant se montrent sans pitié.

Rien en ce bas monde ne m’est familier
Je m’étonne de tout car tout m’est étranger.
Les dragons et les hommes, les villes et les champs.

Mais quelque chose dans l’air me pousse à avancer:
L’appel de l’aventure, la grande traversée.
Dovahkiin, sauve-nous! Fait retentir ton Chant!

Avatar brayan cuadros

Si on est fils de dragon, notre mère est zoophile ? une petite blague =), skyrim le meilleur jeu !!

Avatar Laurent

Skyrim est l’événement JDR/RPG de 2011.

S’incrivant directement dans la lignée de la série Elder Scroll, il ne dépaysera en aucune façon les vétérans de Morrowind ou Oblivion. Il propose un univers vaste, excessivement complet qui saura vous immerger des heures dans ce monde qui vit devant vous. Un exploit à une époque où les MMORPG et le jeu en réseau ont pris le pas sur les JDR solo à l’ancienne.
Un jeu réellement addicitif, au graphisme convaincant qui vous absorbe et devient rapidement chronophage, tout en ayant l’avantage d’être off-line, et donc figé depuis vos sauvegardes jusqu’à votre retour.
Cependant des soucis sont bel et biens présents, ce qui ne permet pas de décrire le jeu comme « parfait ». Notons entre autres les bugs qui envahissent les sites de vidéo, ou le système de gestio ndes objets où au final on passe plus de temps à fureter les recoins/jarres/corps…et looter dans les donjons qu’à combattre ou les explorer, ou encore qui vous oblige à avoir des compagnons qui ne servent que de « mules » et dont la mort signifie la perte d’une grande part de votre butin…
De l’autre côté on peut noter un craft complexe, varié, intelligent, des quêtes annexes pléthoriques, des « à côté » sympathiques (vampire, lycanthropie…).

Au final c’est un jeu tout simplement excellent, qui parvient à faire totalement oublier ses défauts pour nous offrir un nombre incalculable d’heures d’aventure dans le monde de Bordeciel.

Avatar Alexis

Ce jeu en un mot: époustouflant

Vous aimez parcourir des contrées immenses, une épée à la main, un sort dans l’autre. Vous aimez vous promener sans aucune obligation, déclencher des quêtes à chaque coin de rue, que se soit dans une ville gigantesque , un petit village perdu au bord d’une rivière, ou encore sur une petite route sinueuse dans les montagnes? Skyrim est fait pour vous. Non seulement il possède une durée de vie incroyable, mais il vous permet de forger votre personnage, vous tracez votre destinée, votre personnage sera-il un barbare maniant les armes à deux mains, sans aucune pitié? Ou encore un
elfe tirant merveilleusement bien à l’arc, assassin professionnel, maniant également les dagues. Ou peut-être préférez vous encore un mage surpuissant, invoquant des sortes de démons pour le couvrir pendant qu’il balance ses sorts? Skyrim est aussi plongé dans la guerre civile, et, si vous le souhaitez, vous pouvez rejoindre l’un des deux camps disponibles pour mener une guerre épique vous amenant à tendre des embuscades, défendre ou attaquer des villes et j’en passe. Vous pouvez aussi rejoindre les cinq guildes disponibles. Bref, fans de RPG et autres, n’hésitez pas, foncez acheter Skyrim!

Avatar Yola

Adieu monde réel, je vous invite à plonger dans un monde fantastique ou les quêtes épiques sont réinventée ; mais attention les vallées de Bordeciel sont grandes, glaciales et les dangers omniprésents.
Ouvrez les portes de Skyrim, suivez-moi et surtout ne vous perdez pas !
Vous voilà grelottant dans les provinces de l’empire de Tamriel, un royaume gigantesque avec des pics enneigés à gravir, la toundra ou une forêt luxuriante peuplée d’araignées géantes à traverser, le bord de mer à admirer, des cavernes envahies de stalactites à explorer, des torrents et rivières à longer, cinq villes foisonnantes et des dizaines de villages à découvrir sans oublier 150 donjons truffés de pièges qui pourraient mettre fin brutalement à votre progression, alors regardez ou vous mettez les pieds !
Craquements de pas, respiration, bruit du vent dans les arbres ou de l’eau dans les cascades, vous êtes en immersion totale grâce à une ambiance sonore inégalée.
Dès votre arrivée dans l’Empire de Tamriel, vous allez vous sentir mal… très mal… vous êtes sur le point d’être exécuté ! Mais qu’avez-vous donc fait ? Sauvé in extrémis par un dragon vous allez vite découvrir que le retour de ces mastodontes que l’on croyait disparus est un très mauvais présage pour vous.
Progressez en utilisant vos talents d’orateur et si cela ne suffit pas, sortez dans chaque main une arme, un bouclier ou un sort. Il vous sera même possible d’avoir double arme, dague et épée, épée et bouclier, épée et magie, ou même deux fois le même sort
Jouez le rôle que vous voulez, fabriquez votre propre classe, choisissez vos compétences majeures, secondaires, etc… et battez-vous ! Soyez un Argonien, un Orc, l’une des différentes races humaines, un homme-lézard, un elfe ou encore un gros matou à la grâce féline.
Reposez-vous aussi et prenez le temps de lire les petits récits que vous offrent les scripts.
Jouez les entremetteurs entre un elfe, un barde et une plantureuse nordique, il s’agit là de l’une des nombreuses quêtes à effectuer à côté de la quête principale, centrée sur l’histoire de Dovahkin, le fils du dragon que vous incarnez. Mêmes les personnages finiront par vous proposer des quêtes aléatoires correspondant à votre héros.
Après des dizaines d’heures de jeu (des centaines ?), vous obtiendrez une énorme histoire, riche en découvertes et voyages offrant un scénario si vous le souhaitez. Mais Skyrim vous laissera libre de découvrir son monde guidé ou non, de la manière qui vous plaira ; rien n’est bloqué, rien n’est interdit, c’est cela aussi la magie de Bordeciel. Skyrim est tout simplement unique !

Avatar Anna

Je trouve le jeu trés interresenat, et captivant par rapport aux autres jeu typiques « de mec « .
Bonne interface, graphisme soigné et personnage avec une vrai personnailité, pas juste un copié/ collé des autres jeux.
Je trouve que le machisme present dans d autres jeux, ou la femme est souvent  » objet de recompense » n’est pas pas present dans Skyrim.
Pas trés violent non plus, on peut jouer devant aprés/avant un répas ( pas de cerveaux qui degloutines/ morts degeulases).

Avatar Silène

Superbe jeu avec des graphismes intéressants et des personnages sympas.

Avatar Corinne

Un jeu qui met notre vie sociale à l’épreuve ! En effet quand on commence, on ne s’arrête plus =) Les graphismes sont à couper le souffle, les personnages sont intéressants, les paysages magiques et il y a des dizaines de quêtes et des millions de choses à faire ! Quelques bugs sont cependant à remarqués, et le jeu n’est pas très adapté aux PCs !

Avatar Cyrille

Skyrim, quand on commence, on ne s’arrete plus !

Ce jeu est un véritable livre interactif en 3d avec des scénarios différents et passionnant. Une ambiance moyenâgeux des vikings, et des monstres sortie tout droit des mythologies seront de la partie.

