Retour home

Écrit par
blogueur
12 décembre 2013 |  0 like   |  62 vues

Elysium (2154) +12 ans. Bon courage pour votre survie dans cette vision encore bien sombre du futur !

Elysium-2013-Pics-White-Car

Dès ce samedi 14 décembre 2013, en dvd et blu-ray, direction le futur ! C’est loin d’être le paradis dans ce nouveau métrage de Neil Blompkamp qui avait surpris tout le monde avec son premier film en 2009. District 9, un bon gros morceau de science fiction intelligent, inspiré comme on en avait trop peu vu depuis longue date dans le domaine (de plus, avec un budget de « seulement » 30 millions de dollars pour de la SF à l’univers crédible), qui parlait d’extraterrestres dont la colonie sur notre planète bleue était parquée à Johannesburg dans une sorte de favelas. Neil Blompkamp revient donc pour un nouveau méfait tout autant perché dans les sphères de l’anticipation, avec toujours plus d’envie de dénoncer les injustices touchant les moins aisés et ainsi mettre un nouveau gros coup de poing dans le dentier de l’humanité dirigée par cette étouffante société !

Préparez-vous à faire un saut en 2154 : la terre est devenue un bidonville géant que les plus friqués, sortes d’élus, regardent en riant depuis une station en orbite nommée Elysium.

Matt Damon;Diego Luna;Wagner MouraElysium-2013-Movie-Wallpaper-1024x576

Vous le savez, cette année fut riche en films de science-fiction. Alors, comment s’en tire notre réalisateur face à la concurrence après le très beau mais pas novateur pour un sou Oblivion, le gros et bourrin Star Trek into Darkness de JJ Abrahms, le chef d’oeuvre flottant que fut Gravity – et j’en passe, il y en avait pour tous les goûts ! – Eh bien, on prend plaisir à se replonger dans un univers de la même veine que son premier film. D’autant plus qu’il utilise une autre manière d’aborder le genre par rapport aux films précédemment cités en lui insufflant un réalisme des plus percutant, géopolitique ! Il montre également un engagement idéaliste de tous les instants, nous exposant tous les doutes, démons et autres cadres trop souvent imposés à la population. Un splendide aspect dénonciateur, tout en interrogations, traitant avec un cœur certain de l’humain et d’économie.

Rythmé par de jolies scènes d’action, un scénario tendu, un compte à rebours qui nous emmène dans une envie de connaître la suite constamment amplifiée, il arrive à nous mettre une bonne pression tout en nous faisant apprécier quelques idées technologiques des plus folles ! Avec entre autre un Matt Damon qui fait toujours très bien le gentil gentil, une Jodie Foster très très méchante et surtout un génial Sharlto Copley (personnage principal de District 9 mais aussi le Looping de la nouvelle Agence tous risques) qui a une jolie rage communicative !

Bref, le film nous donne envie d’espérer que le futur sera plus lumineux que le chaos proposé dans cette vision des plus pessimistes… mais on ne comprend que trop bien les peurs que nous transmet le réalisateur au travers de cette oeuvre vraiment entraînante et visuellement magnifiquement réussie!

Jodie Foster

Je finirai par les bonus avant de vous laissez décoller vers le futur !

On notera surtout le making of, une claque informative comme on ne nous en propose jamais ou trop peu dans ce genre de méga productions. Et, à côté de ça, des modules tout autant passionnants sur les technologies inventées pour le métrage, un excellent zoom sur la direction d’acteurs, une scène rallongée sévèrement burnée et une tonne de dessins et autres mini-sections sur les effets spéciaux et visuels qui sont tout bonnement ultra spectaculaires !!! Une jolie palette de belles choses qui prolongeront la très agréable bouffée d’air que procure le film dans sa spécialité ! Pour vite fait évoquer les pressages, la version haute définition nous offre une profondeur bluffante et un niveau de détails ainsi qu’un piqué à peine croyable !!!!

elysiumneil-blomkamp-interview-elysium-screenshot-9b

Leave a Comment


deux × quatre =