Retour home

Écrit par
blogueur
17 mars 2011 |  0 like   |  5 vues

Du bon assemblage des figurines :

1- Au commencement, il y eu la boîte :

Lorsque vous avez entre vos petites mains votre petite boîte de figurines récemment acquise, vous ne tarderez sans doute pas à enlever frénétiquement le plastique d’emballage et à ouvrir cette chose en carton, et à en sortir des… grappes plastiques.

C’est à partir de là que les choses commencent à devenir sérieuses : il vous faut retirer de ces grappes les pièces qui constitueront vos soldats, ranger précieusement le reste dans votre future boîte à rabiots (très important) et assembler les torses avec les bras, armes, têtes et jambes (et/ou d’autres choses).

Sachez d’abord que vos figurines seront, vous le constaterez plus tard, fréquemment sujettes à la chute, pouvant réduire vos efforts à néant (musique dramatique). Utilisez plutôt de la colle pour plastique, celle vendue par Games Workshop étant très pratique car elle soude littéralement les pièces entre elles : le plastique fond partiellement là où la colle est appliquée, puis se solidifie, et vos pièces ne se casseront pas en tombant par terre (ce qui arrive facilement si vous collez à la superglue). Games Workshop n’a cependant pas le monopole sur ce type de colle, et il doit être possible de trouver moins cher dans des magasins spécialisées dans les maquettes et le bricolage.
Je tiens d’ailleurs à vous mettre en garde : une exposition à une bonne source de chaleur fait aussi fondre partiellement le plastique, et j’ai déjà eu une lance qui a finalement adopté une courbure ridicule (couper, piocher une autre lance, coller, repeindre).
N’appliquez qu’un petit point de colle pour les petites surfaces à coller et maintenez lesdites surfaces ensembles pendant au moins une quinzaine de secondes, le temps que la colle fasse effet.

2- Vous avez les pièces, la colle, et après ?

Vous serez sans doute tenté, tant les possibilités qui s’offrent à vous sont nombreuses, d’assembler une à une vos figurines en leurs donnant des poses en fonction du moment, mais c’est là un piège. En effet, si vous voulez fièrement les aligner sur une table de jeu, il vous faudra respecter au moins deux-trois règles :

1* Au moment de jouer, vos figurines doivent former des régiments, ce qui veut dire disposer leurs socles bord-à-bord. Veillez donc lors de vos assemblages à garder ce détail en vue. Vous pouvez par exemple aligner vos socles en une unité, puis coller toutes les paires de jambes, puis les torses, puis les têtes, puis… Il est également possible de tester les positions de vos figurines avant collage, en utilisant de la pâte à fixe. Cela permet également de vérifier si la pose d’une figurine dans sa vue d’ensemble vous satisfait avant collage.

2* Qui dit jeu dit règles du jeu. Hors il est un principe répandu dans le jeu que l’on appelle le WYSIWYG (c’est de l’anglais. What You See Is What You Get signifiant littéralement : Ce que vous voyez est ce que vous avez. Les objets magiques n’étant pas des armes, armures ou bannières ne sont pas impliquées .) Cela signifie qu’une figurine équipée par exemple d’un arc DOIT au moment de jouer porter un arc, magique ou non. Dans des parties entre amis, on peut s’arranger pour dire qu’il n’en a pas, mais en tournoi par exemple, le WYSIWYG est une règle souvent inviolable.
Cela s’applique aussi aux figurines, dont les membres d’une unité sont sensés posséder le même équipement : toutes les figurines d’une unité d’archers ont des arcs, et toutes celles d’une unité de lanciers ont des lances. Vous pouvez cependant vous permettre quelques exceptions, comme le champion d’unité (pour le distinguer) ou des unités qui font « horde » (gobelins, orques, skavens, les hardes d’hommes bêtes sont un cas un peu à part) mais toutes les figurines de l’unité doivent théoriquement avoir le même équipement.

3* Chaque unité ne peut avoir qu’un seul champion, un seul musicien et un seul porte-étendard (toujours en termes de règles), alors inutile d’en faire trois de chaque, comme je le faisais bêtement quand je me suis lancé.

2 Bis- L’ébarbage des figurines :

Vous aurez sans doute envie d’aller plus loin, comme par exemple en éliminant les lignes de moulage disgracieuses sur les bords de vos figurines. Vous pouvez le faire avec une lime adaptée, ou en les grattant avec un couteau de modélisme. (Attention, mon index confirme que ça coupe bien, ces machins là.) Cette étape est intéressante dans la mesure où elle permet d’analyser la forme de vos figurines, de vous les approprier.

3- Soldats de plomb :

Les figurines en plomb ne s’assemblent pas de la même façon : souvent fournies en un seul bloc, elles doivent être placés sur un socle présentant une fente, dans laquelle vous glissez l’emplacement aux pieds prévus à cet effet, avec une pointe de superglue (attention, ça colle très bien les doigts, tout le monde le dit) Il se peut qu’il vous faille tordre légèrement la barre aux pieds pour la faire rentrer dans le socle, ou pour l’y faire tenir. Si les figurines en plomb se présentent en deux, trois ou plusieurs morceaux, la seule solution est d’utiliser de la superglue pour coller les morceaux entre eux.
Attention tout de même : les figurines en plomb sont les plus sensibles à la chute, puisque c’est l’un des métaux les moins solides au monde, que la peinture y tient moins bien que sur le plastique, et que pour recoller ce qui a déjà été collé, il faut retirer la superglue séchée pour recoller convenablement. Il existe pour rendre de telles pièces plus résistantes la technique du contre-perçage, mais elle mérite à elle seule un tutoriel à part.

4- Ha oui ! La fameuse boîte à rabiots :

Elle est importante, surtout lorsque vous aurez une réserve de pièces assez importante. Elle vous permet de faire des conversions. Par exemple, vous pouvez ajouter un arc à un personnage, des capes à tous vos champions ou encore divers trophées à vos figurines se figurant sur le champ de bataille. Elle vous permet également de convertir des unités/figurines qui ne sont pas présentes dans la gamme de Games Workshop. Je pense par exemple à certains personnages spéciaux Hommes-lézards et guerriers du Chaos.

Il est temps de finir en concluant : jetez vous sur cette boîte en carton et dépecez-la frénétiquement pour lever votre future armée. Faites attention aux vapeurs de colle, à vos doigts si vous utilisez un couteau de modélisme, et à ne pas vous emmêler les pinceaux dans vos montages frénétiques. Il ne s’agit là que de vos premier pas dans le hobby, et certainement pas les derniers.

Leave a Comment


4 × un =