Un « must have » !

Avatar Sacha

Voici ce que je pense de skyrim:

coté +
– c’est beau. Graphiquement c’est pas à la pointe, certes, mais c’est super beau. Les paysages sont splendides, les villes ont une vraie identité. Je préfère ça à un jeu qui pousse la carte graphique dans ses limites pour afficher du quelconque.
– c’est vaste. Autant qu’Oblivion dans les faits, mais en beaucoup plus fourmillant, du coup ça parait beaucoup plus grand. en tout cas il y a des choses a faire
– c’est vivant. Bordeciel existe, vit, agit et réagit.
– la durée de vie semble immense, comme toujours.
– la musique est superbe.
– la VF n’est pas honteuse, loin de là (d’ailleurs globalement, dans les bons JdR PC, la VF s’améliore grandement. Dragon Age, Mass Effect et Deus Ex 3 ont globalement eu droit à de bons doublages.)
– la difficulté s’adapte. Un ami a fait une quête niveau 5 et moi niveau 19, on en a tous les deux bavé dans des proportions équivalentes. Pas de mur invisible (sauf à vouloir se soloter juste après l’intro of course. Après comme toujours, il faut aller dans les niveaux de difficulté « Difficile » ou « Très Difficile » pour commencer à le sentir je pense. Je joue en « Difficile » et je dois dire que certaines rencontre sont particulièrement piquantes.

coté –
– et une interface d’inventaire pas pratique de plus… changer de sorts/arme/etc.. est une plaie. Et je change TRES régulièrement de sort/arme/etc.. en plein combat c’est chiant.
– un défaut lié au nombre hallucinant de quêtes annexe : on a du mal à voir où se trouve l’histoire principale, ce qu’elle raconte, où elle nous mène
– un problème PC : le clic est très mal géré dans les dialogues et les inventaires et on se retrouve parfois à dire, vendre, acheter ou équiper le mauvais dialogue/item/sort/cri/etc… Un truc à patcher très vite.
– a pu les caractéristiques ! Dommage, je trouvais ça plus intéressant que juste Magie/Santé/Vigueur à 100 au début, ça permettait de réellement caractérisé un orc par rapport à un elfe noir.

Bref skyrim est un jeu exelent avec des défauts certes mais avec une aventure exelente et une limite illimitée (je sais c’est pas logique ^^’) Bref we love skyrim (pour ceux qui essaye d’avoir la statue)

Avatar Gabbianelli Sébastien

Que dire sur skyrim 🙂 je suis un fan ^^
Après avoir passé plus de 150h sur le jeux je ne me lasse toujours pas de parcourir ce monde si beau et si vaste.
Ce jeu est parfait pour tous ceux qui aime les rpg (role player game), je le conseil vraiment que ce soit sur console ou pc, juste faire attention le jeu est vraiment prenant, même quand on a fini la quête principale, on continue d’y jouer sans cesse ^^

vive skyrim ^^

Un souffle froid, la neige, et un râle grave. Des mots, le pouvoir. La puissance coule en lui, il est le Dovakhiin. Le fils de dragon, dans leur langue.

En Skyrim, tout impressionne. Le nord, les barbares, le froid, la neige, et cette grosse bestiole volante face à moi que mon inconscient m’interdit de nommer.
Pourtant, à l’opposé de ses prédécesseurs, The Elder Scrolls 5: Skyrim n’est pas repoussant, bien au contraire. Il est beau. Sacrément beau même, un soucis du détail auquel on n’était plus habitué depuis un moment. Mais les éloges graphiques ne suffisent pas à faire un bon jeu.
Il est d’une immense profondeur, scénaristique (imaginez vous que tous les personnages que vous croiserez ont leur histoire à raconter, oui, TOUS. Ça fait un sacré paquet, croyez moi, le boulot d’écriture derrière ce jeu est monumental), et aussi au niveau du gameplay. Il possède un soucis du détail ahurissant (le monde est immense et non redondant, et les doublages sont d’excellente qualité).

Skyrim, c’est votre jeu, votre histoire. Ici, il n’est pas question d’un Call of Duty, d’un film interactif où vous suivez une histoire pendant une dizaine d’heures au mieux, sans pouvoir agir dessus. Ici, vous construisez votre monde. Mais attention, vous n’êtes pas dans non plus dans Minecraft, le monde existe et vit. Avant vous, après vous. Mais vous en faites partie, et vous y faites ce que vous voulez, ce que vous voudrez.

Préparez vous à l’aventure peut-être la plus prenante à laquelle vous ayez pu vous frotter. Mon dernier conseil: Si vous le prenez sur PC, n’hésitez pas à installer des mods. Vraiment. Vous y gagnerez énormément.

♫ ~ Dovahkiin, Dovahkiin, naal ok zin, los vahriin, wah dien vokul mahfaeraak ahst vaal, ahrk fin norok paal graan, fod nust hon zindro zaan, Dovahkiin, fah hin kogaan mu draal. ~ ♪

Avatar saturnainconnu

Alors…Par ou commencer?

C’est exactement ce qui nous vient à l’esprit lorsque l’on débute notre « glaciale » aventure dans l’univers de Bordeciel, tant les possibilités sont grandes. On débute par une création complète et poussée de son personnage (pour les réfractaires aux centaines d’heures de jeux à suivre, la version féminine du héros aide à faire passer la pilule) pour débouler dans un univers riche, séduisant, crédible et bougrement vaste!!!

Les graphismes de haute volés sont le reflet du courage qu’il vous faudra pour parvenir au bout (mais est-ce vraiment possible?) de votre périple. L’immersion est totale grâce à une foule de personnages (discours et vannes fournies avec) qui donnent vie aux lieux visités, sans oublier une faune et une flore des plus crédibles et appréciable, surtout en ce qui concerne les poules et les Trolls des Neiges.

D’ailleurs le bestiaire est vaste, très vaste, les quêtes secondaires sont bel et bien présentes, tellement qu’on se demande si elles ne se reproduisent pas entres elles toutes les minutes. Les quêtes principales (« LES quêtes… » hélé) sont variées et permettent d’aborder le périple sous une « forme » différentes (Vampires, Loup Garou…) tout en avançant dans la trame principale des trames principales proposé dans l’aventure principale.

Les possibilités de modifications et d’évolution des armes et armures sont quasiment illimitées, les trésors ne sont plus des denrées rares mais bel et bien présents partout et en plus grand nombres que les lapins et poules réunis de tout Bordeciel. Les forges ajoutent des possibilités supplémentaires, la manière dont on évoluera dans Bordeciel participera également a l’augmentation de la puissance de notre perso de tel ou tel manière pour au final nous apportés sur un plateau d’argent des sensations et sentiments qui se font bien trop rare dans le monde des jeux vidéo.

Le dernier point à souligner est cette fameuse possibilité de pourvoir jonglé entre la vue TPS et FPS quand bon nous semble, avantage de taille en fonction des situations et préférences. Un grand jeu, mature, immersif, jouissif, complet et diablement addictif. Un jeu, un vrai, qui mérite qu’on s’y attarde une petite centaine d’heures.

PS: Spéciale dédicace à tout les Vikings qui ont pas peur du Blizzard.

