Marie
Écrit par
Blogueuse BD
27 avril 2014 |  0 like   |  1 vues

BD: « L’argent est le nerf de la guerre »

banque couv

« Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de ses lois. » M.A. Rotschild

Une citation qui introduit à merveilles cette nouvelle BD : La Banque T1 1815-1848.

Si je vous dis 1815 vous me répondez Bataille de Waterloo. Oui… Mais également le plus fameux coup financier de l’Histoire signé Rotschild !

banque 2A la tête d’une fortune déjà conséquente, reconnu par tous ses pairs, Nathan Rotschild a deux certitudes : l’issue de la guerre influera avec force sur le cours des titres (chute en cas de défaite, augmentation en cas de victoire) et la réussite se provoque avec courage et une certaine dose de prise de risques.

De là nait dans la tête de notre jeune fortuné le schéma idéal pour les affaires : une défaite des alliés pour provoquer des ventes à perte plus des rachats à moindre coût et une victoire inespérée qui redorera toutes ses actions et permettra aux propriétaires de s’enrichir de façon exponentielle.  Et c’est comme cela qu’il réalisa son plus gros bluff qui lancera la fameuse fortune Rotschild…

baque 1

Mais les auteurs de cette série refusent de se cantonner à cela. Outre revisiter l’histoire moderne de la finance, ils y ajoutent une intrigue haletante autour du personnage de Charlotte de Saint-Hubert, aristocrate française déchue et en fuite à Londres, devenue fille de joie propriété d’un Milord violent et sans foi. Sur les pas de Rotschild, père et fils, elle grimpera non sans mal les échellons de la société jusqu’au grade de conseillère financière à Paris.

Un premier tome clair, tant dans les faits historiques et boursiers que dans le rôle de chaque protagonistes. Les scénaristes Pierre Boisserie et Philippe Guillaume mènent leur histoire de façon aussi précise qu’un compositeur de renom et nous emmènent sans résistance dans les pièges manipulatoires de leurs personnages. Les illustrations fines et pleines de vie  de Julien Maffre viennent renforcer l’ambiance et l’univers créés par les scénaristes.

Ils me donneraient même envie de boursicoter…. c’est pour dire !

Leave a Comment