Retour home
Luc
Écrit par
blogueur BD
13 mai 2018 |  1 like   |  12 vues

Quand le Shônen fait de l’introspection


A-romantic-love-story


« Aromantic (love) story » d’Haruka Ono chezl les éditions Akata


Si vous me lisez, vous sachez tout le bien que je pense des éditions Akata qui, à mon avis, font partie des éditeurs les plus intéressants du moment. Avec ce nouveau titre, ils explorent une facette, disons-le stéréotypée, du shônen: « le harem manga ». Un héros généralement masculin, timide, écolier et solitaire va se retrouver au cours de son histoire entourée de plus en plus de belles jeunes femmes qui tombent, bien sûr, toutes folles amoureuses de lui. « Ranma 1/2 », « To love ru », « Love Hina », « Love X dilemma » et j’en passe sont les représentants les plus célèbres de ce genre.
Dans « A romantic love story », Haruka Ono en brosse une critique ouverte expliquant la raison du succès, mais aussi son idiotie.
Son héroïne Futaba Kiryû est mangaka. Son rêve est de parler de sujets de société et d’histoire avec une vraie réflexion sociale. Malheureusement pour elle, seul son manga « At Love » (pied de nez au manga « To love ru ») fonctionne merveilleusement bien. De toute façon, comme on aime le lui rappeler « les manga avec des sentiments doivent être écrits par des femmes ».
Elle, étant une célibataire endurcie de 32 ans est bien sûr contre cette idée surtout qu’en amour, elle n’y comprend rien! Elle va se retrouver embarquer malgré elle dans un des pires scénarios qu’elle pouvait imaginer: son assistant de 20 ans lui déclare sa flamme et le scénariste célèbre quadragénaire qui s’occupe de l’adaptation en animé de son manga, en pince aussi pour elle…

4982-image1-fr1524583064-L490
Aromantic-amour
9782369742715_pg

Haruka Ono a dessiné surtout des mangas sportifs. « Aromantic (love) story » a d’abord été pré-publié sur un site spécialisé Shônen sur le net avant de devenir un manga papier dans la catégorie Shôjo. Elle se moque ouvertement de ses collègues et des clients abonnés à ce genre de Shônen. Pourtant, elle explique aussi qu’ils ne sont pas totalement responsables de leur engouement pour celui-ci. Ce manga démontre l’incroyable richesse scénaristique du genre, ici un shôjo, loin des clichés attendus. L’intérêt de l’œuvre est aussi le féminisme qui est avancé dans un scénario décomplexé et dans les propos de l’héroïne. La série fera 5 tomes donc si comme moi, vous avez s aimé « orange » ou « Perfect World » chez le même éditeur, vous aimerez celui-ci.

Leave a Comment


un + 13 =