Avatar Julien

Comment dire?

Je n’avais jamais joué à un RPG. Je m’imaginais ce genre de jeux comme conçu uniquement pour quelque geeks boutonneux, me contentant de jeux plus basiques, tels que Call of Duty et autres Fifa. Mais voila… Par une froide matinée de janvier, je fit l’acquisition de cette oeuvre d’art. La décrire tout en restant original est impossible. Je pourrais vous dire que les paysages sont grandioses, que l’histoire est captivante, que les quêtes secondaires sont innombrables, que l’ambiance est magique, et que je ne peux plus éteindre ma console. Mais ce faisant, je ne vous apprendrais problablement rien. Je me contenterais donc de vous dire ceci: J’étais un joueur de Call of comme vous avant, puis Skyrim m’a touché, en plein genoux.

PS: Merci 9gag…

Avatar The M

Skyrim, c’est avant tout une délicieuse ode à la liberté. Là ou le J-RPG n’a eu de cesse de décliner sur un plan global, et de brider la liberté du joueur sur un plan plus spécifique, Skyrim offre au joueur la possibilité de vivre son aventure comme il l’entend, en choisissant lui-même son propre arc narratif et les moyens qu’il souhaite mettre en oeuvre pour progresser dans le jeu. Là ou le J-RPG propose un monde fini, et pousse le joueur à boucler le jeu à 100 % (posséder tous les équipements, avoir parlé à tous les personnages, effectuer toutes les quêtes annexes…), Skyrim (et le W-RPG de façon plus large) place le joueur dans un monde infini, qui a préexisté à son arrivée, qui lui survivra après sa propre intervention dans celui-ci, et dont il n’est absolument pas le centre, le référentiel des actions et des motivations de l’ensemble les PNJ. Là ou le J-RPG n’a eu de cesse ces dernières années d’empêcher le joueur de s’immerger dans une aventure, en lui faisant prendre une place de plus en plus objective – c’est a dire en adoptant une narration et un point de vue proche de celui du cinéma – Skyrim est la définition même de la subjectivité, et il n’y a pas plus immersif que lui.

Avatar Echser Yann

L’histoire de ce nouveau chapitre d’Elder Scrolls est plus que jamais passionnante à suivre. Très rapidement, nous sommes captivé par ce récit dont nous sommes le héros.

Combats épique sur le toit du monde contre les dragons aux côtés de dieux et héros nordiques, complots politiques, guerre civile. Rien ne vous sera épargné. Déjà intéressant à la base, Bethesda renforce son récit à l’aide d’une narration et d’une mise en scène cinématographique. La quête principale est ainsi bien plus dirigiste. Dès le départ, vous n’êtes plus lâché seul dans le vaste monde de Tamriel. Ce n’est rien de moins qu’une attaque de dragon qui vous accueillera.

Il est évident que le développeur cherche par ce moyen à s’allier les faveurs d’un public jusque là réfractaire à l’austérité de la licence. Si cela contentera les novices du genre, les habitués de la série ne pourront que se réjouir de cette initiative puisque, comme dit ci-dessus, cela ne rend l’aventure que plus passionnante. En revanche, cette quête d’un nouveau public se fera au dépend de l’aspect RPG du titre.

Avatar Antoine M.

Ce jeux est juste énorme: des graphismes géniaux, une durée de vie énorme et j’en passe. Rien que cette statue pourrait justifier le fait que The Elder Scrolls V:Skyrim est génial.

La Fnac ne se rend pas compte de la chance qu’elle a, mais moi peut-être.

Avatar Edjoa.

Skyrim À été l’un des jeux les plus méilleurs vendus l’année passé !
Comme son précédent jeu Oblivion.On se retrouve plonger dans un univers féerique (XD) avec des femmes dans tou……
Escusez moi je me suis tromper un peut….
Dans un univers remplit de danger dans chaque côté….
On se retrouve avec notre personnage prit au dépourvu par l’armée impérial qui dit que nous sommes avec les Sombrages alors que nous n’avons rien fait dans l’histoire.
Nous survivons de peut au Biom (Se faire trancher la tête.) Grâce à un dragon : Alduin.
Peut à peut on découvrira que nous sommes l’enfant dragon.qui devra anéantir tout les dragons en Bordeciel y comprit Alduin..
Se qui vous plonge dans une quête de un peut-prêt 30 heure.

Perso : Se jeu ma émerveillé ! les graphismes le mode de combat les musics les personnages envoutant ! c’est juste magnifique…
Chaque chose que vous faites à une importance dans l’histoire.
Par exemple vous rejoignez la main noir./Confrérie noir.
Vous devrez tuer plusiers personnes et tout.Ce qui fera que vous aurez une prime sur votre tête et que souvent les gardes des villes vous reconnaîtrons et voudront vous mettre en prison…
Les dév,ont vraiment assurez pour ce nouveau RPG que dire de plus…A prendre si vous aimez les RPG.

Avatar Eliott

Une immersion incroyable, un monde ouvert immense, des graphismes somptueux sur PC, tout en gardant une bonne fluidité, ce jeu est vraiment impressionnant. On peut créer à peut près ce qu’on veut comme type de classe, par exemple on peut (et c’est ce que j’ai fait), faire un mage en armure lourde, envoyant des sorts d’une main, et tranchant les ennemis avec son épée tenue dans l’autre main. Les menus, bien qu’étant orienté pour une utilisation sur console, sont finalement agréable à utiliser, même si c’est déroutant au début. Le système de combat est très fun et est très dynamique. L’histoire quant à elle est relativement classique ( les dragons tout ça) cependant elle s’inscrit dans le cycle des elders scrolls assurant une parfaite cohésion avec le reste de la saga. L’énorme point positif de ce jeu est la possibilité d’y ajouter des mods, correctifs, et autres joyeusetés crées par les fans, lui donnant une durée de vie quasi infinie, qui est à l’origine déjà indécente vis à vis des autres jeux qui sortent en même temps (environ 15 h en moyenne pour un jeu, et ici nous avons une durée de vie de plus de 20h/25h, rien que pour la trame principale, et des centaines d’heures de quêtes secondaires et d’exploration). Un achat indispensable pour tout amateur de jeux de rôles, d’exploration, ou de jeux tout simplement 😉

Avatar Roxanne

Si vous aimez la découverte, l’exploration, le dépaysement ou tout simplement l’aventure, un seul mot me vient à l’esprit: Skyrim. Parce qu’en effet, ce jeu de rôle réunit tous les ingrédients possibles pour créer le décor et l’atmosphère parfaite d’une grande quête à écrire soi-même. Avant de se lancer dans l’aventure, on a la possibilité de créer son personnage à notre convenance, puis lorsque le jeu commence, on découvre le monde dans lequel on va évolué. Un environnement riche, varié, où se fait ressentir la liberté par l’immensité de Bordeciel. Parcourir des paysages enneigés, traverser des torrents, croiser des ours, géants, et autres créatures diverses, voilà la force de ce titre. De plus, les combats contre les dragons sont juste impressionnants et épiques. Sans compter le nombre de quêtes annexes, en plus de la quête principale, qui rend la durée de vie de ce jeu quasiment infinie. Une expérience vidéoludique à ne pas rater!

