Retour home
Avatar
Écrit par
blogueur Musique et Cinema
30 juillet 2019 |  4 likes   |  46 vues

Parlons peu, parlons FUNK

If you got funk, you got style

En 5 secondes ,là comme ça, sans préparation, pouvez vous me citer un morceau funk ? Plein de titres Disco vous viennent à l’esprit. Dur de faire la distinction. La frontière est mince.

Le Funk débute dans les années 1960 avec un déclin milieu des années 80, quant au Disco, il sera mémorable durant la décennie 1970 et aura du mal à perdurer après la Disco Demolition Night de 1979.

Les 2 styles n’auront de cesse que de s’inspirer et de se mélanger.
Avec une prédominance des instruments (section cuivre, guitare) la musique Funk produit des pépites intemporelles.

Je vais vous présenter quelques albums indispensables pour votre Funkothèque.

I’m Rick James, b****!

Selon les générations, il sera plus facile de se rappeler du sample de Mc Hammer sur U can’t touch this, que de l’original Super Freak sorti en 1981 sur l’album le plus emblématique de Rick James.

Street Songs fleure bon le ghetto, le funk sale et les boites de stript tease (dans le jeu vidéo GTA V, le titre « Give it to me Baby » fait parti de la playlist Space 103.2 diffusé entre autre dans les boites d’effeuillage).

Avec ce 3ième album, Rick James acquiert enfin le succès dans les charts.

Artiste polyvalent (producteur, dénicheur de talent, compositeur, musicien), le natif de Buffalo, état de New York, se fait accompagner pour l’album par les Mary Jane Girl (Fire and Desire, Give It to Me Baby, Mr. Policeman), Stevie Wonder (l’harmonica dans Mr. Policeman), les Temptations (Ghetto Life, Super Freak).

Son personnage sulfureux est à son paroxysme. Choquant Berry Gordy (patron de la Motown), il affiche son amour pour la drogue, le sexe, et tout type de vices.
Il n’est pas étonnant que nous retrouvons le titre « Ghetto Life » sur la radio Fever105 du jeu vidéo GTA Vice City, une preuve de plus que l’indécence attire et se partage entre connaisseurs.

Si vous ressentez une envie de vous encanailler et de transformer l’ambiance propre du mariage de votre cousin insérez la galette et laissez le Funk salir l’atmosphère.

PS : Pour la curiosité je vous invite à écouter « Party all the time », une perle produite dans le pur style Rick James pour Eddie Murphy (oui oui on parle bien d’Axel Foley) par Rick James himself.

Rick James - Give It to Me Baby

Love Come Down

Evelyn « Champagne » King a développé son activité durant la période emblématique du Funk (1977-83).
Souvent on fredonne un de ses titres sans être capable de citer son nom.

A l’inverse de ses collègues de l’époque, il n’y a pas de faits divers à rapporter concernant la native du Bronx.
Elle est découverte très jeune par le producteur Theodore T. Life, dont ce sera le plus grand fait d’arme.
Elle fréquente la crème du Funk de l’époque lors de premières parties.
Mais c’est avec la sortie de son premier album, à 17 ans en 1977, qu’elle impressionne la planète.
Tiré par la formule Un « Shame » l’album Music Box est disque d’or un peu plus d’un an après.

Apportant sa pierre régulière à l’édifice qu’est la musique Funk, Evelyn s’accrochera aux charts jusqu’en 1983, période qui correspond gentiment à l’avènement du Hip Hop et du RnB au détriment du Funk.

Si on devait conserver une voix féminine dans le style Funk, Evelyn King se placerait en pôle position.

Plongez dans le best-of avec des morceaux musicalement représentatifs du style qu’est le Funk ( I’m In Love, Betcha She Don’t Love You. Shame ou Love Come Down).

PS : Vous trouverez selon les plateformes, des version 7 inches ou 12 inches des titres, avec une durée passant du simple au double et une instrumentale plus présente.

Evelyn King - Shame

God save the Funk

Une fois n’est pas coutume, le Funk nous viendra de notre bonne vieille Angleterre.
Delegation (à prononcer avec l’accent) est un groupe créé par Ricky Bailey en 1975 à Birmingham.

Les membres n’auront de cesse de changer durant la période d’activité (1975-1982) mais les tubes se cumuleront, installant le groupe dans le panthéon du Funk.

Fort de 5 albums notables, Delegation produit des titres inoubliables faisant parti, la plupart du temps, de n’importe quelle compilation sur l’histoire de ce style.

Comme bon nombre d’artistes Funk, le groupe sera extrêmement samplé à l’arrivée du Hip Hop.

Réécoutez des classiques comme Oh Honey, You and I, Heartache No. 9, Darlin’ (I Think About You) sur ce double best-of du groupe.

PS : Peux être que le nom du groupe vous dit vaguement quelque chose grâce à « Je danse le Mia » du groupe IAM qui les cite aux côtés d’artistes de renom de l’époque pour danser en boite de nuit (« Dès qu’ils passaient Cameo, Midnight Star, SOS Band, Delegation ou Shalamar »)

Delegation - Darlin' (I Think About You)

Disco-Funk, P-Funk, Jazz Funk…

Difficile de résumer un style de musique sans parler de ses variantes.
Le parti pris dans cet article est de parler de ce qui sonne Funk à mes oreilles.

Mais il y a tellement de manières différentes d’apprécier ce style.

Tellement d’artistes et d’album méritent une écoute, vous trouverez ci-dessous ceux que j’aurais pu développer ou qui ont laissé leur empreinte sur cette musique.

Funkadelic – Maggot Brain Un album, classé par le magazine Rolling Stones dans les 50 meilleurs album de l’histoire, par le groupe Punk-Funk de George Clinton. Funkadelic se renforcera avec les frères Collins, Maceo Parker et Fred Wesley un peu plus tard.

Le Best Of – Gap Band Le groupe des frères Wilson ayant sorti tellement d’album que le mieux est de piocher dans le best of. Un son iconique de l’époque.

Coffret 3 CD – Shalamar Le disco funk des Californien en aura fait danser plus d’une/un.

Le Funk et moi – Dj Khéops Le Funk c’est aussi le vinyle, Dj Khéops du groupe IAM nous fait partager son extraordinaire collection dans cette anthologie à lire.

James Brown, Ohio Players, Chic, Cameo, Midnight Star, Zapp and Roger, The Whispers, Kool and the Gang, Earth Wind and Fire, Parliament,…font aussi parti de l’histoire du Funk

Keep the Funk Alive

Leave a Comment