Retour home
Luc
Écrit par
blogueur BD
27 février 2018 |  1 like   |  7 vues

Quand la série B rencontre le neuvième art!


chere-creature-9782344024256_0


« Chère créature » de Jonathan Case chez Glénat


La créature du lagon rose

Je concède que le titre de l’article est assez flou et facile. L’histoire est celle de Grue (qui n’a rien à voir avec « le méchant de moi moche et méchant » puisqu’il y a un « e »),dont le physique ressemble à 2 gouttes d’eau (impossible de résister à ce jeu de mot)) à celui de la créature du lagon noir. La ressemblance s’arrête là car lui est instruit et cultivé. D’ailleurs il est très perturbé depuis qu’il récupère régulièrement des pages d’œuvres de Shakespeare enroulées dans des bouteilles et envoyées à la mer. Qui les envoie et pour quelles raisons ? Pourrait-il-y exister un remède à sa solitude qui pour l’instant est uniquement partagé par des crabes charognards ? Peut-être…

9782344024256-p-1g
9782344024256-P-9G
71qTsuDbkaL
jonathan case

Jonathan Case vit dans la ville de portland dans laquelle il expose ses tableaux. C’est un auteur de comic-book et « Dear Creature » est son premier roman graphique. Publié en 2011, c’est un véritable succès critique et qui plus est, possède une introduction par Craig Thomson l’auteur de « Habibi » et « Blankets ». Il publiera « Green Killer » chez Dark Horse et « Batman 66 » chez Dc Comics.

Étant un grand fan des « Tomb of Dracula », « Creepshow », « Tales from the crypt » et des films de la firme anglaise « La Hammer », je me réjouissais de le lire. De plus, j’avoue, je possède encore la paire de lunette 3D vendu dans les librairies quand Fr3 avait diffusé le film « La créature du lagon noir » dans l’émission de Gérard Jourd’hui et présenté par Eddy Mitchell « La dernière séance ».
« Chère créature » est un véritable petit bijou pour un cinéphile. Je vous rassure, Pour les autres aussi, mais les références aux films de Corman, de série Z et de Fellini ajoutent un plus non négligeables…L’histoire est maîtrisée tendre, poétique, humoristique, bref un sans faute pour un premier album. Le côté série B nous rappelle les productions du label 66 et en particulier « Apocalypse sur Carson city » au niveau du ton assumée « nanard » mais « Chère créature » est beaucoup moins sanglant.

Leave a Comment


trois × deux =