Avatar Joël

Comment faire bref pour décrire un jeu si vaste?

Pas besoin de vous rappeler que SKYRIM vient du studio Bethesda connu aussi pour Fallout3, New Vegas sans oublier Oblivion (ils ont tous marqué un jour ou l’autre notre petite existence de « gamer »)

Après cette brève introduction, il est temps de rentrer dans le vif du sujet… SKYRIM!

Imaginez un monde gigantesque où il est possible d’aller où bon vous semble, de jouer au chasseur-cueilleur afin d’obtenir divers ingrédients afin de jouer à l’alchimiste ou au cuisinier. On peut aussi acheter maison, cheval, armure, nourriture et j’en passe.
SKYRIM permet de choisir le camp qui vous correspond le mieux ainsi que votre tactique d’approche.

– Furtif tel un voleur ou un assassin (coup de poignard dans le dos ou flèche tirée dans l’ombre)
– A la barbare! Pour les personnes qui préfèrent le contact (on charge et on réfléchit après si on a le
« level » ou pas)
– Les mages pour les personnes qui aiment d’une part les incantations, les effets visuels de
glace, de feu et d’autre part les pouvoirs de soin et j’en passe…

Tout ça dans un énorme univers où les quêtes ne manquent pas. Les décors possédant un cycle jour et nuit sont des plus cohérents sans omettre les variations de la météo (pluie, neige, orage, sans oublier le beau temps).
Mais tout ça n’est que la pointe de l’iceberg, le seul moyen de pouvoir comprendre et de s’y mettre!!

Bon vous l’aurez remarqué non!

En n’écrivant que quelques lignes on s’y perd. Oui, je ne sais pas où commencer ni où m’arrêter: le jeux est tellement gigantesque! Il est difficile d’organiser mon texte mais j’espère que vous l’avez compris, SKYRIM est un jeu qui ne se finit pas en une seule journée tellement il offre de quêtes et de possibilités. C’est aussi le jeu où nous prenons plaisir à nous balader afin de profiter pleinement des paysages. Bref, SKYRIM est juste époustouflant. On ne se lasse pas de l’univers et encore moins de la bande son.

!!!!!!TOUS A VOS MANETTES ET PARTONS A L’AVENTURE COMPAGNON!!!!!

Avatar holzer bernard

Juste superbe le vicking

Avatar Keribane

Le froid est mordant ce matin, la brume est traversée de nombreux rayons de soleil mais la glace continue à s’insinuer dans mes veines,adossé au rocher je sens cette mort lente qui envahit tout mon être.
Il est tout proche, posé au sol, il dévore ce mammouth qui n’a eu aucune chance après que le monstre lui ai plongé dessus depuis les cieux, plantant ses griffes acérées dans chair. Il est au sol, en train de dévorer sa proie … c’est ma chance.
Sortant mes dagues, je sens déjà les lames de Daeva vibrer du sang dont elles vont se repaître. J’approche discrètement, profitant de l’inattention du grand dragon, j’accélère le pas, tous mes muscles sont tendus. Prêt à frapper, je n’aurais pas de seconde chance.
Prenant de l’élan je me lance sur la gorge de l’animal, sa surprise est total, mes lames s’enfoncent profondément dans la chair du monstre. Ses écailles épaisses et argentés ne le protégeront pas de la furie sanguinaire du dieu qui vie dans mes armes, elles veulent le sang du grand dragon et elles l’auront.
Sa riposte est fulgurante, j’esquive de justesse sa mâchoire et son premier coup de griffe qui me forcent à m’éloigner. Frappant à nouveau, je lui plante ma lame au niveau de la patte tout en profitant de sa souffrance pour lui assener un coup violent au niveau de la mâchoire.
Le coup le fait hurler de douleur et le rugissement du dragon se fait entendre dans toute la vallée. Ma dague reste plantée dans la gueule de la bête qui me surprend en m’assenant un coup d’aile qui me projette au sol.
Grièvement blessée la créature prend son envol , pensant sans doute échapper à la fureur de mes lames. Faisant appel aux pouvoirs qui sont les miens, le cri puissant de mes ancêtres résonne, forçant le puissant dragon à rejoindre la terre ferme. Je ne rate pas cette occasion et cours sur l’animal qui prend une profonde respiration pour cracher son tourbillon de feu afin de m’anéantir.
D’un bon, j’esquive la vague de feu qui sort de sa gueule et m’empare de ma dague restée figée pour lui assener le coup fatal, plantant mes deux lames irradiées de puissance. La gorge du dragon s’ouvre sous mes yeux, laissant jaillir des flots de sang sur mon armure sombre.
Le grand dragon tombe a terre, recouvrant la pleine d’un sang rouge à l’odeur de souffre. Je laisse mes lames se nourrir de cette essence rare …
Levant mes yeux vers le ciel, j’entends un bruit d’ailes au loin.
Je savais que je ne regretterai pas mon voyage dans les terres de Skyrim…

Dans les neiges pures du grands Nord,
coulera le sang froid du Dieu Alduin.

RIP Adam Adamovicz. en nous restera l’âme du Viking.

Avatar Dim

Alors elle est pour quand dans mon salon?

Pas de dragons pour la Wii apparemment, il me faudra donc jouer sur PC si je veux découvrir cet univers si particulier.

Avatar Bioman, force rouge

Longue vie King !!
Je vote pour une invasion barbare dans mon salon et sur ce je me barre au bar !

Avatar Paolo

Skyrim est un évènement, tout comme chaque sortie d’un jeu de Bethesda, tout comme ses aînés, il aura marqué les esprits par un gameplay rodé, une expérience de jeu quasi sans fin et un univers vaste dans le quel le joueur est invité à vivre une autre vie. C’est un jeu culte que tout fan de RPG devrait posséder. Une pensée aux proches d’Adam Adamowicz qui était artiste conceptuel pour Skyrim et Fallout 3, qui nous a quitté cette semaine, puisse-t-il reposer en paix.

Avatar Melchior

Les Anciens nous l’avaient conté,
Les Pierres l’avaient appelé,
Les devins, en Bordeciel, ont prédit son entrée,
Mais quand il est arrivé…

Il devait être décapité,
Mais sauvé par son ennemi,
Il réussit à s’échapper,
Il commença une nouvelle vie…

Il est fort, il est courageux,
Il se voue à l’exploration,
Il pourrait être généreux,
C’est l’Enfant du Dragon…

Le Dovakiin est arrivé,
A qui prêtera-il allégeance ?
Des Dragons, des Trolls il pourra nous débarrasser,
Mais ne s’alliera-il pas à cette sombre engeance ?

