Retour home

Écrit par
blogueur
02 décembre 2010 |  0 like   |  0 vues

Deadly Premonition : retour à Twin Peaks

De nos jours, faire un jeu nécessite du budget beaucoup de budget, une grosse équipe et un nécessaire retour sur investissement. De fait, les productions sont souvent formatées et reprennent en les améliorant des formules qui ont déjà marchées au détriment bien sûr de l’originalité et de la prise de risque.

Alors quand on tombe sur un OVNI comme Deadly Premonition on ne peut que souligner le courage de petits artisans qui contre vents et marées proposent des titres indépendants, en marge des business plans et réellement créatifs.

Certes Deadly Premonition ressemble à un jeu PS2, certes la camera, la maniabilité laissent à désirer mais la force de jeu est ailleurs. Deadly Premonition délivre une ambiance unique qui fleure bon l’hymne à la série B (voire Z), l’hommage est évident, quand au volant de votre vieille guimbarde un PNJ vous expose avec force de détails des synopsis de nanards du genre « l’attaque des tomates géantes» ou « l’invasion des profanateurs de sépultures ».

Les dialogues improbables, les agents du FBI et les épisodes oniriques rappellent également Twin Peaks. Deadly Premonition vaut avant tout pour son ambiance et ses références.

Mais le jeu me direz-vous ? Ici encore on va de surprises en surprises. Passant du monde du rêve à la réalité, le jeu commence par une séance de shoot cauchemardesque pour nous emmener ensuite dans une bourgade américaine déprimante où l’enquête peut réellement démarrer. Reprenant le principe de missions principales et annexes sur carte ouverte, la Premonition Mortelle offre une belle liberté. L’usage de la manette étant bien différent de celui d’un Modern Warfare, il faut un certain temps d’adaptation et d’énervement pour arriver à maitriser les véhicules et les combats. Mais la force du jeu ne réside pas dans la technique vous l’aurez compris.

Cet Alan Wake nippon, ravira donc les gamers indulgents (une certaine lourdeur caractérisant le jeu en général) qui aiment à se perdre hors de sentiers battus. Il n’est pas parfait et a certainement été bâclé dans sa phase finale, mais il délivre une expérience unique et rafraichissante et rien que pour cela, mérite notre attention.

Leave a Comment


quinze + sept =