Retour home
Miguel
Écrit par
blogueur
20 sept. 2015 |  0 like   |  6 vues

Cinéma: « Taxi Teheran (2015) », de et avec Jafar Panahi, 6 ans.

Taxi Teheran dvdSans tomber dans la caricature et le jugement trop hâtif, le moins que l’on puisse dire est que la situation du cinéaste iranien Jafar Panahi est assez unique. En effet, elle a ceci de particulier, que par jugement officiel, le metteur en scène a l’interdiction pendant vingt ans de réaliser des films ainsi que de quitter son pays. Malgré ces contraintes Panahi, poursuit son chemin, ici, dans son dernier opus, l’ancien assistant d’Abbas Kiarostami, parcourt Téhéran à bord d’un taxi, prenant toutes sortes de passagers toutes et tous représentatifs de la situation du pays. « Taxi Teheran » évoquera immanquablement, à ceux qui connaissent Jim Jarmusch son « Night On Earth », du fait de son dispositif similaire(se déroulant dans des taxis en l’occurrence). La comparaison s’arrête là. Dans le cas de Jarmusch, on sait clairement qu’il s’agit de fiction, alors que chez Panahi, on a en apparence-en apparence seulement- du cinéma vérité, car si le cinéaste a fait appel à des non-professionnels(leurs noms n’étant d’ailleurs pas cités au générique pour leur protection), il y a cependant des amis du réalisateur, jouant leur propre rôle. Panahi, pour sa part, endossant le costume du conducteur de taxi, que certains reconnaissent d’autres pas.

Le long-métrage se divise par conséquent, en tranches de vie ; la surréaliste, deux dames d’un certain âge avec un bocal de poissons rouges. Ce qui doit arriver…arrive, le récipient se brise dans le véhicule ces deux femmes superstitieuses supplient qu’on les amène à l’hôpital le plus proche, car dans leur esprit, la disparition des poissons, scelle leur sort également. Tout aussi surréaliste, la séquence du blessé au chapitre de la mort et de sa jeune épouse, dictant ses dernières volontés.

Il y a aussi Amid, revendeur de dvd- sous le manteau-des derniers films ou séries américaines à la mode. Les compères se rendant chez un jeune étudiant en cinéma de la classe aisée, qui demande des conseils au cinéaste, le novice avouant qu’il n’a pas « d’idées », Panahi, expliquant à l’apprenti cinéphile que là réside toute la question et que seul lui-même pourra trouver.Autre scène traitant du septième art, met en piste la nièce du cinéaste, qui dans le cadre d’un travail scolaire doit fournir un script de film se conformant à tous les usages coraniques et faisant l’impasse sur l’humour noir.Panahi  au volant

 

taxi teheran avocate

Ou encore l’avocate Nasrin Sotoudeh, dans son propre rôle, militante des droits de l’homme, interdite d’exercer sa profession depuis 2011.

Une autre séquence met en scène la conversation autour de la peine de mort, entre un homme qui estime qu’elle servirait d’exemple et une institutrice indignée par ce point de vue.

Sujet central, donc, une majorité de femmes donc, auxquelles Jafar Panahi donne la parole. On se souvient d’ailleurs qu’elles étaient centrales dans « Le Cercle »(2001).

La version dvd(point de blu-Ray!), est des plus succinctes, les bonus se limitant à une bande annonce du film. On aurait souhaité quelques séquences(épisodes inédits ), non gardées au montage, celles-ci auraient prolongé le plaisir, mais l’essentiel est là quand même .

Nièce du cinéaste

 

 

Leave a Comment


trois × deux =