Il pourrait nous sauver,
Il pourrait nous tuer,
Par vents et marées,
Il galope, ce terrible cavalier…

Par les donjons, par les châteaux,
Du haut des sommets, à travers les cimetières,
Il tue les monstres des caveaux,
Il parcourt les vallées et les cimes, armé de son cimeterre…

Dans des Châtelleries immenses et sublimes,
Des monstres variés, petits ou énormes,
Des maisons à l’atmosphère intime,
A travers des forêts de pins, de chênes et d’ormes…

Ce tribus me revient de droit, après de multiples quêtes et bravoure que j’ai accomplis je suis à présent un viking!
Alors toi que tous le monde connaît sous le nom de Fnac accorde moi ce présent ou tu connaîtra les foudres des dieux (le ciel te tombera probablement sur la tête…)
Sinon c’est un très bon jeux 😉

Avatar Philippe

Il n’est point besoin de jouer longtemps pour dire que Skyrim est plus qu’une réussite, pour moi c’est un chef d’oeuvre du jeux video! On se perd des heures durant dans l’univers de Bordeciel, on divague ne sachant ou aller tant les possibillités offertes sont diverses et variés. J’ai toujours du mal a aller faire les quetes de l’aventure principale, tant les quetes secondaires, facultatives sont passionnantes et bien construites. L’univers médiéval eneigé de Bordeciel est simplement somptueux. On s’arrete souvent au détour d’un chemin pour apprécier un magnifique paysage ou une jolie cascade. Meme sur une PS3 vieillisante les développeurs ont su faire preuve de talents artistiques qui nous fait completement oublier certains défauts de texture. La bande son est a l’image du jeu, un pur plaisir pour les oreilles. A qui n’est il jamais arriver de ne pas appuyer tout de suite sur start, uniquement pour entendre la fameuse ‘Dovakhiin’ ?! Les dialogues sont vivants et l’ont se met aisément a la place des personnages quand ils nous parlent de leurs problemes, leur bonheur, ou qu’il nous félicitent! Skyrim est pour moi l’un des jeux (LE?) les plus longs, les plus immerssifs et les plus beaux auxquel j’ai jamais joué! Sincerement montrer une heure le potentiel de Skyrim a quelqu’un qui ne joue jamais et demander lui si le jeux video n’est pas le 10e art 😉

Avatar Kévin

On y retrouve, magnifiées, les qualités des jeux précédents, avec une direction artistique de toute beauté qui transcende les carences techniques, un univers de jeu cohérent et vaste, et toujours cette grande richesse.Les petits bugs, problèmes de pathfinding, incohérences, temps de chargement à répétition et autres compagnons débiles qui viennent ponctuer l’expérience par petites touches agaçantes. Rien de dramatique ni de très nouveau – cet Elder Scrolls ne trahit décidément pas ses origines. Malgré quelques idées empruntées à d’autres cadors du genre, Skyrim reste d’ailleurs assez chiche côté nouveautés de fond, et on ne peut s’empêcher de constater qu’il est moins seul sur son terrain qu’Oblivion il y a cinq ans, avec pour concurrents des jeux aussi marquants que Risen, Fallout : New Vegas ou même The Witcher 2 dans un genre un peu différent. On est toutefois en présence d’un titre ambitieux et solide, à la direction artistique inspirée, immersif et chronophage en diable. Skyrim devrait probablement réconcilier une partie des déçus d’Oblivion avec la saga Elder Scrolls en dépit de quelques concessions supplémentaires à l’accessibilité, qui seront sans doute bientôt de l’histoire ancienne sur PC. Les amateurs de la série et les fans de jeux de rôle bac à sable n’ont en tout cas aucune raison d’hésiter avec ce RPG qui témoigne, malgré ses défauts, d’un savoir-faire indéniable.

Avatar Dovakhin

Skyrim succéde avec brio son prédécesseur. Le jeu offre enfin des animations et des visages de bien meilleur qualité, les graphismes donnent quelque chose d’assez jolie même si le clipping est trop prononcé, heureusement la météo peut servir de cache misére. Ce cinquième volet propose un scénario intéressant vous pourrez choisir une guilde, qui vous permettra alors d’améliorer vos compétence en fonction de ce que vous voulez être. On peut être déçu que le jeu ne nous propose pas de vrai systéme de réputation. L’aspect jeu de rôle est présent, de nombreux choix de dialogue sont à notre disposition. Le bestiaire est très complet allant des Mammouth au géant en passant par les lapins au smilodon, et n’oublions pas les fameux dragon qui, si vous réussisez à les vaincre, vous feront gagnez une âme de dragon qui vous permettra alors de débloquer vos cris. Alors oui Skyrim mérite ses ventes, et je peux comprendre que les neophytes au RPG pensent avoir entre leurs mains Le jeu de rôle ultime mais le jeu manque d’un systéme de réputation, certaines auberges manque de vie, et le bouquet la santé qui se régénere automatiquement, qui à put donné une idée aussi bête au développeurs ? Mais le plus dramatique c’est que le jeu rame lorsque votre sauvegarde devient trop lourde et c’est bien domage.

C’est une magnifique statue qui fait honneur à Skyrim. Ah, le fameux Nordique Mâle Guerrier avec Casque à Cornes ou le Dovahkiin stéréotypé que Bethesda à brandi pour promotionner son jeu… Cela nous met bien dans l’ambiance Viking.

Bordeciel est un véritable univers lui-même. Jouer à Skyrim, c’est vivre une nouvelle vie dans un autre monde. Les exploits du Dovahkiin dans le jeu permettent allégrement d’en faire un récit Role-Play suffisamment long pour en faire un roman ou des Chroniques héroic-fantasy.

Par conséquent, j’ai écrit cette fanfiction en l’honneur de Skyrim :
http://forum.wiwiland.net/index.php?/topic/51914-h-fealociel-lelue-dakatosh/
Il s’agit de l’histoire de Fëalóciel, l’Élue d’Akatosh. En d’autres termes, c’est le récit RP des aventures de ma Fille de Dragon dont voici un extrait. Cela se passe au Sommet de la Gorge du Monde :

*****************************

– Approche mon enfant.
Timidement, je m’avançais vers ce mur sculpté. Il devait bien faire dix mètres de hauteur.
– Assis-toi dos à cette pierre et ferme les yeux ma fille.
Plongée dans une transe forcée, Akatosh se dévoila.

– Tu as réussis Fëalóciel. Tu as atteint le sommet de la Gorge du Monde avant le coucher du Soleil. Ainsi, tu t’es montrée digne du sang qui coule dans tes veines. Par conséquent, je vais te révéler un secret. Comme tu le sais, ton nom en Elfique signifie « Fille de Dragon ». Ce n’est pas que symbolique : tu es réellement une Fille de Dragon.
J’en fus abasourdie :
– Fille de Dragon ? Comment est-ce possible ?
– Peu après ta naissance, tes parents ont utilisé mon Ancien Parchemin pour élever ta destinée au rang de Tiber Septim. T’es-tu demandée pourquoi je t’ai toujours protégée de la mort depuis tout ce temps ?
– C’est un don hérité de mon père ?
– Tout comme lui, tu es une Élue de Nirn. Ton avenir est écrit sur les Anciens Parchemin, ce qui fait que je ne peux te laisser mourir tant que tu n’auras pas accomplis ta destinée. En tant que Fille de Dragon, la tienne est directement liée à ces créatures. Réfléchis… Ne t’es-tu pas sentie comme en symbiose avec eux ?

