Retour home

Écrit par
blogueur
13 février 2019 |  0 like   |  132 vues

FIFF 2019 : Rdv à Fribourg du 15 au 23 mars !

FIFF-RESEAUX-SOCIAUX2

WANTED : GRANDS FILMS, MORTS OU FIFF

Par Thierry Jobin, directeur artistique du Festival International de Films de Fribourg

 

Vous aimez les bons, les grands, les excellents films dans tous les genres, du documentaire au film d’horreur, de la comédie romantique au thriller, du film d’espionnage au délire fantastique ? Qu’importe, du moment que vous ne perdez pas votre temps devant des œuvres médiocres ? Alors, le FIFF est fait pour vous !

Vous en avez marre de vous perdre des heures, et ne pas savoir quoi choisir, dans l’offre pléthorique de Netflix et autres services de films en ligne ? Alors, le FIFF est fait pour vous aussi !

Vous n’en pouvez plus des recettes toutes faites des grands studios et vous avez envie de découvrir des productions qui peuvent encore vous surprendre ? Alors, n’hésitez pas, car, même sans le savoir, vous faites partie de la famille FIFF et vous vous apprêtez à embarquer dans un voyage inédit sur tous les continents et toutes les cultures.

 

web_ouverture_howlongwilliloveu_0

 

Au FIFF, nous trions le bon grain de l’ivraie pour vous : nous avons vu près de 2’500 films pour ne retenir que la crème, soit 110 ouvrages que nous ne sélectionnons pas avec notre cervelle mais avec notre cœur et nos tripes. Des ouvrages qui nous prennent par la main, qui nous emportent loin, dans des territoires inconnus, et qui ne nous laissent pas indemnes. On déteste bouffer de la pellicule juste parce qu’il faut bien se nourrir. On adore déguster, se laisser envahir et s’abandonner.

 

19.03.18_KenLoach-410-(c)-nicolas-brodard FIFF_EagleHuntress_NB 19.03.18_KenLoach-385-(c)-nicolas-brodard

Au FIFF, nous nous faisons un malin plaisir de sélectionner des films qu’on n’oublie jamais. Parce que nous nous sommes trop ennuyés, comme vous peut-être, dans des festivals où tous les films se ressemblent. Notre Compétition internationale, en longs comme en courts métrages, n’aligne pas que des films d’auteurs comme vous le redoutez peut-être : attendez-vous à y découvrir des documentaires sidérants en provenance d’Egypte ou d’Afghanistan, un thriller chinois qui n’a rien à envier à Seven de David Fincher, un film de guerre coréen transformé en comédie musicale dingo, une critique citrique de la bourgeoisie mexicaine ou encore une plongée uruguayenne dans l’horreur de la dictature.

Elisa Shua Dusapin

Elisa Shua Dusapin

Bong_Joon-ho_portrait_1

Bong Joon-ho

 

Et puis, il y a les sections parallèles, aussi variées et surprenantes qu’un road trip sous acide. Au FIFF, cette année, il y a un panorama de la comédie romantique à travers le monde (sérieusement, avez-vous déjà pleuré devant une comédie romantique du Honduras, d’Argentine, de Chine ou de Jordanie ?). Il y a aussi un focus sur le cinéma des Caraïbes qui regarde derrière le cliché des Pirates et de Johnny Depp. Il ne faut pas rater les cartes blanches offertes à deux artistes d’origine sud-coréenne (la jeune et si talentueuse écrivaine Elisa Shua Dusapin et le génial cinéaste, unique véritable héritier de Spielberg, Bong Joon-ho… Bong qui ça ? Quoi, vous n’avez jamais vu The Host, Okja ou Memories of Murder ?). Il y a enfin de quoi s’émouvoir avec les films choisis par les auteures du livre « Noire n’est pas mon métier », ces seize actrices françaises noires qui dénoncent les discriminations dont elles sont victimes dans la production hexagonale. Et puis, pour les plus vicieux d’entre vous, nous n’avons pas oublié de sélectionner quelques perles, aux risques et périls de notre propre santé mentale et de nos nerfs, pour les désormais traditionnelles séances de minuit !

 

 

Bref, comme il n’est jamais trop tard pour, au choix, bien faire / ne pas mourir idiot / se faire carrément du bien, venez vous laisser chavirer, chambouler, charmer, bousculer par le FIFF. Avant le FIFF, c’est bien de l’inscrire dans l’agenda – du 15 au 23 mars. Pendant le Festival c’est le bonheur garanti. Et après ? Et bien après, vos yeux ne serviront plus qu’à pleurer pour l’une de ces deux raisons :

  • a. C’est déjà fini et il va falloir attendre une année pour que le Festival revienne ;
  • b. Vous ne serez pas venu(e)s et, pas la peine de chercher même sur internet, vous ne verrez jamais la quasi-totalité des films que nous avons dégotés. Ils seront retournés dans les angles morts du marché, évaporés dans l’oubli des dictionnaires de cinéma occidentaux. Mais ils resteront bien vivaces dans la tête et le cœur des festivaliers.

 

AmbianceSalles-FIFF2015-_P6B0173-(c)-nicolas-brodard

 

Pour en savoir plus sur ce programme, rendez-vous sur le site officiel du Festival International de Films de Fribourg !

 

 

 

Leave a Comment


seize − 7 =