Retour home
Miguel
Écrit par
blogueur
11 février 2016 |  0 like   |  18 vues

R.T.T. : NIGHT BEATS & Captain Moustache & Fredo Ignazio, 13 fev. L’Ecurie, Genève.

Night Beats photo

WHO SOLD MY GENERATION?
NIGHT BEATS
(USA, PSYCHEDELIC GARAGE SOUL)
+
CAPTAIN MOUSTACHE & FREDO IGNAZIO
(CH, LOW FIDELITY SCIENCE FICTION)

13 FÉVRIER 2016
L’ÉCURIE
PORTES 21H30 CONCERTS 22H



Après deux mois de pause – les repas interminables, les fêtes sans fin et la digestion post-Noël obligent – Rock This Town est de retour en 2016, à un rythme mensuel, pour secouer les vieilles planches de l’Écurie et faire saigner vos oreilles endormies! Ce samedi, en compagnie de notre groupe préféré (déjà la troisième fois de visite) et de nos amis décalés (non, on ne s’en lasse jamais)! Be there or be square!Devenus en quelques années l’absolu fleuron de la vague psyché, ils sont peut-être les derniers qui lui survivront! Les yeux calmes, l’extraordinaire Danny Lee Rajan, avec son sombrero et son incroyable guitare, veille sur son trio profond et habité. Le plus massif, le plus groovy et le plus hanté des groupes du genre, les Night Beats ont su anéantir les attaches qui les reliaient à un quelconque cadre restrictif. Leur son leur est propre et immédiatement reconnaissable. La fulgurance est immédiate. Sonique. Pulvérisatrice. La voix de Danny, les beats tribaux, tout y est ! Les Nights Beats, après avoir tout dévasté sur leur chemin avec l’incroyable premier disque en 2011, après avoir déchiré leurs ardeurs en flirtant avec Ornette Coleman sur Sonic Bloom sorti en 2013, sont de retour avec un cri de l’âme sur « Who sold my generation » (2015)! Surpuissante invasion et déchirage total pour le concert le plus attendu de la rentrée.

Et pour ouvrir le mess, le plus chaotique des duos du monde, par certains aussi appelés « la meilleur première partie du monde », Dafi et Fredo, Captain Moustache&Fredo Ignazio, viennent faire leur grand n’importe quoi. De plus en plus sauvages avec le temps, issus d’ailleurs de la plus reculée des vallées suisses, à deux ils jouent comme un seul homme. Inoculant leur imaginaire dans la tête des plus réticents, c’est avec une immense joie et les yeux terrifiés qu’on reçoit une fois encore notre duo favori. Blues et garage, mais aussi incantation et force de l’âme. Bien que sur scène ils finissent toujours au sol, à rouler, à hurler, à nous supplier qu’on les arrête !

TEXTE. ROCK THIS TOWN

h

Leave a Comment


trois × 5 =