Me rappelant du livre que j’avais lu au Donjon d’Helgen ainsi que du contact psychique avec Alduin, je commençai à comprendre.
– Mon sang m’octroie le même pouvoir que les Empereurs de Tamriel…
– En effet. Sais-tu quel est ce pouvoir ?
– Je comprenais presque ce que me disait le Dragon d’Helgen… Sa langue m’était familière et je fus la seule à pouvoir l’entendre. De même, les incantations que Talos avaient employées pour me bénir étaient formulées dans cette même langue. Ce n’était pas de l’Elfique. Qu’est-ce donc ?
– Il s’agit de la langue Draconique : celle employée par les Dieux eux-mêmes. Ta parole devient pure magie si tu t’es imprégnée de son sens.
– Possèderais-je donc le pouvoir de la Voix ? Celui pour lequel Talos est célèbre…
– …Et celui qu’Ulfric a utilisé pour vaincre le Haut-Roi de Bordeciel, poursuivit Akatosh. Oui Fëalóciel, tu possèdes ce don. N’as-tu pas senti la Magicka comme perturbée lorsque tu t’es mise à crier ?
– En effet, et particulièrement lorsque je m’imaginais dans la peau d’un Dragon.
– C’est la manifestation de ton pouvoir Draconique. Il sommeille en toi, mais il ne demande qu’à s’épanouir. Ton Thu’um a un énorme potentiel Fëalóciel. Tu excelleras dans la Draconia, ce qui fera de toi la plus grande Dragonnière que Nirn n’ait jamais vue.
– Draconia ? Dragonnière ? Thu’um ?
– Tu chasseras les Dragons et tu les chevaucheras. Mais avant, il te faudra libérer ton Thu’um ou Voix de la Tempête… C’est le principe même de la Draconia, la Magie Draconique.
D’innombrables pensées se bousculaient dans la tête… Tant de révélations ! Je n’arrivais plus à répondre.
– …Ta Voix est le plus grand don que je t’ai offert. Sa puissance surpassera toutes les magies, car elle tire son essence du divin même…
– Com… comment pourrais-je libérer mon pouvoir ? demandais-je timidement. Je n’ai pas la moindre connaissance en magie Draconique.
– Connais le Mot et tu contrôleras la chose. Pour cela, il te faudra t’imprégner du plus profond de son sens. Seuls les Murs de Mots tels que celui-ci te permettront d’en saisir toute la subtilité. Chaque Mur t’octroiera la connaissance d’un seul Mot draconique.
Je voulus me retourner pour scruter la façade derrière moi.
– Celui-ci est usé par le givre, inutile de tenter de le lire.
– Où puis-je en trouver ?
– Sois patiente : tu en découvriras au cours de tes aventures. Quelques êtres pourront même t’enseigner certains Mots. Cependant, cela ne sera pas suffisant pour maîtriser la Draconia…
– Que me faut-il d’autre ?
– Les Mots Draconiques tirent leur essence du Divin dans l’Aetherius, mais cela n’est pas le cas dans le Mundus. Sur Nirn, seuls les Dragons peuvent donner vie à ces mots. Lie-toi à eux, et la puissance de ton Thu’um se libérera.
– Comment me lier aux Dragons ?
– Suis ton instinct. Cela fait partie de ta destinée. Tu le comprendras bien assez vite au cours de ton aventure. N’oublie pas qu’en tant que Fille de Dragon, ces créatures te considèreront comme leur égal… Dovahkiin.
– Dovahkiin ?
– « Enfant de Dragon » dans leur langue. Tu auras assez vite l’occasion de l’entendre. Lorsque cela se produira pour la première fois, c’est que tu auras accompli une étape importante de ta destinée. Cependant, ta tâche ne sera pas aisée. La Prophétie mentionnant le réveil d’Alduin s’est réalisée. Il te faudra le combattre avant qu’il ne dévore le monde.
– Alduin ? Le Dragon noir qui a attaqué Helgen ?
– Oui ma fille. Sache qu’il s’agit de mon fils…
– Attends Akatosh… Cela signifierait-il que je suis la sœur d’Alduin ?
– Tu l’es…
Je n’arrivai pas à le croire. Moi, la sœur d’Alduin ? Vraiment ?
– …spirituellement. Seules vos Âmes sont liées. Mais physiquement, tu restes la fille d’Elenwen et d’Ancalë.
Je fus à moitié rassurée. Cependant, la révélation me laissa bouche bée.

– Fëalóciel, seule toi peux le vaincre. Ainsi est écrite la Prophétie. Rétablis la paix parmi les Dragons et refonde l’Ordre des Dragonniers d’Akavir, telle est ta Quête ! Maintenant, vas ma Prophétesse. Mais je te préviens : il ne te reste quelques jours pour renforcer tes pouvoirs avant que les Dragons ne ravagent Bordeciel.
– Ô Akatosh, prédis-tu que le pays entier se fera attaquer par des Dragons ?
– Ce n’est pas une prédiction. Cela se produira. Tu devras défendre les Bordecieliens contre cette menace.
– Et si je ne suis pas assez forte ?
– Mon Pouvoir Temporel retardera autant que possible l’invasion draconique. Cependant, Alduin n’est plus Hors du Temps. Il tentera tout pour faire revenir ses alliés dans le Mundus. Sa Volonté demeure très grande : je ne pourrai le retenir éternellement. Sois prête lorsque cela se produira.

Je fus un peu froissée par cette révélation. Les Dieux ne se servent-ils pas de moi ? Si Akatosh demeure la divinité la plus puissante de l’Aetherius, pourquoi n’est-il pas capable de se charger lui-même de ce Dragon qui menace notre monde ?
– Telle est la Prophétie écrite dans les Anciens Parchemin. Aies confiance Fëalóciel. Tu réussiras, car tu es l’Élue. Tes actes héroïques seront glorifiés par les bardes pour des siècles et des siècles. L’Histoire n’oublie pas les Champions. Songe-y.
– Je ne te décevrai point ô Akatosh.
– Maintenant, va quérir la récompense de ton ascension. Tout en haut de ce sommet, tu trouveras une pioche magique. Elle fut forgée par un artisan inconnu que nous surnommons « Notch ». Cela devait te permettre te t’initier dans l’Art du Minage.
– Merci pour ce cadeau ô Dieu du temps.
– Que ma bénédiction te mène vers les sentiers glorieux de ta destinée fille d’Elenwen et d’Ancalë !

*****************************

Je rajoute ceci une vidéo YouTube où je dévoile toute ma collection Skyrim (le Collector, la BO, le Guide Officiel…), suivi d’une démonstration du jeu en Ultra sur mon PC Gamer acquis spécialement pour le faire tourner. Il est bien entendu lourdement moddé et tweaké :
http://www.youtube.com/watch?v=_KIzTQ-cGio
Cela permet de faire ressortir toute la beauté de Bordeciel.

