Retour home
Luc
Écrit par
blogueur BD
10 février 2018 |  1 like   |  14 vues

Rio, ville de tous les vices et les mystères

Rio-t1-Dieu-pour-tous
rio2rougegarcia-couverture
Rio3

Rubeus et Nina sont deux orphelins après que leur mère a été tuée par un policier corrompu. Ils vont être recueillis tout d’abord par une bande d’enfants aussi désœuvrés qu’eux avant de finir adoptés par une famille riche. À l’abri des besoins, mais pas de la vengeance, car Rubeus, conscient des inégalités veut faire payer l’assassin de sa mère. Sans le savoir, les deux enfants sont surveillés de près par une « sorcière » qui semble leur en vouloir beaucoup…

PlancheS_51923
PlancheA_277684
9782344005798_pg
orentin_rouge

C’est en 2004 qu’il publie sa première histoire dans la revue « Metal Hurlant » suivra les trois tomes de Milan K. chez Glénat ainsi que Juárez (avec la scénariste Nathalie Sergeef). Corentin Rouge a par ailleurs dessiné le tome 10 de la série « XIII mystery », sur Calvin Wax.Il est diplômé de l’École Supérieure des Arts décoratifs en 2006.

Nous pouvons lire sur le site de Glénat, cette biographie : « Louise Garcia est née à Niteroi dans l’état de Rio de Janeiro au Brésil en 1983. Elle a grandi dans la ville de Rio de Janeiro où elle a fait toute sa scolarité dans un lycée international français. Après avoir suivi des études universitaires d’Art et avoir travaillé dans des établissements publics culturels brésiliens, elle s’installe en France ».

CzPgMbPWQAAr-4N

Sorcellerie dans les favelas

Attention ! Même si la trame narrative est liée à un peu de magie noire, le morceau principal du récit est bien celui de jeûnes cherchant à survivre contre la ville. Rio est décrite avec une telle justesse par la scénariste Louise Garcia que nous pouvons sentir la moiteur de la capitale du Brésil. L’histoire est sombre et chaque tome semble rapprocher Rubeus un peu plus vers une destination tragique. Nous nous attachons facilement aux personnages qui gravitent autour de Rubeus et Nina. Nous pensons aisément à du Dickens moderne avec ses trafics de drogues et ses policiers véreux. Le dessin de Corentin Rouge est fin et détaillé. Les protagonistes « ont des gueules » et des expressions qui nous feraient changer de trottoir si nous les croisions la nuit. Les couleurs chaudes sont particulièrement bien maîtrisées et servent au propos de l’histoire. Un récit haletant et inquiétant qui s’intensifie de tome en tome. La critique de cette société est bien sûr plus qu’en filigrane et nous fait nous révolter contre cette ville vendue comme un paradis pour les touristes mais est un véritable enfer pour ses habitants. Une belle découverte !

Leave a Comment


3 + sept =