Avatar Markus

On y retrouve, magnifiées, les qualités des jeux précédents, avec une direction artistique de toute beauté qui transcende les carences techniques, un univers de jeu cohérent et vaste, et toujours cette grande richesse.Les petits bugs, problèmes de pathfinding, incohérences, temps de chargement à répétition et autres compagnons débiles qui viennent ponctuer l’expérience par petites touches agaçantes. Rien de dramatique ni de très nouveau – cet Elder Scrolls ne trahit décidément pas ses origines. Malgré quelques idées empruntées à d’autres cadors du genre, Skyrim reste d’ailleurs assez chiche côté nouveautés de fond, et on ne peut s’empêcher de constater qu’il est moins seul sur son terrain qu’Oblivion il y a cinq ans, avec pour concurrents des jeux aussi marquants que Risen, Fallout : New Vegas ou même The Witcher 2 dans un genre un peu différent. On est toutefois en présence d’un titre ambitieux et solide, à la direction artistique inspirée, immersif et chronophage en diable. Skyrim devrait probablement réconcilier une partie des déçus d’Oblivion avec la saga Elder Scrolls en dépit de quelques concessions supplémentaires à l’accessibilité, qui seront sans doute bientôt de l’histoire ancienne sur PC. Les amateurs de la série et les fans de jeux de rôle bac à sable n’ont en tout cas aucune raison d’hésiter avec ce RPG qui témoigne, malgré ses défauts, d’un savoir-faire indéniable.

Avatar stéphanie

Je le vois. Il traque une proie sur la neige, sous les reflets mordorés de la neige au soleil. La chèvre qu’il a repérée ne le voit pas. Ne le sens pas. Il s’élance haut dans le ciel. Je sais déjà ce qu’il va se passer. Il monte, monte… Tout à coup, il s’arrête.
Il surveille sa cible en contrebas. La chèvre vient de découvrir un buisson de Givreboises,
qu’elle grignote allégrement. Le prédateur entame sa longue descente. Lorsqu’il se trouve à quelques mètres de sa proie, la chèvre s’aperçoit de sa présence. Elle tente désespérément de fuir. Mais il est trop fort. Il la dévore. J’attends patiemment qu’il ait terminé, car je sais qu’il ne sera pas aussi combatif que lorsqu’il est affamé.
Il brule les restes de la chèvre afin de ne pas attirer des prédateurs près de sa caverne.
Je lève mon arc et je sors une flèche du carquois. Elle rougeoie de magie, comme si elle sentait déjà le sang du Dragon sur son acier acéré. Ma proie se dirige lentement vers sa caverne. Il faut que je le surveille attentivement, car il n’est pas aussi pataud qu’il en a l’air. Ma flèche vole et lui transperce l’œil gauche. Il rugit de fureur.
Vite, j’envoie une autre flèche qui se plante dans son aile.
Il s’approche rapidement, sa longue queue sinuante fouettant l’air froid, et il lance un jet de flamme dans ma direction. Je l’esquive au dernier instant, tout en sortant ma
hache de combat. Je saute en prenant appuis sur les pierres du promontoire ou je m’étais installé et je tente de l’atteindre dans le dos. Sa longue queue vient s’enrouler autour de moi et me jette contre les rochers contre lesquels je m’assomme.
Le Dragon s’approche et me plaque contre la roche froide et dure ou j’ai atterri.
Il approche son énorme tête écailleuse, ou j’aperçois une lueur d’intelligence froide et calculatrice. Je le sens prendre son inspiration. Dans quelques secondes, il va vomir un torrent de flammes. J’essaye de me libérer, en vain. Le fond de sa gorge brille, annonçant l’arrivée de cette arme destructrice que les Dragons contrôlent si bien.
Heureusement qu’ils ne sont pas les seul: je vois mon Compagnon lancer une de ses boules
de feu contre le Dragon. Et il n’est pas seul! Il a invoqué un Draugr, un mort-vivant venu des Limbes afin de combattre le Dragon. La créature soulève sa patte gigantesque et se dirige rapidement vers mon Compagnon.
J’ai enfin une chance de le tuer!
Nous l’attaquons de trois cotés à la fois.
Il s’affaiblit et ne lance plus que quelques flammèches.
Je bois la potion de puissance que j’avais préparée avant notre expédition.
Je sens toute sensation de fatigue quitter mon corps endolori par ce combat.
Avant que le Dragon ait pu s’envoler, je le frappe une dernière fois.
Il rugit et s’effondre. Sa chair se consume doucement, tandis qu’un nuage de magie tournoie autour de son corps, avant de se diriger droit vers moi.
Il ne reste plus qu’un squelette, à l’endroit ou la fière créature a trouvé la mort.
Nous allons pouvoir rentrer au village, ou nous allons recevoir la récompense pour la mort de la bête.

Avatar Tibo

Comment décrire Skyrim?
Acheté peu de temps après sa sortie, me souvenant d’à quel point j’avais aimé Oblivion, son prédécesseur, mes deux premières semaines de jeu furent quelques peu… Intense. Je me suis retrouvée de manière assez imprévue happée par cette nouvelle aventure, qui m’a catapultée dans un pays froid et neigeux, et peuplée de dragons et créatures de toutes sortes.
Découvrir au fur et à mesure l’histoire de ce nouveau pan des Elder Scrolls. Se balader au hasard des chemins et découvrir foule de lieux incroyables. Crouler sous les quêtes passionnantes mais décider de rentrer dans ce donjon que l’on vient de trouver, juste pour voir. Se battre à l’épée avec armure lourde, mais tenter le tir à l’arc et l’armure légère pour expérimenter différentes façons de jouer. Entendre une musique épique retentis et savoir qu’un dragon s’apprète à attaquer, mais rester le soufflé coupé devant la vue époustouflante qu’il offre.
Skyrim, c’est tout un nouveau monde à découvrir et explorer comme bon vous semble. C’est rester étonné d’à quel point on continue de s’amuser et de prendre plaisir à y jouer. C’est passer du temps dans un donjon rempli d’énigmes et de pièges, ou juste admirer la vue.
Skyrim, c’est pour l’instant le meilleur RPG du marché, et avec mérite.

Avatar Margot Aubert

La statue. Du personnage des trailers de Skyrim. En taille réelle. Ma foi, elle serait fort impressionnante dans mon salon. À côté de la bibliothèque, disposée discrètement, l’air de rien. Un fort joli bibelot, en somme. Elle est livrée avec la flèche dans le genoux, ou bien?

Tout joueur de jeux videos a déjà vu le temps filer beaucoup plus vite que prévu en se laissant emporter dans un nouveau monde. Respirez un grand coup, parce que vous n’êtes pas près de quitter Skyrim une fois que vous vous serez lancé.

Ce jeu est gigantesque. Vraiment. Et dans tous les sens du terme. Vous avez tout un pays à explorer, et il regorge de lieux et d’évènements. Dans ce RPG, vous dirigez un personnage, visible à la première ou troisième personne, et vous laisserez porter par les nombreuses quêtes qui vous seront offertes au gré de vos rencontres. Le jeu est entièrement ouvert, et j’ai passé de nombreuses heures à completer des quêtes secondaires passionnantes avant même de commencer la quête principale. Les nombreuses facons de jouer satisfairont quasiment tous les types de joueurs, du barbare bourrin au discret assassin, et la quantité de lieux à explorer est extraordinaire. Le moindre donjon est étudié pour avoir sa particularité, que ce soit les ruines naines et leurs nombreux pièges et enigmes ou d’anciennes grottes à moitié immergées.

L’incroyable force de ce jeu réside aussi dans son souci du détail poussé à l’extrème: les graphismes sont à couper le souffle, et vous vous surprendrez plus d’une fois à vous arrêter juste pour profiter de la vue. La musique vous portera lors de combats épiques, et les choeurs de chant vous accompagnerons longtemps après avoir quitté le jeu. Sans oublier les nombreux dialogues extrèmement poussés, jusque dans les différentes voix et tons de paroles adaptés selons les origines, race et rang social des personnages. Mention spéciales pour les accents britanniques en VO, un régal.

Bien sur, il comporte quelques défauts, mais rien d’handicapant pour le jeu. Le menu, par exemple, est au début assez déroutant car très fourni, mais on s’y habitue. Certains bugs du jeu sont assez drôles et parfois surprenants: je me souviendrais longtemps de cet ours me foncant dessus mais qui a soudain décolé du sol à un angle de 45°, partant dans le lontain. D’autres bugs peuvent être transformés en avantage: il est en effet fort pratique de pouvoir passer quasiment partout, même à flanc de montagnes pourtant très raides, lorsque l’on ne retrouve plus la route. Mais la plupart des autres bugs relatifs au jeu ont été corrigés depuis la sortie, permettant une jouabilité très immersive.

De plus, de nombreux add ons, créés par d’autres joueurs, sont disponibles et téléchargeables officiellement sur skyrim nexus. Du skin d’armure ou d’objet aux nouvelles quêtes, en passant par des textures encore plus détaillées et époustouflantes que celles de bases, des fichiers sons modifiés ou supplémentaires, voire des idées ou possibilités entièrement nouvelles, on trouve vraiment, littérallement, de tout. Ce qui rend Skyrim infini et constamment renouvellable.

Aborder toutes les facettes de ce jeu demanderait bien plus de détails. Mais sachez une chose. Si vous avez toujours voulu tenter de vous mettre aux jeux videos, entrez par la grande porte avec celui-ci. Si vous êtes joueur, mais que les RPG ne sont pas votre tasse de thé, Skyrim pourrait bien vous faire changer d’avis. Et si vous aimez les RPG, ce jeu sera probablement l’aventure de votre vie.

Vous êtes Dovakhin. Dragonborn. Fils du dragon. Et le monde enneigé et montagneux de Skyrim s’ouvre à vous. Qu’attendez vous?

Avatar Jonathan

Pour ma « chronique » je vais passer au crible un aspect du jeu souvent mentionné mais rarement détaillé : les défauts du jeu.

Commençons par mentionner un des aspects négatifs les plus drôles du jeu : les auto-discours. Tous les NPCs (personnage non joueur) ont un certain nombre de répliques qui sont lues automatiquement chaque fois que le joueur s’approche d’eux, ce qui implique donc qu’ils se répètent sans arrêt. La plus comique d’entre toutes est sans conteste la réplique (en V.O.) : « I used to be an adventurer like you. Then I took an arrow in the knee. » Ou comme il a été traduit : « Moi aussi j’étais aventurier autrefois. Et puis, j’ai pris une flèche dans le genou. » Il s’agit également de la réplique préférée des fans lorsqu’ils veulent se moquer du jeu, ce qui n’est pas étonnant puisqu’on l’entend quelques dizaines de fois durant le jeu…

Mais trêve de plaisanterie, il faut maintenant parler des vrais défauts du jeu, à commencer par le level-scaling :
Décrié par les fans dans Oblivion (le 4ème Elder Scrolls) car trop exagéré, Bethesda Softworks l’a repensé pour Skyrim. Plutôt que de faire monter les ennemis en niveaux exactement comme le personnage, ceux de Skyrim ne changent pas beaucoup. Ce qui varie en revanche c’est les chances d’apparitions d’ennemis plus fort (un chef bandit à la place d’un bandit normal par exemple), ce qui pose déjà deux problèmes :

1) La multiplication d’ennemis plus fort comme les chefs bandits est mauvais pour le réalisme : à très haut niveau, il arrive parfois qu’il y ait près de la moitié d’un groupe de bandits qui soit « chefs ».

2) Contrairement à Oblivion où la difficulté est –presque- constante, celle de Skyrim évolue en dent de scie puisque juste avant la multiplication des chefs bandits le jeu sera plus facile et après la difficulté montera d’un cran. Je concède néanmoins que l’on peut considérer ça comme un avantage puisque cela redonne du challenge au jeu lorsqu’on ne l’attend pas.
Ce système de level-scaling peut donc être vu comme un choix judicieux ou, au contraire, comme un défaut majeur du gameplay. À mon avis Bethesda n’a juste pas encore trouvé le bon équilibre, et cela viendra peut-être avec TES VI.
Mis à part cela, on ne peut pas reprocher grand-chose au gameplay de Skyrim, il y a bien deux-trois autres soucis comme les sorts de destruction qui deviennent moins efficaces à très haut niveau, mais c’est globalement bien équilibré et fun.
En ayant parlé du fond, évoquons à présent la forme, à savoir le moteur graphique et physique :

Skyrim utilise le moteur physique Havok, ce qui permet des interaction assez réalistes avec le décor bien que, comme dans beaucoup de jeux, la masse des objets et leur centre de gravité ne sont pas bien prise en compte, rendant les objets censés être lourds trop facile à pousser. Mais ce n’est pas bien grave puisque le jeu n’utilise pas vraiment la physique pour le gameplay mais seulement pour que l’environnement ne soit pas complètement statique.
Par contre ce qui est plus important c’est le moteur graphique et le constat est là aussi mitigé : d’une part on a une direction artistique maîtrisée de bout en bout, et de l’autre, une dimension technique pas aussi irréprochable. Bethesda a repensé son moteur pour Skyrim, baptisé « Creation Engine » et n’est malheureusement pas au niveau des meilleurs moteurs actuels. C’est probablement dû au développement multi-support du jeu (Xbox 360, PS3, PC) qui a freiné Bethesda car, comme l’a avoué Todd Howard (directeur du jeu) lors d’une interview il aurait préféré qu’il n’y « ait qu’une seule plate-forme » car le développement multi-support est difficile selon lui. Le résultat étant donc que les environnements sont généralement très beaux de loin mais montrent rapidement leur limite lorsqu’on s’approche : textures de relative basse résolution, modèles manquant parfois de polygones, etc. Les développeurs ont néanmoins fait un effort en proposant un pack de textures « HD » pour PC qui relève un peu le constat, bien que pas toutes les textures soient retravaillées.
Si ces tares techniques sont problématiques ce n’est pas parce qu’un jeu se doit absolument d’être photoréaliste, mais simplement parce Bethesda a vraiment cherché à faire un jeu réaliste (TES est après-tout un monde humain réaliste dans lequel il y a de la magie). Pour se rendre compte que c’est vrai il suffit de regarder un jeu assez semblable à Skyrim : Kingdoms of Amalur : Reckoning, dans la mesure où ce dernier a un univers typé féérique-coloré, style artistique pour lequel des tares techniques sont moins importantes.

Voilà en bref quelques défauts de Skyrim, je n’ai pas la prétention d’affirmer les avoir tous recensés, mais je pense avoir mentionné les plus importants, ce qui prouve que Skyrim est un excellent jeu puisque sa liste de défauts majeure est minuscule par rapport à sa liste d’avantages, cette chronique n’ayant pour but que de cerner le jeu sur ses aspects négatifs pour avoir une meilleure vue d’ensemble sur le cette œuvre magistrale.

Leave a Comment